NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le « grind », cauchemar des dauphins

Le « grind », cauchemar des dauphins

On ne devrait pas s’en prendre aux coutumes, pour la simple et a priori incontestable raison qu’elles forgent l’identité d’un pays ou d’un peuple. Ainsi les rituels, dans leur immense majorité, et quand bien même nous n’y entendrions rien, ne sauraient être jugés. Il faut se borner à en prendre acte. « Affaire » classée.

Il en est toutefois qui écoeurent. Par leur violence, leur gratuité. Il est des massacres injustifiables, inqualifiables et qui ne sont « que » barbares, comme le shark finning - dénoncé régulièrement dans ces colonnes, objet d’une expo coup de poing qui s’est achevée mi-septembre à Paris et dont des victimes de requins elles-mêmes se sont récemment émues et comme celui des dauphins. Ceux-ci sont notamment chassés dans la baie de Taji (Japon) dans des circonstances atroces dénoncées par les réalisateurs du documentaire The Cove et de la mini-série Blood Dolphins. Alors l’Homme devient monstre, alors la mer devient rouge vif.

Le Japon n’a hélas pas l’apanage des exécutions sommaires du cétacé le plus apprécié des sociétés occidentales. Aux îles Feroë aussi on s’en prend à lui, lors de « grinds » au cours desquelles le malheureux mammifère est extirpé hors de l’eau avec des crochets avant d’être ramené à la plage pour être… découpé au couteau. Cette pratique ancestrale et révoltante, des responsables de l’ONG Sea Shepherd et de la fondation Bardot l’ont dénoncée jeudi au cours d’une manifestation organisée avenue Marceau à Paris devant l’ambassade du Danemark (VIIIe arrondissement). Les opposants ont joué sur la corde sensible en rapportant le cadavre d’un petit dauphin de l’archipel. Placé dans un cercueil ouvert et flanqué des drapeaux danois et européen, il symbolise le calvaire qu’endureraient chaque été – depuis l’époque viking ! – de sept cents à mille mammifères.

Sermonnées de toutes parts, les autorités soutiennent mordicus que leur chair constitue un complément alimentaire indispensable. Sauf que les nombreux cadavres retrouvés entiers balaient cette thèse, et que d’après les associations de protection des animaux les dauphins concentreraient des taux de mercure et de PCB (polychlorobiphényles) qui les rendraient impropres à la consommation.

Bien que les îles Feroë disposent d’un gouvernement autonome, la fondation Bardot et Sea Shepherd estiment le Danemark complice du carnage. Copenhague a beau avoir signé la convention de Berne qui proscrit les exactions sur les mammifères marins, il octroie en effet des subventions à l’archipel, et il est plus que temps que ça s’arrête.

Crédit photo : flickR - ladyLara
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • hyper ecolo

    Quelle horreur !
    C’est un vrai massacre… N’y a t’il pas une pétition que nous pourrions signer quelque part sur ce site ?

  • dk

    D’accord avec hyper ecolo. Donnez nous une pétition à signer.

  • elena b

    Je pense que Sea shepherd a du mettre ça en place. Cette photo est horrible.

  • alain b

    C’est tellement primaire qu’on en arrive à douter de la bonté profonde de la nature humaine

  • Jeffmorgan

    C’est monstrueux il faut faire parler les armes pour ces tueurs .