NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’Arctique serait à l’origine d’importantes émissions de gaz à effet de serre

L'Arctique serait à l'origine d’importantes émissions de gaz à effet de serre
C'est la première fois que l'on observe des fuites de méthane émanant d’un océan

Des recherches récentes ont révélé que de grandes quantités d’émissions de gaz à effet de serre) (GES) s’échappent de l’Arctique, favorisant ainsi le réchauffement climatique.

L’étude menée par Eric Kort, membre de l’Institut de Technologie de Californie (Caltech), et relayée par la revue Nature Geoscience, met en particulier l’accent sur la fonte des glaciers de l’Arctique, à l’origine d’un important relâchement de méthane (CH4) dans l’atmosphère.

A l’occasion de plusieurs survols du Grand Nord, avec des trajets pouvant aller jusqu’à 82 degrés de latitude nord, les chercheurs ont constaté une forte présence de ce gaz à effet de serre une vingtaine de fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2), notamment près des morceaux de glace flottant dans l’Arctique.

réchauffement climatique : l arctique est une bombe à retardement

Si on ignore encore les causes de ce phénomène, il semblerait aujourd’hui que les eaux glacées de l’océan Arctique contiendraient une source importante du gaz « potentiellement sensible aux changements dans la couverture glacée de la mer », résument les auteurs, cités notamment par nos confrères de MSN.com. Ainsi la hausse du thermomètre mondial, en très grande partie responsable de la fonte des glaces dans l’océan, serait à l’origine d’un cercle vicieux : plus la température monte, plus la banquise s’érode, plus la glace relâche du méthane, d’où au bout du compte une aggravation du réchauffement climatique.

C’est la première fois que des scientifiques définissent une source du réchauffement climatique produite par les océans. L’origine de ce gaz n’est pas encore fixée, mais il est probable qu’il provienne de microbes établis à la surface de l’eau. En revanche, la présence de méthane dans de la glace avait déjà été attestée en Sibérie, où des experts ont pu observer que le permafrost (NDLR : ou pergélisol, le sous-sol gelé en permanence) dans lequel était enfermé le gaz depuis des millions d’années en laissait s’échapper lorsqu’il chauffait.

Le seul moyen pour casser ce cercle vicieux est de mettre un terme à la production continentale de méthane pour freiner le réchauffement climatique et ainsi endiguer la fonte des glaciers. Cela semble malheureusement plutôt mal engagé…

Crédits photos: Wikimedia Commons – NASA Goddard Space Flight Center / Brocken Inaglory
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/pollution/id4492787 Pollution | Pearltrees

    [...] C’est la première fois que des scientifiques définissent une source du réchauffement climatique produite par les océans. L’origine de ce gaz n’est pas encore fixée, mais il est probable qu’il provienne de microbes établis à la surface de l’eau. En revanche, la présence de méthane dans de la glace avait déjà été attestée en Sibérie, où des experts ont pu observer que le permafrost (NDLR : ou pergélisol, le sous-sol gelé en permanence) dans lequel était enfermé le gaz depuis des millions d’années en laissait s’échapper lorsqu’il chauffait. Le seul moyen pour casser ce cercle vicieux est de mettre un terme à la production continentale de méthane pour freiner le r échauffement climatique et ainsi endiguer la fonte des glaciers. Cela semble malheureusement plutôt mal engagé… L’Arctique serait à l’origine d’importantes émissions de gaz à effet de serre | zegreenweb [...]