NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Lampes basse consommation, besoin d’un éclairage ?

Lampes basse consommation, besoin d'un éclairage ?
Une LBC permet, avant tout, des économies d'énergie

« Aujourd’hui, les deux-tiers des ménages français possèdent au moins une Lampe Basse Consommation » selon l’ADEME. Mais combien d’entre eux savent précisément ce qu’est une LBC?

Des lampes vertueuses

L’éclairage représente 9% de la facture d’électricité des ménages. Halogène, lampe à incandescence, lampe basse consommation, l’offre s’est diversifiée. Pour l’ADEME, il n’y plus à hésiter, les LBC sont l’avenir. Il faut dire que leurs atouts sont nombreux. En effet, de la famille des lampes fluorescentes, les lampes basse consommation représentent 4 à 5 fois moins de consommation d’électricité que les ampoules classiques.  Une LBC produit 25% de lumière contre seulement 5% pour une lampe à incandescence. Alors même si s’équiper de lampes basse consommation représente un coût non négligeable avec des prix compris entre 5 et 8 euros en moyenne, c’est un investissement rentable. Avec une longévité de 8000h en moyenne, la durée de vie d’une LBC est de 6 à 10 fois plus longue que celle d’une ampoule classique. Si l’étiquette énergie figurant sur l’emballage de l’ampoule indique qu’elle est de classe A, les économies d’énergie pourront aller jusqu’à 80% par rapport à une ampoule standard. D’ailleurs, les ampoules halogènes ne sont classées qu’entre B et D et les ampoules incandescentes entre E et G. Et tout ça, pour un même confort d’éclairage!

Un calendrier favorable aux LBC

Mieux vaut s’y mettre rapidement : les ampoules traditionnelles de 25 à 100W ne seront plus en vente dès le 1er septembre 2012 par décret de l’Union européenne. Les ampoules à incandescence subiront le même sort dans le cadre des engagements pris par le Grenelle de l’Environnement. A terme, le remplacement de ces ampoules par des LBC pourrait représenter une économie de 8 térawatts-heures de consommation d’électricité, soit deux fois la consommation annuelle d’électricité des habitants de Paris. De surcroit, l’électricité destinée à l’éclairage est principalement le fruit de l’énergie thermique (gaz, charbon, fuel), très polluante. Ainsi, en adoptant la LBC, une réduction de la consommation d’électricité impliquera aussi une réduction des émissions de CO2. Alors, pour inciter les consommateurs à passer à l’ampoule basse consommation, plusieurs opérations promotionnelles telles que « une lampe achetée = une offerte » ou la lampe à 2 euros ont été mises en place par les réseaux de grande distribution.

Recycler les LBC : un impératif

Une lampe basse consommation contient du mercure à hauteur de 3mg par ampoule. Cela « en fait un déchet dangereux nécessitant une élimination particulière » selon l’ADEME. Il faut donc impérativement passer par la case recyclage et non pas par la case poubelle. Les ampoules basse consommation sont considérées comme un Déchet d’Equipement Electrique et Electronique (DEEE).  Elles sont prises en charge par l’éco-organisme Récyclum qui peut traiter jusqu’à 93% des composants d’une ampoule. Le mercure en est notamment extrait et réutilisé. Il faut donc porter les LBC dans les déchetteries ou dans les enseignes de grande surface. Reste que ces ampoules nouvelle génération dégageraient des ondes électromagnétiques nocives, alimentant la polémique. Des études sont toujours en cours à ce sujet. S’il n’y a pas lieu de s’alarmer, il convient de ne pas s’exposer trop longtemps à moins de 50 cm de l’ampoule.

Avec le remplacement des ampoules classiques dans les ménages, il faudrait que s’opère aussi un changement des comportements. S’équiper d’une lampe basse consommation n’autorise en rien de ne pas l’éteindre en partant!

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !