NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’agriculture consomme 92 % de l’eau douce utilisée dans le monde

L'agriculture consomme 92 % de l'eau douce utilisée dans le monde
Un Américain moyen consomme assez d'eau chaque année pour remplir une piscine olympique

Un pourcentage ahurissant, alors que dans le même temps de nombreuses populations pâtissent d’une raréfaction des ressources en eau douce. Autre donnée sans équivoque : à eux seuls, trois États pèsent 38 % de la consommation mondiale. De quoi conforter les associations de protection de l’environnement, qui plaident pour un autre modèle agricole et pour un changement des comportements alimentaires.

Il n’est un secret pour personne que le secteur primaire suppose l’emploi de nombreuses ressources et en grandes quantités. Publiée dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), une étude d’Arjen Hoekstra et Mesfin Mekonnen, deux spécialistes de l’Université de Twente (Pays-Bas), permet toutefois d’en savoir davantage. Pour en arriver à ces chiffres, le duo s’est basé sur les résultats d’études précédentes, lesquelles leur ont permis d’étudier l’empreinte eau, c’est-à-dire le volume total d’« eau virtuelle » utilisée pour produire un service ou un produit, à une échelle géographique précise durant la période 1996-2005.

Il a ensuite divisé la surface terrestre en « blocs » de quatre-vingt-cinq kilomètres carrés  puis collecté les données réunies par les États. Un travail minutieux qui a donné lieu à une évaluation précise des modèles de consommation de l’eau pour les processus agricoles et industriels, mais aussi pour les foyers individuels, et a révélé que l’agriculture mobilise 92 % de l’eau douce utilisée à l’échelle internationale. Dans le détail, les cultures de blé, de maïs et de riz (27 %) sont davantage « aquavores » que la production de viande (22 %) – qui « se rattrape » en termes d’émissions de gaz à effet de serre (GES), notamment parce qu’elle participe activement à la déforestation – et les produits laitiers (7 %).

Par ailleurs, la Chine, l’Inde et les États-Unis représentent à eux trois 38 % de la consommation mondiale d’eau douce. Si les deux premières sont, de loin, les pays les plus peuplés au monde, et qu’il serait à ce titre injuste de leur jeter la pierre, l’Oncle Sam – 5 % de la population mondiale « seulement » – aurait de son côté intérêt à s’interroger sur sa présence dans le trio de tête. Selon l’étude, un Américain lambda consomme en effet assez d’eau chaque année pour remplir… une piscine olympique ! La consommation moyenne d’eau douce par habitant et par an atteint deux mille huit cent quarante-deux mètres cube de l’autre côté de l’Atlantique, soit plus du double de la moyenne mondiale.

Il faut cinq mille trois cents litres d’eau pour faire pousser et traiter un dollar de céréales

Les pays confrontés à la plus forte aridité ne seraient pas non plus exemplaires dans la mesure où ils s’approvisionneraient directement auprès d’autres États en négligeant le flux d’« eau virtuelle ». « Par exemple, une analyse précédente a révélé qu’il faut environ cinq mille trois cents litres d’eau pour faire pousser et traiter un dollar (soixante-quinze centimes d’euro) de céréales (!) Un volume d’eau considérable mais qui n’est pas apparent lorsqu’on regarde un sac de céréales dans un rayon de magasin. De nombreux pays sont pauvres en eau, ce qui les oblige à externaliser leur consommation en important des produits intensifs en eau comme les céréales ou les produits électroniques, qui sont produits ailleurs », décrypte le site Newsciencemag.org. Et de citer M. Hoekstra, selon lequel ce flux d’« eau virtuelle », aussi éludé soit-il par la communauté internationale, représente « une grande partie de l’économie mondiale ». 22 % de l’eau consommée dans le monde serait ainsi de « l’eau virtuelle » importée.

Paradoxalement, le fait que l’agriculture constitue une grande part de l’eau utilisée dans le monde donne à penser que l’Homme pourrait réduire la consommation totale d’eau, estime M. Hoekstra. Améliorer l’efficacité de l’irrigation pourrait par exemple permettre une meilleure utilisation de l’eau de surface provenant des précipitations et de diminuer la dépendance aux pompages non-durables de l’eau dans les nappes phréatiques.

Alors que sur la période 1996-2005, les êtres humains auraient utilisé neuf mille quatre-vingt-sept kilomètres cube d’eau – c’est-à-dire assez pour inonder intégralement l’État de Californie (!), avec un peu plus de deux centimètres d’eau chaque année au cours de cette décennie -, la hausse globale de la demande en viande combinée à l’accroissement démographique devrait conduire à une augmentation conséquente de l’empreinte eau.

D’où, encore une fois, un renforcement des risques de pénurie dans certains pays où l’accès est déjà difficile. Et l’absolue nécessité de modifier profondément les habitudes alimentaires.

Crédits photos : Wikimedia Commons / Tsutsui Mizuki - Ingolfson
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/alimentation-bio/id3041029 Alimentation Bio | Pearltrees

    [...] L’agriculture consomme 92 % de l’eau douce utilisée dans le monde | zegreenweb Un pourcentage ahurissant, alors que dans le même temps de nombreuses populations pâtissent d’une raréfaction des ressources en eau douce . [...]