NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La Suisse à la conquête de la stratosphère grâce à l’énergie solaire

La grande histoire d’amour entre la Suisse et l’énergie solaire se poursuit. Après l’incroyable projet Solar Impulse 2, qui a permis à un avion de faire le tour du monde avec pour seule source d’énergie les rayons du soleil, la confédération helvétique compte désormais réaliser un autre exploit : lancer le premier vol solaire habité dans la stratosphère. Porté par l’aventurier Raphaël Domjan, ce projet baptisé SolarStratos ambitionne de réaliser un exploit aujourd’hui impossible avec un avion à propulsion classique. Et ainsi démontrer la supériorité des sources d’énergies renouvelables. Explication d’un pari fou venu, une fois de plus, venant de Suisse.

Raphaël Domjan, actuellement âgé de 44 ans, est ce que l’on pourrait appeler un éco-aventurier : un passionné qui se lance perpétuellement des défis et qui a décidé de mettre sa motivation (son envie de dépasser les limites du possible) au service de la défense de l’environnement. En 2012, ce natif de Suisse faisait déjà parler de lui en réalisant le premier tour du monde à l’énergie solaire à bord du bateau PlanetSolar.

C’est d’ailleurs pendant ce périple autour du globe, une nuit alors qu’il naviguait dans les eaux calmes du Pacifique, que lui est venu l’idée de s’envoler jusqu’à la stratosphère grâce à la seule énergie solaire. Un défi d’autant plus difficile à réaliser qu’il est aujourd’hui techniquement impossible d’atteindre la seconde couche de l’atmosphère terrestre avec un avion classique.

Une difficulté que le futur aviateur de l’extrême a décidé de transformer en véritable force. Le but est de réaliser cet exploit pour témoigner de la fiabilité des énergies renouvelable. Et de prouver leur « supériorité » face aux ressources énergétiques polluantes que sont le pétrole, le charbon et le gaz naturel. « Notre objectif est de démontrer qu’avec les technologies actuelles, il est possible de réaliser des prouesses qui dépassent le potentiel des énergies fossiles », explique le promoteur de l’avion SolarStratos.

Ce dernier est un avion bi-place aux dimensions démesurées : il affiche une longueur de 8,5 mètres pour une envergure de… 24,8 mètres ! C’est notamment sur ses ailes étonnamment longues que sont disposées les 22 mètres carrés de cellules solaires qui lui permettent de se mouvoir sans utiliser une seule goute de carburant. Côté autonomie, SolarStratos devrait pouvoir atteindre sans difficulté la barre des 24 heures.

L’avion solaire effectuera ses premiers vols d’essai dès le mois de février 2017, ainsi que des vols à moyenne altitude dans le courant de l’été prochain. De quoi se mettre en confiance et procéder à d’éventuels ajustements techniques avant de pousser plus en avant la course solaire vers les étoiles : les premiers vols stratosphériques devraient en effet se dérouler dans le courant de l’année 2018. Ce type de voyage devrait durer près de 6 heures : il faudra en effet compter 2h30 d’ascension jusqu’à la stratosphère, 15 minutes de vol stationnaire, puis 3 heures de descente.

Lorsqu’il sera en vol stationnaire à plus de 25 kilomètres de la surface de la Terre, Raphaël Domjan apercevra la courbure de la Terre et distinguera au-dessus de lui les étoiles, même en plein jour. Il devra cependant faire face à une température de -70°C et seulement 5% de la pression atmosphérique normale. Lourd de 450 kilos, l’avion ne pourra pas être pressurisé : le pilote devra donc revêtir une combinaison d’astronaute… elle aussi à l’énergie solaire. Il s’agira également d’une autre première mondiale.

« Les véhicules électriques et solaires comptent parmi les grands défis du 21ème siècle. Notre avion, qui pourra voler à une altitude de 25.000 mètres, ouvre une porte sur une aviation électrique et solaire commerciale, proche de l’espace », estime l’éco-aventurier qui s’inscrit dans la droite lignée des ambitions de Bertrand Piccard et André Borschberg. Ces derniers sont les deux pilotes suisses qui, en juillet dernier, ont bouclé un tour du monde historique à bord de leur avion solaire Solar Impulse 2.

« Notre projet est porteur d’espoir et il fait rêver les petits comme les grands. Il ouvre aussi la porte à de nouvelles connaissances scientifiques, à un prix abordable, dans le cadre de l’exploration et d’une utilisation pacifique de la stratosphère », s’est réjoui Roland Loos, directeur général de SolarXplorers, structure en charge du futur développement des applications de SolarStratos.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !