NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La NASA rappelle la réalité du changement climatique

La NASA rappelle la réalité du changement climatique
Entre les années 1950 et la dernière décennie, l’accélération du changement climatique est manifeste. La comparaison de ces deux cartes retraçant les anomalies de températures entre les années 70 et les années 2000 en atteste. Les pôles ont notamment connu une hausse spectaculaire des températures, phénomène aux conséquences multiples et néfastes pour le reste de la planète…

Une nouvelle analyse de l’agence spatiale montre, avec force données chiffrées, l’accélération du changement climatique depuis trois décennies.

Etrange de parler de réchauffement climatique pendant que les médias européens sont tournés vers la neige qui s’amasse sur les routes. L’expression « dérèglement climatique » devrait alors mettre tout le monde d’accord, et ce ne sont pas les dernières données fournies par la NASA qui la contrediront.

Le Goddard Institute for Space Studies (GISS) a mis en avant ce phénomène grâce à « des données publiquement accessibles venant de 6 300 stations météorologiques à travers le monde ; des observations de la température de surface de la mer sur place et par satellite ainsi qu’à des mesures de stations de recherche en Antarctique ». Une vaste entreprise de collecte et d’analyse de ces multiples informations qui a confirmé – et précisé – ce que les experts savaient du changement climatique.

A travers une série de cartes interactives récapitulant ces données, la NASA montre que la Terre est nettement plus chaude aujourd’hui qu’en 1880 – date des premiers relevés – avec une hausse des températures de 0.8 degrés celsius. Elles révèlent aussi, avec pour échelle de comparaison la température « moyenne » de la période 1951-1980, que le réchauffement s’est accéléré ces vingt dernières années. « Le monde est de plus en plus chaud », confirme la NASA. « Que la cause de cette évolution soit l’activité humaine ou une variabilité naturelle – et la prépondérance des évènements dit qu’elle est surtout humaine –, les résultats des thermomètres observés dans le monde entier ont clairement augmenté depuis le début de la Révolution Industrielle », précise-t-elle. Encore plus préoccupant : deux tiers de cette hausse sont survenus depuis 1975, à un rythme de 0.15 à 0.20 degrés celsius par décennie. Les pôles, particulièrement le Pôle Nord, sont en outre plus particulièrement affectés…

2010, année de (presque) tous les records

L’année 2010 qui se termine restera dans l’histoire comme une preuve de cette accélération du dérèglement climatique. Les données de novembre mettent ainsi en avant deux grandes anomalies : la région de la baie d’Hudson (Canada), une des premières concernées par la fonte des banquises, a connu des températures de 10 degrés supérieures à la normale. Au contraire l’Europe du Nord a traversé une inhabituelle période de froid fortement relayée dans les médias, avec des températures de plus de 4 degrés inférieures aux normes. Selon la World Meteorological Organization, 2010 sera d’ailleurs « quasi certainement » l’une des trois années les plus chaudes depuis l’invention des prévisions météorologiques. La décennie qui s’achève, elle, sera – et de loin – la plus chaude depuis 1850.

Un degré de plus ou de moins pourrait paraître insignifiant mais comme le rappelle la NASA ce n’a été qu’une chute des températures que d’un à deux degrés qui a plongé l’hémisphère Nord dans le « petit âge glaciaire », du XIVe au 19e siècle. Deux degrés de plus, c’est la limite (supérieure) que se sont fixés les gouvernants de la planète, engagement rappelé – mais pas amélioré – lors du récent sommet de Cancun.

A destination de celles et ceux qui doutent encore de l’importance de ces quelques degrés, c’est Google qui s’est récemment allié à l’ancien Secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan pour attester de manière interactive les probables impacts sur la planète du changement climatique. A côté des habituels discours, on peut décidément faire passer beaucoup de messages avec de « simples » cartes.

Crédit photo : NASA Goddard Institute for Space Studies
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !