NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La grande majorité des 15-18 ans se disent préoccupés par l’avenir de la planète

La grande majorité des 15-18 ans se disent préoccupés par l'avenir de la planète
Réalisé par Lucie Poirot en partenariat avec l'ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le film La Kolok, met en scène cinq colocataires plus ou moins soucieux de l'environnement. Humour et pédagogie sont de rigueur pour ce scénario écrit avec des adolescents

Selon une enquête menée par l’institut Médiascopie pour l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), 79 % des jeunes de 15 à 18 ans estiment que le réchauffement climatique est lié à l’activité humaine et 66 % pensent que les conditions de vie s’aggraveront dans les prochaines années. Une prise de conscience verte qui a amené l’ADEME à plaider pour une refonte de la communication envers les jeunes.

Avec l’étude Les mots de l’environnement pour les 15-18 ans, l’ADEME et Médiascopie nous en apprennent beaucoup sur la perception qu’ont les jeunes de l’écologie. Leur rôle est évidemment capital étant donné que les générations futures vont être confrontées à des défis environnementaux particulièrement relevés. L’institut a interrogé 500 adolescents aux profils et parcours scolaires variés du 7 au 15 mai dernier, ce en fonction des préceptes d’une méthode nommée « Les Mots de ». Le but ? Faire émerger les représentations collectives d’un groupe défini. 150 mots ont à cette fin été proposés aux sondés, ainsi que deux échelles. La première pour l’évaluation (« Ce mot est-il bon/mauvais pour l’environnement ? »), la seconde pour l’implication (« Vous sentez-vous concerné par ce mot ? »).

Les résultats ont ensuite été projetés sur un graphique dont l’interprétation révèle qu’ils refusent d’être la « génération sacrifiée » et sont préoccupés par les problématiques vertes.

Des jeunes impliqués mais peu écoutés

Les jeunes se disent globalement prêts à s’engager au niveau local et sont mêmes une majorité à accepter l’idée de missions de service civique. Quant aux éco-gestes, ils ne leur sont pas inconnus et sont même perçus comme une manière concrète d’agir.

Les 15-18 ans restent cependant démunis face à l’immensité des enjeux et le manque d’encadrement et d’interlocuteurs demeure un frein à leur engagement. Peu à l’écoute des pouvoirs publics, ils n’adhèrent pas non plus aux discours culpabilisants et leur préfèrent ceux des associations, qu’ils jugent plus impliquées. L’enquête a également mis en lumière la nécessité d’une communication environnementale spécifique pour les moins de 20 ans.

Avec comme objectif leur implication directe, l’ADEME va expertiser de nouvelles méthodes. Au programme : travail en réseau avec des acteurs éducatifs et notamment le monde de l’enseignement, présence en ligne plus importante et mise en place d’outils sur Internet. A ces dispositions s’ajoutent la publication de dossiers thématiques affichant un ton humoristique et décalé et la diffusion du film La Kolok, qui détaille les perceptions environnementales d’étudiants vivant en colocation confrontés aux choix écolos.

Le Centre Pompidou (Paris) accueillera enfin un espace « Green Attitude » dédié aux 13-16 ans du 8 octobre au 8 janvier prochain. La clef du succès ? Etre concret et ludique. Il n’y a qu’en appelant un chat un chat sans pour autant verser dans l’écueil moralisateur que les thématiques vertes trouveront leur juste place. Chez les jeunes comme chez les moins jeunes.

Crédits photos : Lucie Poirot
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !