NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La formidable aventure du PlanetSolar

La formidable aventure du PlanetSolar
Le Turanor PlanetSolar lors de son escale à Hong Kong

Le catamaran solaire est rentré au bercail la semaine dernière au terme d’un incroyable tour du monde. Retour sur l’aventure et sur l’espoir qu’elle représente.

C’était vendredi dernier à Monaco. Le bateau Turanor Planet Solar - « puissance du soleil » dans la mythologie de J.R.R. Tolkien – achevait son tour du monde et rentrait à bon port après un périple d’un an et demi. Celui-ci le 27 septembre 2010, le catamaran ayant quitté la principauté pour ensuite rallier Miami (Etats-Unis), Cancun (Mexique), Cartagena (Colombie), le canal de Panama, les îles Galapagos (Equateur), les îles Marquises, Tahiti, les Tonga, Nouméa (Nouvelle-Calédonie), Brisbane, Cairns (Australie), Manille (Philippines), Hong Kong, Singapour, le Sri Lanka, Mumbai (Inde), Abu Dhabi (Émirats Arabes Unis), Doha (Qatar) puis la Méditerranée.

Un tour du monde accompli en très exactement 584 jours, 23 heures et 31 minutes grâce la seule énergie des panneaux photovoltaïques du bateau. Multiple, les escales ont permis de vanter les mérites de l’énergie solaire à travers le monde.

L’initiateur du Planet Solar, Raphaël Domjan, est un Suisse de 39 ans. Electronicien de formation, ambulancier, guide de haute montagne, pilote d’avion, il est surtout un pionnier et un écolo convaincu. « Les aventures et les explorations ne sont plus là pour découvrir de nouvelles terres encore inconnues, aller plus vite ou plus haut. Elles ont vocation à protéger notre environnement ainsi que la biodiversité », résume-t-il sur son site Internet.

Fort de cette conviction, il s’est lancé dans un projet fou, celui d’un bateau naviguant uniquement à l’énergie solaire. Après plusieurs années de recherches, il est arrivé à convaincre l’homme d’affaires allemand Immo Ströher, en 2008.

Le PlanetSolar reprendra du service cet été

M. Domjan a ensuite confié le projet à l’ingénieur Craig Loomes. Le bateau a été assemblé à Kiel (Allemagne) et il a fallu deux ans entre sa conception et sa construction.

La forme aérodynamique du bateau et les matériaux ont été choisis avec soin par les ingénieurs. 537 mètres carrés « seulement » ont en effet suffi à faire avancer ce mastodonte en fibres de carbone de 95 tonnes, 31 mètre de long, 15 mètres de large, et 6,1 mètres de haut. Les quatre marins toujours présents à bord ont tout de même dû optimiser au maximum l’énergie solaire qu’ils avaient à leur disposition, s’adapter à la météo et utiliser leurs batteries en lithium à bon escient.

« Traverser cette ligne d’arrivée était un moment d’une telle intensité […] Il faudra encore du temps pour réaliser que nous avons bouclé ce premier tour du monde à l’énergie solaire », a commenté M. Domjan sur son blog. Et de citer Jules Verne, tout en se disant convaincu « que notre civilisation est capable du meilleur » : « Un jour, l’homme sera capable de tout détruire ou de tout sauvegarder. »

« Nous disposons aujourd’hui des connaissances et des technologies pour être durables et redonner un vrai sens au progrès », estime M. Domjan. Avec la fin de ce tour du monde, il semble en tout cas acquis que de nouvelles passerelles verront le jour entre la technologie et le développement durable. Le Turanor PlanetSolar continuera un tour de Méditerranée cet été pour promouvoir le solaire. L’histoire ne s’arrêtera sans doute pas là.

Crédits photos : flickr – Great Ado/PlanetSolar
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • daniel d

    Génial !

  • http://www.hariscizmic.com/music Different Bosnian Rock Pop and Metal from Sarajevo

    …Visitor recommendations…

    [...]Sjecate li se banda AXA? Pogledajte ih kao Ingray na youtubeu[...]…