NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La forêt amazonienne « proche d’un point de rupture irréversible »

Les prévisions suggèrent que la forêt tropicale pourrait cesser de produire suffisamment de pluie pour subvenir à ses besoins d’ici 2021.

La déforestation croissante conjuguée aux politiques destructrices du président d’extrême droite brésilienne, Jair Bolsonaro, pourrait pousser dangereusement la forêt amazonienne à un point de rupture irréversible d’ici deux ans.

Après quoi, la forêt pluviale cesserait de produire suffisamment de pluie pour se maintenir et commencerait à se dégrader lentement en une savane plus sèche, libérant des milliards de tonnes de carbone dans l’atmosphère, ce qui exacerberait le réchauffement climatique mondial et perturberait les conditions météorologiques en Amérique du Sud.

« Comme tout stock, soudain vous n’en avez plus »

Cette mise en garde a été publiée dans une note politique publiée cette semaine par Monica de Bolle, chargée de recherche à l’Institut d’économie internationale Peterson à Washington.

Le rapport a suscité la controverse parmi les climatologues. Certains pensent que le point de basculement sera atteint dans 15 ou 20 ans, alors que d’autres disent que cet avertissement reflète avec précision le danger que Bolsonaro et le réchauffement de la planète posent à la survie de l’Amazonie.

« C’est un stock, alors comme tout stock, vous le stockez, puis soudain, vous n’en avez plus », a déclaré Monica de Bolle.

Bolsonaro s’est engagé à développer l’Amazonie et son gouvernement prévoit d’autoriser l’exploitation minière dans des réserves indigènes protégées. Les agriculteurs d’Amazonie soutiennent ses attaques contre les agences de protection de l’environnement.

La note indiquait que l’institut brésilien de recherche spatiale, INPE, avait signalé que la déforestation en août dernier était de 222% supérieure à celle d’août 2018. Le maintien d’un tel taux amènerait l’Amazonie « dangereusement près du point de basculement dès 2021… au-delà duquel la forêt pluviale ne peut plus générer assez de pluie pour se maintenir », a écrit Monica de Bolle.

« Si elle a raison, c’est la fin du monde »

Carlos Nobre, l’un des scientifiques climatologues brésiliens de premier plan et chercheur principal à l’Institut d’études avancées de l’Université de São Paulo, a mis en doute le calcul selon lequel la déforestation devrait quadrupler, passant de près de 18 000 km2 à près de 70 000 km2 d’ici 2021.

« Cela me semble très improbable. L’augmentation prévue de la déforestation est davantage un calcul économique qu’écologique », at-il déclaré. Cependant, il a ajouté : « Nous assistons à une augmentation de la déforestation, je ne remets pas cela en question. »

L’année dernière, il a notamment a expliqué dans un article écrit avec le célèbre biologiste américain en matière de conservation, Thomas Lovejoy, que le point de basculement de l’Amazonie pourrait se produire dans l’est, le sud et le centre de l’Amazonie lorsque 20 à 25% de la forêt tropicale aurait été abattue – ce qui ne devrait pas se faire avant 20 à 25 ans. Il a depuis avancé sa prévision d’environ cinq ans.

« L’Amazonie est déjà déboisée à 17%, alors si vous conservez le taux actuel de déforestation, ce taux de 20% à 25% sera atteint d’ici 15 à 20 ans », a-t-il déclaré. « J’espère qu’elle a tort. Si elle a raison, c’est la fin du monde. »

Parmi les engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris sur le climat, signé par l’ancienne présidente de gauche, Dilma Rousseff, le Brésil a accepté de reboiser 12 millions d’hectares et de mettre fin à la déforestation illégale d’ici 2030.

Cependant, il semble de moins en moins probable que le Brésil atteigne ses objectifs. La déforestation a commencé à augmenter sous Dilma Rousseff en 2013 après neuf années de déclin et s’est accélérée sous Jair Bolsonaro.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !