NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La folle rumeur Bugatti

La folle rumeur Bugatti
L'extraordinaire Bugatti Veyron pourrait bientôt être concurrencée par une cadette encore plus puissante et alimentée par deux moteurs 100 % électriques

Dans la série des constructeurs emblématiques de bolides qui voudraient mettre du beurre vert dans les épinards je voudrais Bugatti.

Après Ferrari et Porsche, un autre grand nom des voitures de sport ultra-rapides – et très coûteuses (NDLR : à cet égard Ettore Bugatti avait d’ailleurs pour crédo « rien n’est trop beau, rien n’est trop cher ») – envisagerait donc lui aussi d’exploiter le filon.

L’avenir des V8, V10 et V12 passerait-il par des attributs environnementaux ? Ce ne serait en tout cas pas la marque alsacienne – aujourd’hui propriété du groupe Volkswagen - qui prétendrait le contraire, elle qui travaillerait sur un modèle de supercar électrique. « Supercar » car il est ici question d’un monstre de huit cents chevaux (!) encore plus puissant que le modèle Veyron (NDLR : lequel culmine tout de même à 407 km/h et passe de 0 à 100 km/h en moins de trois secondes fort de ses 1 000 chevaux), d’un couple théorique monstrueux de deux mille deux cents newton-mètres (Nm) et de deux moteurs alimentés par des batteries lithium-ion.

D’après le magazine britannique spécialisé Auto Express, lequel tiendrait l’info d’un cadre haut placé du constructeur, un prototype de ce nouvel opus hors du commun aurait même déjà été réalisé sur la base d’une Bentley Continental GT, le constructeur britannique appartenant lui aussi à Volkswagen.

Reste à savoir s’il s’agit en réalité d’un démonstrateur technologique de nature à donner aux têtes pensantes du groupe centenaire des indications sur les extrêmes limites des voitures électriques.

Des performances qui n’auraient rien à envier à celles de ses aînées polluantes et dans le même temps zéro émission de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère : forcément les observateurs demandent à voir, et il est vrai que l’absence actuelle de réponses aux incontournables questions de la recharge et de l’autonomie de cet hypothétique bolide « propre » peut faire penser qu’on nage en plein délire.

Même si les ingénieurs en charge du projet auraient qualifié son accélération d’ « incroyable » la direction de Bugatti devra donc confirmer les alléchantes assertions de nos confrères pour que les plumes se débrident.

À noter que le constructeur a déjà produit un modèle électrique en série dans les années 1930, la Type 56, qui ne développait qu’un cheval, dont la vitesse n’excédait pas les 28 km/h et qu’Ettore Bugatti utilisait à titre personnel pour se déplacer dans l’usine-mère de Molsheim (Bas-Rhin). Ce serait donc pour ses successeurs une sorte de retour aux sources, une pointe de vitesse phénoménale et un prix très vraisemblablement astronomique en plus.

Crédit photo : Wikimedia commons – Ammar shaker
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !