NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La FAO a constaté une intensification de la déforestation depuis 2000

La FAO a constaté une intensification de la déforestation depuis 2000
Le déboisement se poursuit à une cadence infernale, en particulier dans les pays tropicaux.

Les évolutions enregistrées ces derniers mois en Amazonie inquiètent beaucoup les écologistes locaux tandis que les autorités brésiliennes, entre soutien (trop) poussé à la production de bioéthanol et exonération partielle des responsabilités environnementales des petits propriétaires forestiers, font exactement le contraire de ce qui serait nécessaire pour éviter que le premier poumon d’oxygène de la planète ne se transforme, à terme, en source de CO2. La forêt amazonienne n’est cependant pas la seule à perdre du terrain, la FAO (Food and Agriculture Organization) ayant pointé dans un rapport publié mercredi après quatre années d’investigations – et qui a impliqué deux cents chercheurs originaires de cent deux pays – une accélération du rythme mondial de la déforestation depuis 2000.

« Les nouveaux chiffres obtenus grâce aux images satellites […] offrent aux décideurs, à tous les niveaux, des informations plus précises et qui soulignent la nécessité pour les pays et les organisations de traiter le problème d’urgence », a commenté Eduardo Rojas-Briales, sous-directeur général de l’organisation onusienne et responsable du Département des forêts. « Le déboisement prive des millions de personnes de biens et services forestiers cruciaux pour la sécurité alimentaire, le bien-être économique et la santé de l’environnement », a-t-il également rappelé.

Et de révéler que « la planète a en moyenne perdu près de dix hectares par minute » entre 1990 et 2005. De même, la perte annuelle nette serait passée de quatre millions cent mille hectares entre 1990 et 2000 à six millions quatre cent mille hectares entre 2000 et 2005, soit une augmentation supérieure à 50 %. Sans surprise, les régions tropicales – qui pèsent près de la moitié de la superficie forestière mondiale – seraient les plus affectées par ce phénomène que la FAO impute essentiellement à la conversion de forêts en surfaces agricoles cultivables, en particulier en Amérique du Sud et en Afrique. En dépit des exactions environnementales commises en Indonésie, l’Asie, elle,  aurait été le seul continent à afficher des gains nets dans l’utilisation des terres forestières durant la période 1990-2005.

Quant aux pertes nettes de couvert forestier, partiellement compensées par le reboisement ou l’expansion naturelle, elles auraient dans le même temps représenté soixante-douze millions neuf cent mille hectares. Basée entre autres sur des données de la NASA et de l’US Geological Survey, financée en partie par la Commission européenne et le gouvernement français, l’étude de la FAO a été publiée deux jours après le coup d’envoi du sommet de Durban (Afrique du Sud).

On ne peut pas croire que les participants fassent comme si de rien n’était.

Crédits photos : flickr – recoverling / Ben Sutherland
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/forets/id3341639 Forets by zegreenweb – Pearltrees

    [...] La FAO a constaté une intensification de la déforestation depuis 2000 | zegreenweb Et de révéler que « la planète a en moyenne perdu près de dix hectares par minute » entre 1990 et 2005. De même, la perte annuelle nette serait passée de quatre millions cent mille hectares entre 1990 et 2000 à six millions quatre cent mille hectares entre 2000 et 2005, soit une augmentation supérieure à 50 %. [...]