NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La disparition des abeilles inquiète la Grande-Bretagne

La disparition des abeilles inquiète la Grande-Bretagne
Les abeilles sont en perdition de l’autre côté de la Manche : leur population a encore chuté de 13,6% cet hiver

Responsables de la pollinisation de 80 % des arbres et des fleurs et donc essentielles au maintien de la biodiversité et de la production alimentaire, les abeilles n’en sont pas moins menacées d’extinction dans de nombreux pays et notamment en Grande-Bretagne, où elles disparaissent plus vite que partout ailleurs. Victimes de maladies, d’acariens parasites mais aussi des pesticides, elles ont fait l’an passé l’objet de plusieurs programmes scientifiques lancés conjointement par les autorités anglaises et écossaises pour faire la lumière sur les causes exactes de leur surmortalité.

Ceux-ci sont arrivés à point nommé puisque, selon une récente enquête menée par la British Beekeepers Associaiton (l’association des apiculteurs britanniques), 13,6% des apidés établis de l’autre côté de la Manche n’auraient pas survécu à l’hiver écoulé ! Les pertes auraient été particulièrement sévères dans le nord-est de la Grande-Bretagne, où un taux de 17,1% a été enregistré. Un pourcentage certes en recul par rapport à l’année précédente mais qui démontre que les abeilles demeurent plus que jamais sous la menace d’une disparition pure et simple. Un tel dénouement aurait un impact tout à fait dramatique sur les arbres fruitiers et les fleurs et donc la production alimentaire. Nous n’en sommes certes pas encore là mais on sait déjà que la production de miel sera moins importante cette année que les précédentes. Plus grave : les apiculteurs estiment que leurs abeilles sont de moins en moins robustes, notamment à cause d’une mauvaise nutrition, d’où des difficultés à résister durant les saisons froides.

les abeilles sont en perdition en grande-bretagne

Malgré les pétitions, les avertissements du  PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) et de nouvelles mesures à l’échelle européenne (UE) rien n’y fait : de nombreux pesticides demeurent autorisés malgré leur responsabilité avérée dans l’épuisement des stocks. Ces substances pénètrent dans les plantes et attaquent le système nerveux des apidés, qui sont ensuite désorientés et voient leur système immunitaire affaibli. Elles ne sont toutefois pas les seules responsables de la diminution de la population des abeilles. L’acarien parasite Varroa destructor serait même la première cause de leur mortalité, ce qui a amené les apiculteurs britanniques a réclamer du gouvernement des recherches approfondies pour tenter de le mettre hors d’état de nuire.

Les citoyens britanniques ont eux aussi été appelés à participer à la sauvegarde des abeilles. Tous ceux qui ont un jardin, même petit, ont ainsi été invités à y planter massivement des fleurs appréciées par les apidés afin qu’elles puissent venir butiner. Si elles se nourrissent bien durant l’été et le début de l’automne, elles pourront recharger leurs réserves et mieux résister aux rudesses hivernales. Le message est évidemment  valable aussi dans tous les pays où les abeilles sont en danger.

Crédits photos : Flickr- Bright Beehive / Wikimedia commons – Joël Bombardin
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • gaga

    C’est Einstein qui a dit que « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre “.
    Et j’ai vu un reportage en France, qui montrait que c’est en ville que les abeilles se reproduisent le plus. Et que donc, bcp de citadins installaient des ruches sur leursterrasse.

  • gaga

    C’est Einstein qui a dit que « Si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre “.
    Et j’ai vu un reportage en France, qui montrait que c’est en ville que les abeilles se reproduisent le plus. Et que donc, bcp de citadins installaient des ruches sur leur terrasse.

  • vtourisme

    Ça m’inquiète aussi …

  • Anonyme

    Il ne faut pas baisser les bras car les abeilles sont trop importantes pour nous et la nature. Outre le lobbying, l’information du public est fondamentale et des articles comme celui-ci aident vraiment la cause. Chacun doit à sa manière et chaque initiative est bénéfique. Pour plus de renseignement sur les actions, http://www.projet-aristee.fr/index.php/les-abeilles/la-biodiversite