NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

La concentration de CO2 explose malgré la crise

La concentration de CO2 explose malgré la crise
Les taux atmosphériques de CO2 sont en constante augmentation malgré la récession économique qui laissait présager une diminution des émissions de gaz à effet de serre

De nouvelles données publiées lundi par le Norwegian Polar Institute et l’Université de Stockholm ont révélé que les taux du principal gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère ont déjà atteint de nouveaux records cette année. Une évolution d’autant plus surprenante que la crise économique a universellement freiné la production industrielle.

La concentration de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère mesurée par la station Zeppelin sur l’archipel arctique de Svalbard (Norvège) a augmenté depuis le début de l’année. Elle a en effet atteint 393,71 Ppm (partie par million) pendant les deux premières semaines de mars, soit 0,54 Ppm de plus que l’an passé à la même période.

« Au vu des données enregistrées depuis la fin des années 1980, nous observons une accélération des émanations de CO2 dans l’atmosphère  » a sobrement commenté Johan Stroem, membre du Norwegian Polar Institute. Au total les émissions de dioxyde de carbone auraient augmenté de plus de 30% depuis la Révolution Industrielle, essentiellement à cause de l’utilisation de carburants fossiles. Cette augmentation corrobore une étude publiée l’an passé. Réalisée autour du continent africain, elle avait conclu à la plus forte concentration de GES dans l’atmosphère depuis 2,1 millions d’années.

La récession économique mondiale en 2009 n’a apparemment pas freiné cette augmentation.

Ces mesures contredisent toutefois les prévisions optimistes de l’Agence Internationale pour l’Energie (AIE), laquelle estimait en septembre que les rejets de CO2 allaient diminuer d’environ 2,6% en 2009 en raison du ralentissement de l’activité industrielle.

Cette tendance à la hausse ne devrait en tout cas pas s’inverser dans la mesure où chaque molécule de dioxyde de carbone émise reste en général plusieurs années dans l’atmosphère. D’où les craintes formulées à maintes reprises par le GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du Climat) au sujet de dérèglements climatiques plus préoccupants encore que ceux déjà observés par l’institution onusienne.

Les mesures collectées par le Norwegian Polar Institute « semblent montrer que nous continuons à émettre comme s’il n’y avait pas de lendemain » a déclaré Kim Holmen, directeur de la recherche. C’est d’autant plus regrettable que le GIEC a évalué à 90 % la part de responsabilité des activités humaines dans la hausse des températures.

Flickr - NASA GODDARD photo and video
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !