NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’Italie va découvrir les joies du pédalage en concert

L’Italie va découvrir les joies du pédalage en concert
Andrea Satta ne jure que par le vélo. Reste à savoir si ses admirateurs accepteront de pédaler pour le voir sur scène…

Dans le cadre de la Semaine européenne de la Mobilité, qui se déroulera du 16 au 22 septembre prochain, le groupe romain « pop-rock-folk » Têtes de Bois a pris une initiative pour le moins originale : faire pédaler son public afin de produire l’électricité nécessaire au son et à la lumière ! « Il s’agira du premier concert en Italie avec cette dimension de développement durable », a expliqué Guglielmo Minervini, conseiller régional en charge de la Mobilité hier lors d’une conférence de presse. 90 vélos seront mis à disposition des spectateurs jeudi prochain à Bari (Italie) pour qu’ils génèrent dix kilowatts (KW). Rien n’empêche toutefois les fans de venir avec leur propre bicyclette.

On n’en attendait pas moins du groupe, qui se dit féru des deux roues. Initiateur de ce projet, son leader Andrea Satta ne manque en effet pas une occasion pour vanter leur côté pratique et populaire et plus encore leur capacité à « résoudre les problèmes de pollution ». Têtes de Bois se prépare à entamer « son » tour d’Italie, non pas le Giro mais presque : au lendemain du concert de Bari, il ralliera Rome et plus exactement l’Université de La Sapienza afin de faire découvrir le concept du concert à pédales, baptisé « Goobike ».


Le groupe n’a cependant pas le monopole du pédalage écolo dans la Péninsule, les élèves de l’Institut G.Vallauri, un lycée technique situé dans la périphérie de la capitale transalpine, produisant déjà une partie de l’électricité nécessaire à l’établissement scolaire de cette manière. « C’est un projet didactique qui vise à l’amélioration et au renforcement de la connaissance des questions énergétiques, tout en contribuant à la solution des problèmes environnementaux », résume Oscar Santilli, le professeur à l’origine de cette initiative.

Et si le programme ne commencera réellement qu’en octobre prochain, les élèves ayant déjà pu tester les installations l’ont déjà adopté, à l’image de Luca : « j’ai pédalé plus que tous les autres et j’ai produit 1,5 KW, soit de quoi alimenter le téléviseur de la salle pendant cinq heures ». Et d’ajouter, preuve que ce projet peut tout à fait franchir les enceintes de l’établissement : « je prends davantage mon vélo et les transports publics pour me déplacer, j’évite de prendre la voiture. Ca m’a pas mal sensibilisé. »

On attend maintenant que l’éco-pédalage s’installe dans nos frontières.

Crédits photos : flickr - IaRaZ / Arria Belli
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !