NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’huile de friture a la cote chez les taxis londoniens

L’huile de friture a la cote chez les taxis londoniens

Au Royaume-Uni, paradis du fish and chips et autres mets frits, les huiles de friture posent un ensemble de problèmes coûteux à la collectivité. Selon les estimations, les restaurants génèrent chaque année entre cinquante et quatre-vingt dix millions de litres d’huiles de friture usagée. Malgré une loi introduite en 2004 et demandant aux professionnels de la restauration de se débarrasser de ces déchets sensibles de façon appropriée, des millions de litres finissent au tout à l’égout entraînant un engorgement du réseau d’eaux usées source de blocage de canalisations (cinquante cinq mille incidents par an pour un coût total de près de quatorze millions d’euros), de mauvaises odeurs et favorisant l’apparition de rats. Un cocktail détonnant imputable également aux millions de ménages britanniques qui, à l’instar des professionnels, ne s’embarrassent pas de précautions particulières pour se débarrasser de ces déchets.

Puisqu’il semble difficile d’imposer un dépôt en déchetterie une solution pourrait être de permettre aux utilisateurs d’huile de friture de valoriser ces déchets auprès de structures fabriquant du biocarburant. Vendue entre vingt cinq et cinquante pence (entre vingt huit et cinquante cinq centimes d’euros), l’huile peut en effet être transformée en biodiesel et en glycérol notamment qui peut lui être revendu aux industriels de l’industrie cosmétique pour fabriquer du savon. Deux entreprises londoniennes, Uptown Oil et Pure Fuels, proposent ainsi du biodiesel produit à partir d’huile de friture. Les clients sont traditionnellement des taxis indépendants, ravis de payer leur carburant vingt deux centimes d’euros moins cher que le diesel et sensibles à l’idée d’utiliser un carburant recyclé et produit localement.

Limitée par le fait que seuls les véhicules diesel peuvent utiliser ce carburant et par les réticences des constructeurs automobiles qui ne garantissent le bon fonctionnement que pour des carburants contenant une fraction de biodiesel (de 5% à 30% selon les marques), Uptown Oil a trouvé un autre débouché : les immeubles de bureau. Le cabinet d’expertise comptable PriceWaterhouseCoopers (PWC) fait ainsi appel a la société pour 25% de ses besoins en électricité et 20% de ses besoins de chauffage et climatisation.

Les obstacles réglementaires et l’incertitude sur le régime fiscal de ce biodiesel empêchent le marché de se développer outre-Manche. Les deux opérateurs londoniens n’ont une capacité de production combinée que de soixante mille litres de carburant par semaine et ne peuvent répondre qu’à une partie des besoins du millier de taxis londoniens – sur vingt et un mille – qui ont choisit de s’adjoindre leurs services. Une aberration quand on sait que ce biodiesel émet 80% de CO2 en moins et 60% de particules fines en moins que le diesel « classique » et que la capitale britannique est dans le viseur de la commission européenne et du comité olympique pour sa qualité de l’air désastreuse. Il ne manque qu’un peu de volonté politique pour améliorer la situation. Ça paraît tellement simple dit comme ça…

Crédits photos : flickr - Sammy and the Light / mascarenhas
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.scoop.it/t/ene-renouvelables/p/539610994/l-huile-de-friture-a-la-cote-chez-les-taxis-londoniens-zegreenweb L’huile de friture a la cote chez les taxis londoniens | zegreenweb | Energies Renouvelables | Scoop.it

    [...] L’huile de friture a la cote chez les taxis londoniens | zegreenweb Au Royaume-Uni, paradis du fish and chips et autres mets frits, les huiles de friture posent un ensemble de problèmes coûteux à la collectivité. Selon les… Source: http://www.zegreenweb.com [...]

  • http://www.pearltrees.com/canadadry/environnement/id3394599 Environnement by canadadry – Pearltrees

    [...] Limitée par le fait que seuls les véhicules diesel peuvent utiliser ce carburant et par les réticences des constructeurs automobiles qui ne garantissent le bon fonctionnement que pour des carburants contenant une fraction de biodiesel (de 5% à 30% selon les marques), Uptown Oil a trouvé un autre débouché : les immeubles de bureau. L’huile de friture a la cote chez les taxis londoniens | zegreenweb-Mozilla Firefox [...]

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/voitures/id3331100 Voitures by zegreenweb – Pearltrees

    [...] Limitée par le fait que seuls les véhicules diesel peuvent utiliser ce carburant et par les réticences des constructeurs automobiles qui ne garantissent le bon fonctionnement que pour des carburants contenant une fraction de biodiesel (de 5% à 30% selon les marques), Uptown Oil a trouvé un autre débouché : les immeubles de bureau. Le cabinet d’expertise comptable PriceWaterhouseCoopers (PWC) fait ainsi appel a la société pour 25% de ses besoins en électricité et 20% de ses besoins de chauffage et climatisation. L’huile de friture a la cote chez les taxis londoniens | zegreenweb [...]