NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’érosion des sols entraîne une chute de la production agricole

L’érosion des sols entraîne une chute de la production agricole
L’homme en demande trop, la terre ne suit plus et la production de céréales devient de plus en plus difficile…

Victimes de l’érosion, certaines terres ne peuvent désormais plus être cultivées. Un problème devenu majeur dans certains pays comme le Lesotho, Haïti ou encore la Corée du Nord, qui voient leurs productions de céréales littéralement dégringoler…

La santé humaine et la santé de la terre sont étroitement liées, ce qui a de quoi inquiéter quand on sait que les surfaces cultivables sont de plus en plus érodées. Dans plusieurs régions du monde, la formation de nouveau sol est désormais inférieure à la dégradation des terres, entraînant une baisse de la fertilité et par conséquent une incapacité à cultiver. Les pays qui usent et abusent du surpâturage (autrement dit de la surexploitation des ressources végétales) et/ou de la déforestation affectent considérablement leurs terres arables, ce qui les conduit – ou les a déjà conduit pour les moins bien lotis –  à l’impossibilité de répondre à leurs propres besoins.

Petit pays d’Afrique de deux millions d’habitants déjà gravement touché par le SIDA, le Lesotho est en très grande difficulté. Sa production de céréales ayant diminué de moitié durant la dernière décennie, les importations sont allées crescenddo. Des experts des Nations Unies s’y étaient rendus en 2002 et, déjà, avaient dressé un constat sans appel : la production agricole « diminue constamment et pourrait cesser complètement si des mesures ne sont prises pour inverser la dégradation et la baisse de la fertilité des sols. » Malgré cet avertissement, la situation a empiré.

La Corée du Nord plus que jamais dans la tourmente

Le Lesotho n’est cependant pas un cas isolé : en Haïti aussi la conjoncture agricole s’est considérablement dégradée, alors que le pays était auto-suffisant dans les années 70. Quatre décennies plus tard, la démographie a explosé et les forêts ont été rasées dans leur quasi-totalité, entraînant une perte majeure de terres arables et donc là aussi une augmentation des importations.

En Mongolie, les trois quarts des champs de blé ont été abandonnés. L’exemple de la Corée du Nord est lui aussi frappant, avec des terres allègrement déboisées qui ne jouent plus leur rôle de barrage, aggravant des inondations qui dégradent les sols à leur tour. Ce cercle vicieux a fait baisser la production de céréales de 500 000 tonnes par an en moyenne en seulement vingt ans.

Le salut résiderait dans des mesures de reboisement, de sorte à fixer le sol et à éviter son érosion, l’installation de cultures en terrasse pour réduire le ravinement dans les zones trop escarpées ou encore le maintien des haies dans les régions de bocage pour une meilleure infiltration de l’eau dans la terre et donc une meilleure régénération. Autant dire que beaucoup de chemin reste à parcourir pour renverser la vapeur et redonner un nouveau souffle aux terres les plus menacées.

Crédits photos : flickr - Tétard Olivier / Trees ForTheFuture / nathalie
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !