NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’Antarctique menacé par les touristes et les chercheurs

L’invasion de plantes indésirables menace la flore de l’Antarctique

Sans le savoir, touristes et chercheurs de passage en Antarctique transportent avec eux eux des graines de plantes intruses qui risquent de proliférer sur le continent, menaçant la biodiversité locale.

C’est un fait : avant d’arriver jusqu’en Antarctique lors d’un voyage ou d’une expédition scientifique, les touristes et les chercheurs transportent dans leur sillage des graines venues de leur pays d’origine ou des régions du monde dans lesquelles ils ont voyagé. Des graines de plantes parfois envahissantes, tant et si bien qu’elles menacent l’écosystème du continent blanc.

Afin de connaître l’origine et la nature desdites graines, des scientifiques ont étudié le comportement des touristes et des visiteurs réguliers. D’après l’AFP, ils ont effectué un travail minutieux de prélèvements sur les vêtements, les bagages et autres sacs de 853 volontaires, récoltant ainsi plus de 2 600 graines ou fragments de végétaux susceptibles de se propager. Ils ont alors pu identifier 43% des graines et germes, dont la moitié serait déjà adaptée à des environnements froids. Des plantes jugées dangereuses comme le pâturin menacent ainsi le peu d’espace non recouvert par la glace (1 à 2% de la surface du continent).

« Le problème des espèces envahissantes se pose au niveau mondial, mais il est particulièrement délicat dans les îles où les écosystèmes sont fragiles », a expliqué à l’Agence Marc Lebouvier, ingénieur au CNRS et co-auteur de l’étude, selon lequel « le risque dans les îles comme l’Antarctique, c’est un déséquilibre de l’écosystème qui peut se traduire par le remplacement progressif de ses espèces d’origines par des espèces importées qui ont un profil écologique suffisamment large pour éliminer les plantes locales. »

La menace est d’autant plus importante que 30 000 à 40 000 personnes se rendent chaque année en Antarctique, rapporte l’AFP. Parmi elles, de 5 000 à 7 000 travailleraient sur place, la majorité des visites étant effectuée par les touristes en croisière. Déjà menacé par le réchauffement climatique, l’Antarctique souffre donc aussi du tourisme de masse et de la multiplication des expéditions scientifiques, qui mettent de concert la flore locale en danger. Cette étude est un premier élément permettant de comprendre ces invasions pour tenter de les contenir a posteriori. Elle a aussi eu le mérite d’attirer l’attention sur un phénomène qu’il faudra bien finir par regarder en face.

Crédits photos: flickr - Mark Sykes / Liam Quinn
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/polemiques-menaces/id3453033 Polémiques et menaces | Pearltrees

    [...] Afin de connaître l’origine et la nature desdites graines, des scientifiques ont étudié le comportement des touristes et des visiteurs réguliers. D’après l’AFP , ils ont effectué un travail minutieux de prélèvements sur les vêtements, les bagages et autres sacs de 853 volontaires, récoltant ainsi plus de 2 600 graines ou fragments de végétaux susceptibles de se propager. L’Antarctique menacé par les touristes et les chercheurs | zegreenweb [...]