NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

L’Allemagne vise le tout-renouvelable d’ici 2050

L’Allemagne vise le tout-renouvelable d’ici 2050
Deuxième producteur mondial d’énergie éolienne derrière les Etats-Unis, l’Allemagne a également développé le solaire et d’autres sources d’énergies renouvelables pour produire son électricité. Jusqu’à se débarrasser des énergies fossiles d’ici 2050, comme le vise ouvertement le gouvernement ?

Berlin affirme une nouvelle fois ses ambitions de champion des énergies renouvelables : l’Agence fédérale de l’environnement a ainsi officialisé la volonté du gouvernement de produire l’intégralité de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2050.

Pour l’heure, le pays produit 16% de son électricité à partir d’équipements « propres », qu’ils soient éoliens ou solaires, ce qui place l’Allemagne parmi les leaders européens dans ce domaine. Nos voisins veulent toutefois aller plus loin et ambitionnent maintenant de se passer de toutes les sources d’énergie fossiles. « Une conversion complète aux énergies renouvelables à l’horizon 2050 est possible d’un point de vue technique et écologique […] C’est un objectif tout à fait réaliste, basé sur des technologies qui existent déjà. Ce n’est pas une prédiction utopique », a estimé le directeur de l’Agence fédérale de l’environnement  Jochen Flasbarth. Si l’Allemagne parvient effectivement à relever ce défi, elle serait en tout cas le premier pays industrialisé entièrement alimenté au « vert ».

D’autres pays européens ont cependant aussi entrepris des efforts déjà considérables, ainsi l’Italie, actuellement dans une dynamique photovoltaïque et la Grande-Bretagne, qui pourrait atteindre la neutralité carbone d’ici à 2030. Les pays scandinaves, eux, font depuis longtemps figure de modèles.

Objectif : 85% de réduction des émissions de GES

Grâce à sa loi sur les énergies renouvelables, l’Allemagne est d’ores et déjà le leader mondial de l’énergie photovoltaïque, avec une capacité totale de 14 000 mégawatts (MW) attendue pour cette année. Elle est également le deuxième producteur mondial d’énergie éolienne derrière les Etats-Unis. Les autorités allemandes évaluent en outre à trois cent mille le nombre d’emplois qu’a généré ce secteur lors de la  dernière décennie. L’enjeu est d’autant plus crucial que 40% des émissions de gaz à effet de serre (GES) de l’Allemagne sont dues à la production d’électricité, notamment grâce au charbon. Or dans le cadre des sommets de Kyoto puis de Copenhague le pays a promis de diminuer ses émissions de 40% entre 1990 et 2020 et jusqu’à 85% de réduction d’ici à 2050. Le passage au tout-renouvelable pourrait donc grandement aider Berlin à se conformer à ses engagements.

L’Europe s’est fixée pour objectif de produire 20% de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2020, mais l’Allemagne devrait selon toute vraisemblance avoir déjà dépassé ce seuil. Elle envisage même d’accélérer sa transition vers le tout-renouvelable avec un soutien accru de l’opinion publique et l’apparition de nouvelles technologies. « Les coûts d’un passage complet aux énergies renouvelables sont autrement moins élevés que ceux qui seront à la charge des générations futures à cause du changement climatique »,  a pragmatiquement conclu Jochen Flasbarth. L’art de résumer des enjeux considérables et ambitieux en une seule phrase.

Crédit photo : Flickr – burge5000
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !