NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Inondations en Thaïlande : le chaos règne à Bangkok

Inondations en Thaïlande : le chaos règne à Bangkok
La Thaïlande est actuellement touchée par des inondations d'une ampleur sans précédent depuis 1942

Aux sens figuré et médiatique, la crise de la dette et le plan de sauvetage élaboré après d’interminables négociations par les pays membres de la zone euro pour tenter de sortir la Grèce de la panade ont tout emporté sur leur passage. Au sens propre, et à distance respectable des caméras, ce sont les inondations en Thaïlande, qui ont déjà fait plus de trois cent soixante-dix victimes depuis fin juillet.

Fait exceptionnel, le gouvernement de Yingluck Shinawatra a décidé mardi de placer le pays en « mode de crise », c’est-à-dire de donner cinq jours de congés forcés aux habitants, de Bangkok notamment, pour qu’ils tentent de s’organiser. Une interruption volontaire de la vie économique, alors que plus de cinq cent mille travailleurs sont déjà au chômage technique et que des milliers d’usines sont sous les eaux, pour que les logements et les infrastructures soient le moins affectés possibles, sachant que les dégâts sont pour l’heure impossibles à quantifier et que la capitale, qui s’affaisse sous le poids du réchauffement climatique, a été classée par l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) parmi les villes côtières les plus exposées aux inondations à l’horizon 2070. Les services publics demeureront en outre inaccessibles jusqu’à lundi dans plus de vingt provinces du pays, tandis que l’aéroport Don Mueang – dédié aux vols intérieurs, actuellement sous des dizaines de centimètres d’eau et où a été installé le quartier général du Centre de coordination des secours (FROC) -, est fermé depuis mardi et que les écoles publiques ne rouvriront leurs portes que le 15 novembre prochain. Si tout va bien…

C’est qu’une mégapole de quelque douze millions d’habitants pourrait être intégralement submergée, avec par endroits jusqu’à 1,5 mètre d’eau pendant deux semaines voire un mois, aussi le gouverneur de Bangkok Sukhumband Paribatra a-t-il réitéré son invitation aux populations domiciliées à proximité des berges à « mettre leurs biens en hauteur et à rester en alerte maximum ».

Bangkok, nouvelle place forte des reptiles

Que pourraient-elles faire, toutefois, face à cette invasion digne du scénario d’un (mauvais) film de science-fiction ? Dommage collatéral de ces intempéries sans précédent depuis près de soixante-dix ans : dans tout le pays, des centaines de crocodiles ont pu s’échapper de leur enclos. « Un danger tel pour les habitants que les autorités offrent une récompense de plus de mille baths (environ vingt-cinq euros) en échange de tout animal capturé », rapportent nos confrères de France Soir. Et de citer un responsable du ministère des Ressources naturelles indiquant que celui-ci s’est coordonné avec le département de la Pêche « afin de mettre en place une ligne téléphonique spéciale destinée à la découverte d’animaux dans les zones inondées ».

Si, comme de nombreuses villes tropicales, Bangkok est coutumière d’intrusions de cobras, pythons et autres varans en période dite « normale » et notamment durant la mousson, ceux-ci cherchant un abri ou simplement à se reproduire, les pluies diluviennes ont fait d’elle un repaire de serpents et de reptiles, avec des conséquences sanitaires potentiellement calamiteuses. Les risques de propagation de maladies infectieuses s’étant multipliés, Matthew Cochrane, membre de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge, se devait de rappeler quelques fondamentaux : « la propreté de l’eau potable, le lavage des mains ou encore s’assurer que les endroits où on se lave les mains sont séparés de ceux où l’on défèque ».

De Charybde en Scylla ?

Les prévisions alarmistes de ce week-end – les météorologues attendent des trombes d’eau en provenance du nord du pays équivalant à un demi-million de piscines olympiques (!) – ont par ailleurs incité des milliers de Bangkokiens, de ressortissants et de touristes à fuir la ville. Ils n’ont reçu aucune consigne contraire de la part des autorités thaïlandaises, originellement critiquées pour leur gestion de la crise mais dont il faut bien reconnaître aujourd’hui qu’elles n’ont aucun de moyen de lutter. « C’est une crise et si nous essayons de résister à ce volume d’eau énorme, une force de la nature, nous ne gagnerons pas », a du reste concédé hier Mme Shinawatra, au bord des larmes.

Devenue infréquentable, Bangkok est dans le même temps le théâtre d’embouteillages monstres. Les vols en partance de l’aéroport international de Suvarnabhumi, l’un des plus fréquentés d’Asie et qui a pu être sécurisé, sont quant à eux bondés. Les Thaïlandais qui ont réussi à acheter un billet d’avion après de longues heures d’attente fuient vers les plages du sud, où il fait bien mieux vivre, accompagnés des touristes qui n’ont pas souhaité rentrer prématurément dans leur pays d’origine.

Une agitation tout ce qu’il y a de plus logique dans la mesure où la rivière Chrao Phraya, qui traverse la capitale, doit dépasser demain son niveau habituel de plus de deux mètres et demi. Plusieurs quartiers ont été évacués, notamment ceux qui bordent le cours d’eau et ont déjà été inondés, mais « d’autres devraient l’être dans les deux ou trois prochains jours », a également prévenu M. Paribatra.

Pendant ce temps, outre les provisions de bouteilles d’eau et de nouilles instantanées, « ceux qui restent à Bangkok ont renforcé les entrées des magasins, banques, hôtels, bar-restaurants et autres immeubles par des barrages – de cinquante centimètres à un mètre de haut – de sacs de sable, parfois recouverts de bâches en plastique. Certains commerçants ont même construit devant leur boutique de petits murets provisoires en parpaing et ciment », relate le quotidien. Vu l’incroyable déluge qui risque de s’abattre, il n’est pas du tout certain qu’ils résistent au choc.

Crédits photos : flickr – BCow / DVIDSHUB / Michel Mikiane
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.scoop.it/t/environnement-par-la-cftc-hus/p/596415732/inondations-en-thailande-le-chaos-regne-a-bangkok Inondations en Thaïlande : le chaos règne à Bangkok | Environnement et Energies Autrement | Scoop.it

    [...] Inondations en Thaïlande : le chaos règne à Bangkok Aux sens figuré et médiatique, la crise de la dette et le plan de sauvetage élaboré après d’interminables négociations par les pays membres de la zone euro pour tenter de sortir la Grèce de la panade ont tout emporté sur leur passage. Au sens propre, et à distance respectable des caméras, ce sont les inondations en Thaïlande, qui ont déjà fait plus de trois cent soixante-dix victimes depuis fin juillet. [...]

  • visiteur

    C’est déjà désolant de voir toute cet eau envahir les rues, les maisons et les temples mais alors là crocodiles et reptiles… plein de courages à eux vraiment