NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

I love hunting club, ou comment chasser l’ours polaire pour soixante mille euros

I love hunting club, ou comment chasser l'ours polaire pour soixante mille euros
Une agence de voyages basée en Chine propose à ses clients un « safari » dans le Grand Nord canadien d'un goût plus que douteux au vu des circonstances

Surréaliste. Nos confrères du Guangzhou Daily ont révélé que l’agence de voyages I love hunting club propose à ses clients, moyennant soixante mille euros, un périple de dix jours dans le Grand Nord canadien avec chasse à l’ours polaire et transformation de la bête… en tapis.

En termes de pratiques cyniques et barbares, on pensait avoir tout vu. Les autorités japonaises n’ont-elles pas été prêtes à prélever sur le fonds d’aide à la reconstruction, constitué à la suite du tremblement de terre et du tsunami du 11 mars dernier, pour que perdure la chasse prétendument scientifique à la baleine ? Des dauphins ne sont-ils pas massacrés chaque année dans la baie de Taji (Japon), un carnage dénoncé dans le documentaire The Cove ? Aux îles Feroë, les épouvantables « grinds », ces massacres de dauphins au cours desquels les infortunés mammifères sont extirpés hors de l’eau avec des crochets avant d’être découpés au couteau sur la plage, ne sont-ils pas défendus bec et ongles par les pouvoirs publics ?

Les Scandinaves et les Japonais n’ont cependant pas, loin s’en faut, le monopole de la cruauté envers les animaux. Basée à Pékin (Chine), l’agence précitée est elle aussi redoutable en la matière. Réservée à une élite chinoise, son expédition « envoie du lourd » – vol en première classe, hôtel cinq étoiles – et repousse les limites de l’horreur. « L’ours polaire est le plus grand prédateur naturel d’Amérique du Nord. Leur poids peut atteindre une tonne et ils peuvent mesurer plus de trois mètres. Les grands mâles sont les plus majestueux, les plus beaux prix de chasse », peut-on lire sur sa brochure, qui sans surprise ne fait en revanche aucune mention du réchauffement climatique, lequel détruit son habitat naturel, la banquise, et oblige parfois l’espèce, dont les effectifs sont en constante diminution, à puiser au plus profond de ses ressources physiques.

« Avec le changement climatique, ces ours vont quoi qu’il arrive disparaître alors autant les chasser »

Pour satisfaire les lubies belliqueuses de quelques nantis en mal d’opulence grasse, à moins qu’elle ne créé l’offre ex nihilo, faute de demande, I love hunting club fait donc sciemment fi du sort d’une espèce dont il est de notoriété mondiale qu’elle paie un lourd tribut à la montée des températures. Sans foi ni loi, elle propose aux touristes, accompagnés d’Inuits, équipés de fusils de chasse et qui pourront ensuite immortaliser leur prise sous l’oeil d’un photographe et d’une caméra, de partir à la chasse aux plantigrades sur des traîneaux tirés par des chiens. Mal inspiré lui aussi, le gouvernement canadien, le seul au monde à ouvrir la chasse des ours polaires à des étrangers (NDLR : son homologue norvégien, lui, est le seul à interdire toute forme de chasse à l’ours polaire. Quant à l’accord international sur la conservation des ours blancs et leur habitat, paraphé en 1973 par le Canada, le Danemark, les États-Unis, la Norvège et la Russie, il stipule que seules les populations locales ont le droit de chasser l’ours en tant que moyen de subsistance.), délivre pour sa part les permis, toutefois limités à un seul ours mâle par touriste.

Propriétaire de l’agence, interrogé par nos confrères du Daily News, Scott Lupin ne s’est quant à lui pas laissé démonter, rappelant que « lorsqu’un mâle rencontre une femelle avec ses petits, il tue généralement les oursons. « Chasser les mâles représente donc un moyen d’aider les jeunes populations à grandir », a-t-il également estimé, en reprochant aux défenseurs de la cause animale de refuser de l’admettre. Et d’oser : « Et puis de toute façon, avec le changement climatique, ces ours vont quoi qu’il arrive disparaître alors autant les chasser ».

Surréaliste, on vous dit.

Crédits photos : flickr / Aaron – Nathan Bittinger
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/extinction/id3341610 Extinction | Pearltrees

    [...] Propriétaire de l’agence, interrogé par nos confrères du Daily News, Scott Lupin ne s’est quant à lui pas laissé démonter, rappelant que « lorsqu’un mâle rencontre une femelle avec ses petits, il tue généralement les oursons. « Chasser les mâles représente donc un moyen d’aider les jeunes populations à grandir », a-t-il également estimé, en reprochant aux défenseurs de la cause animale de refuser de l’admettre. Et d’oser : « Et puis de toute façon, avec le changement climatique, ces ours vont quoi qu’il arrive disparaître alors autant les chasser ». I love hunting club, ou comment chasser l’ours polaire pour soixante mille euros | zegreenweb [...]