NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Hécatombes de baleines inexpliquées au large de la Floride et de l’Écosse

L'Écosse et la Floride ont été les théâtres de deux nouveaux drames de la biodiversité marine le week-end dernier.
L'Écosse et la Floride ont été les théâtres de deux nouveaux drames de la biodiversité marine le week-end dernier.

Des dizaines de cétacés se sont échoués le week-end dernier.

De quoi altérer encore un peu plus le moral de Paul Watson, président-fondateur de l’ONG de protection de l’environnement Sea Shepherd actuellement en fuite, et plus largement celui de tous les amoureux de la nature. En Floride (États-Unis), ce sont quelque vingt-deux baleines, dont cinq seulement ont pu être sauvées, qui se sont échouées sur une plage ce samedi 1er septembre. Des chercheurs de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) ont en outre indiqué que deux autres incidents de ce type se sont produits le week-end dernier en Amérique du Nord, plus exactement au large de Cape Cod (Massachusetts) le samedi et à proximité immédiate des côtes canadiennes le lendemain.

Cette hécatombe, qui n’est pas sans rappeler les échouages de dauphins au large des côtes péruviennes en mai dernier, les scientifiques ne sont pour l’heure pas en mesure de l’expliquer. Pour tenter de lever le voile, les dix-sept cétacés morts en Floride vont être autopsiés dans différents laboratoires de l’État, a confié à nos confrères de l’AFP Blair Mase, membre de la NOAA, qui souligne que « les membres d’un groupe restent toujours ensemble. Si un animal est malade, ils vont donc tous s’échouer et si vous les remettez à l’eau, ils reviendront et s’échoueront encore ».


Un drame de plus pour la biodiversité marine

Quant aux cinq spécimens qui ont pu être secourus, « ils sont dans un état stable et peuvent nager seuls », a ajouté Mme Mase. Actuellement dans un centre océanographique, les baleines rescapées devraient ensuite rallier le parc d’attractions Sea World, basé à Orlando (Floride).

Maladie ? Virus ? Pollution ? Le mystère demeure également entier à ce jour après l’échouage de vingt-six baleines-pilotes près de Saint-Andrews (côte Est de l’Écosse) avant-hier. Découvertes dans la matinée, seize d’entre elles sont mortes, les dix autres ayant finalement pu être remises à l’eau par les sauveteurs au prix d’efforts intenses. Elles n’auraient toutefois que 50 % de chances de survivre si l’on en croit l’estimation d’Ali Jack, coordinateur du British Divers and Marine Life Rescue (BDMLR) interrogé par le Guardian, qui a salué le courage et la détermination des secours.

Dans ce cas aussi, une maladie de la baleine « leader » pourrait avoir entraîné sa désorientation et par extension celle de tout son groupe. Très crédible, l’hypothèse doit néanmoins être confirmée.

Cet énième drame de la biodiversité marine n’est sans doute pas le dernier et sera vite oublié. Il n’en serait pas moins appréciable d’avoir rapidement le fin mot de l’histoire, de sorte à pouvoir agir si cela s’impose…

Crédits photos : Wikimedia Commons / James Allan – Mike Baird
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !