NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Gros coup de chaud sur la centrale de Fukushima

Gros coup de chaud sur la centrale de Fukushima

Nos confrères de la chaîne de télévision japonaise NHK ont rapporté avant-hier une forte augmentation de la température dans la cuve du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fukushima (Japon).

On pensait que cela ne pouvait plus se produire. Le Premier ministre Yoshihiko Noda n’a-t-il pas, en effet, annoncé en décembre dernier que l’« arrêt à froid » des turbines était assuré, conformément aux prévisions de l’opérateur TEPCO (Tokyo Electric Power COmpany), que peu d’experts jugeaient crédibles ? L’un des rares succès de l’exploitant, du moins le croyions-nous, lui qui a la tête dans le sac depuis onze mois et, sur le plan financier, doit notamment s’acquitter d’indemnités colossales…

Las ! La température dans le réacteur aurait bondi de près de 30 degrés celsius depuis les dernières mesures officielles, effectuées le 27 janvier dernier, avec une progression d’une vingtaine de degrés jeudi. L’un des trois thermomètres de la turbine affichait avant-hier à 7 heures du matin 73,3 degrés celsius (68,5 hier), soit environ 7 de moins que la limite officielle, les deux autres ayant fait état d’une température de 44 degrés celsius. Si les causes de cette inquiétante montée, qui rappelle les jours sombres du printemps et de l’été derniers, quand l’unité accidentée semblait incontrôlable, ne sont pas encore avérées, TEPCO a émis l’hypothèse d’un changement de direction du circuit de refroidissement à la suite d’une opération de pompage.

Qu’il dise vrai ou se fourvoie, cet épisode démontre en tout cas que, près d’un an après la catastrophe, la situation n’est toujours pas stabilisée à Fukushima. La NISA (Nuclear and Industrial Safety Agency), organisme gouvernemental, ne s’y est pas trompée, elle qui a souligné la nécessité d’établir un rapport pour savoir si le réacteur 2 est effectivement en « arrêt à froid ». De son côté, l’exploitant, qui assure n’avoir détecté aucune trace de xénon 135 (NDLR : un gaz associé à la fission nucléaire) aux abords du réacteur, a fait savoir qu’il augmenterait la quantité d’eau injectée dans ladite turbine pour un retour à la « normale » dans les plus brefs délais – sachant qu’il a déjà traité quelque 220 000 mètres cube d’eau contaminée, dont 95 000 se seraient accumulés dans les sous-sols des réacteurs. Il a également versé de l’acide borique pour se prémunir contre une réaction en chaîne.

« Il était trop tôt pour affirmer que la centrale était sécurisée en décembre. Les autorités ont officialisé l’arrêt à froid, même si personne n’est sûr de l’endroit où le combustible a fondu », a pour sa part déploré Tetsuo Ito, réponsable de l’Institut de recherche sur l’énergie atomique à l’Université de Kinki interrogé par Bloomberg, pour qui « un incident similaire se produira probablement à nouveau ». Pressé de rassurer ses concitoyens, le gouvernement aurait-il mis la charrue avant les boeufs ?

Crédits photos : AP – Kyodo News / DigitalGlobe – AFP – Getty Images
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • visiteur

    Euh… Cet article est une blague ?? Pour rappel un arrêt à froid est quand la température se situe sous la barre des 100 degrés, et vous nous dites qu’actuellement la température est à 73,3 degrés… Où est le problème ?? Une augmentation de 30 degrés en deux semaines, pas de quoi fouetter un chat par rapport aux plus de 3 000 degrés initiales, même après un arrêt à froid, la température d’un réacteur n’est jamais discontinue… Ah par contre quand c’est l’inverse et que la température chute, bizarrement on n’en parle pas… Pourquoi ?

  • NeutronLibre

    Quelle pitié de lire un commentaire pareil … si au moins, ce visiteur savait écrire en Français sans faire de “phôtes d’aurteaugraffes” … 
    Il faut parfois savoir s’abstenir de commentaires aussi ridicules.

  • visiteur

    Je vous prierai de bien vouloir relever les “phôtes d’aurteaugraffes”… Peut-être que certains devraient apprendre à mieux lire avant d’écrire une critique =)

  • daniel d

    J’aurais pour ma part écrit :
    « un arrêt à froid c’est quand.. »
    et
    « 3000 degrés initiaux »
    mais bon….c’est sans importance et ce n’est pas moi qui ai parlé de fautes d’orthographe.
    Sur le fond, vous êtes bien d’accord pour dire que, quelle qu’ait pu être la température initiale, il est inquiétant qu’elle remonte à présent au lieu de rester stable ou de baisser ? je pose juste la question, je ne sais pas…Mais vous êtes certainement plus au fait que moi de ces questions-là, puisque vous vous permettez du haut de vos certitudes de qualifier cet article de « blague 

  • visiteur

    D’accord pour “ initiaux”, mais pour “c’est”, les deux formes sont possibles… Enfin, comme vous dites, cela est sans importance et ne fait rien avancer, je laisse ce débat puéril à d’autres, d’autant plus que si l’on veut jouer à ce petit jeu, ce n’est pas une faute d’orthographe, mais de grammaire…Bien sûr que c’est inquiétant, mais à juste mesure… D’ailleurs, si j’ai employé le terme “blague” concernant cet article, c’est parce qu’il présente une hyperbole dans son titre et que son contenu met en avant un merveilleux oxymore : il remet en cause l’arrêt à froid tout en nous indiquant une température de 73,3 degrés, or c’est contradictoire pour les raisons que j’ai expliqué…A titre d’exemple, imaginez qu’un article vous dise que l’hiver est en fait plutôt doux, mais que les températures sont inférieures aux normales de saison… Vous qualifieriez sans doute vous aussi cet article de “blague”.Ceci dit, peut-être qu’en lisant mes propos certains sont amenés à penser que je suis pro-nucléaire, mais il n’en n’est rien !! Seulement, j’en est ma claque des médias qui prennent uniquement ce qui les intéresse, puis vous font un mélange bien mixé pour vous servir leur sauce. Ils ne sont même pas capables de nous fournir les mêmes informations : sur un autre site on nous parle de 45 degrés au lieu de 30, tout en nous montrant une photo du bâtiment du réacteur n°4 alors qu’il est question du n°2… Pourquoi ?  En fait l’explication n’est pas bien compliquée à trouver, le bâtiment du réacteur n°2 n’ayant pas explosé et n’ayant donc aucun dommage visuel, il est bien plus sensationnel de nous montrer l’un des bâtiments en ruine, même si ce n’est aucunement celui dont il est question… Vive l’information !! Qui croire ? Qui dit vrai ? Ou même qui dit juste ? Bien trop souvent les médias nous prennent pour des pigeons !En fait, sans vouloir m’en vanter, je connais parfaitement le Japon, et la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi mise à part, je peux vous relever de nombreuses fumisteries de nos magnifiques médias français… Vous souvenez-vous par exemple de ce fameux siphon soit disant gigantesque se situant au milieu du Pacifique dont les images furent relayées sans cesse ? Eh bien savez vous qu’on vous a prit pour un beau pigeon en vous montrant ces images tout en vous affirmant que c’était le point de départ du tsunami, car en réalité ce n’était qu’un remous dans un petit port de pêche après le passage de la vague… Eh oui, ils ont zoomé jusqu’à ne plus voir ce petit port dans le seul but de vous vendre du gros spectacle… Savez-vous que pour nous présenter des images de Tôkyô déserte, ils tournaient leur reportage tôt le matin parce qu’en réalité en pleine journée Tôkyô était toujours aussi animée comme si rien ne s’était passé, pourtant dans leur reportage ils vous assuraient que leurs images avaient été prises en pleine journée… Savez-vous que l’exode vers Osaka était tout aussi bidon, même pas un japonais sur 10 000 ne s’est déplacé dans le sud durant cette période…Quand on sait tout ça, on ne peut être que révolté !! Quand on voit un envoyé spécial qui vous dit que la presse japonaise ne montre pas les images de explosions à la centrale alors que juste derrière lui vous voyez un Japonais lisant le journal avec en première page l’explosion du bâtiment n°3, vous vous dites forcément qu’ils se foutent de votre gu**** (désolé mais il n’y a pas d’autres termes) ! Quand on voit qu’ils ne sont même pas capables de placer correctement les villes sur la carte du Japon, vous vous demandez si pour eux la géographie est un jeu comme celui de placer la queue à un âne les yeux bandés !Quand sait et qu’on constate tout ça, on ne peut être que révolté ! En fait, quand on le prend au second degré, nos médias sont des blagueurs !J’espère ne pas avoir abusé de votre temps et que vous aurez comprit ma pensée envers les médias (je me suis laissé emporté)…

  • daniel d

    Euh…vous n’avez pas l’impression de vous livrer là à un peu de quadisection capillaire ;-) ?
    Pour faire court, cet article est parfaitement honnête, aucune information n’est erronée ni sciemment détournée. Par conséquent nous sommes bien loin de ces histoires de bidonnage que vous rapportez à propos du syphon, des rues de Tokyo désertées et de l’exode massif vers le sud…