NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Greenpeace fixe son ultimatum à Facebook

Greenpeace fixe son ultimatum à Facebook
La mise au vert du géant Facebook reste une priorité de Greenpeace

Greenpeace ne lâchera pas l’affaire. L’an passé ses militants ont prouvé leur opiniâtreté en faisant plier la direction de la banque hong-kongaise HSBC, qui à la suite d’un déversement d’injonctions électroniques s’est résolue à vendre ses actions Sinar Mas, conglomérat indonésien épinglé par les associations de défense de la nature pour sa participation zélée à la déforestation en Asie du Sud-Est.

Réussiront-ils aussi à obtenir gain de cause auprès de Mark Zuckerberg, le tout-puissant président-fondateur de Facebook, dont la responsabilité écologique est certes nettement moindre mais qui à leurs yeux n’accorde pas aux énergies propres la place qu’elle mérite dans sa stratégie de développement ? Faudra-t-il recourir à un autre matraquage pour que le site communautaire, dont la page Green on Facebook ouverte début novembre peine à convaincre (à peine plus de soixante mille adhérents à l’heure où nous écrivons ces lignes), se mette enfin à l’heure du durable ?

Dans le viseur de l’ONG depuis près d’un an, les responsables de Facebook – déjà objets en septembre dernier d’un petit film parodique en vue de la sortie de The Social Network – vont quoi qu’il en soit voir l’étau se resserrer autour d’eux, Greenpeace ayant la ferme intention d’intensifier sa campagne en vue de la Journée mondiale de l’Environnement, le 22 avril prochain. L’association a annoncé la couleur verte sur son site Internet, avec en page d’accueil une question embarrassante : « will Facebook pledge to go green by Earth Day ? » (« Facebook s’engagera-t-il à faire sa révolution verte d’ici la Journée mondiale de l’Environnement ? »).

Celle-ci figure également en grosses lettres sur la page Facebook « Unfriend coal » (« Supprimer le charbon »), qui compte actuellement trente-cinq mille fans et donne le détail des revendications : augmenter la part des énergies renouvelables pour s’affranchir de la tutelle du charbon, les promouvoir à l’échelle locale, nationale et internationale, élaborer une stratégie pour faire du réseau social un site entièrement décarboné à l’horizon 2021 et informer ses utilisateurs sur les choix en matière d’approvisionnement énergétique et d’empreinte carbone.

Considérable, celle-ci gagnerait à être révisée à la baisse. Greenpeace ne demande pas la lune. Raison de plus pour honorer ses requêtes.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • jf

    Voyons jusqu’où Greenpeace sera prêt à aller…

  • hyper ecolo

    Allez Marco, C’est pas grand chose !
    En plus, il mène une existence de patachon. Je suis sure que les problématiques d’environnement le touche. Il faudrait viser plus bas, Facebook devrait avoir une personne qui gère à plein temps les contraintes environnementales.
    Facebook est un fabuleux outil de communication. Il doit être utilisé à bon escient.