NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Face à une mousson exceptionnelle, Bangkok se prépare aux inondations

Face à une mousson exceptionnelle, Bangkok se prépare aux inondations
Les inondations ont déjà touché le tiers du territoire thaïlandais

Le Premier ministre thaïlandais Yingluck Shinawatra a demandé hier aux habitants de Bangkok de prendre leurs dispositions pour faire face aux inondations, qui menacent désormais la capitale.

La Thaïlande est depuis fin juillet frappée par des inondations d’une ampleur historique. Des trombes d’eau se sont en effet abattues sur 58 des 77 provinces du pays, soit le tiers du territoire national.

A Bangkok, mégalopole de 12 millions d’habitants, les autorités s’emploient depuis deux semaines à protéger le centre-ville. Des digues de fortune ont ainsi été érigées à partir de sacs de sable postés au bord des canaux et du fleuve Chao Phraya. L’appel à la prudence de Mme Shinawatra, lui, a trouvé tout son sens avec l’inondation d’une plaine dans la banlieue nord de la capitale. Quant à l’ouverture des écluses, elle visait à ce que l’eau se déverse dans le Golfe de Siam et à éviter une déferlante potentiellement catastrophique dans le centre-ville. Dans le même temps, le gouvernement tente de rassurer la population et s’attèle à estimer le nombre de personnes en difficulté pour ensuite les localiser.

Depuis cet été, près de 320 Thaïlandais seraient décédés à cause des inondations. Les évacuations de masse, la pénurie à venir d’eau potable et en amont une implantation géographique de Bangkok – la ville est construite sur des sols argileux, ce qui provoque son affaissement – ainsi qu’une urbanisation aussi rapide que mal contrôlée ne font évidemment que compliquer une situation provoquée par une mousson anormalement intense. L’augmentation des précipitations, l’élévation du niveau de la mer liée au réchauffement climatique et l’érosion des rivages ont d’ores et déjà eu des conséquences désastreuses puisque le Chao Phraya est sorti de son lit. Insuffisant toutefois pour que le gouvernement de Mme Shinawatra, élue le 5 août 2011 par le Parlement et qui s’est depuis vue reprocher son indécision et des propos contradictoires, accède au vœu de l’opposition d’instaurer l’état d’urgence. Si 50 000 soldats et 30 000 policiers ont été mobilisés, le Premier ministre n’en démord pas : « nous ne sommes pas favorable à ce genre de situation ».

Cette mousson sans précédent aura certainement de graves répercussions, les inondations ayant touché plusieurs zones industrielles et mis de nombreux ouvriers au chômage technique. Elles ont également endommagé un million d’hectares de rizières, aussi la Thaïlande, qui pèse 30 % du marché mondial de riz, craint-elle de voir les cours augmenter, ce qui nuirait à sa compétitivité. Le tourisme est aussi concerné avec entre autres la fermeture de l’un des plus célèbres temples d’Ayutthaya. En tout, la facture pourrait s’élever à 3,5 milliards d’euros. Quant au bilan humain, il est à craindre qu’il ne soit régulièrement revu à la hausse dans les jours à venir.

Crédits photos : Wikimedia Commons – Withit Chanthamarit / Gouvernement de Thaïlande
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • visiteur

    Bon courage aux Thaïlandais pendant cette période difficile