NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Explosion à Marcoule : les écologistes en colère

Explosion à Marcoule : les écologistes en colère
L'explosion tout à l'heure d'un four d'incinération de métaux à seulement deux kilomètres du site nucléaire de Marcoule (Gard) n'aurait engendré aucune contamination si l'on en croit la CRIIRAD

À 12h37 très précises, une explosion dont l’origine reste à déterminer est survenue sur un four d’incinération de métaux exploité depuis 1999 par la SOCODEI, filiale d’Areva et d’EDF spécialisée dans le traitement des déchets à faible voire très faible teneur radioactive. Conformément à la procédure, l’entreprise a activé son plan d’urgence interne (PUI) et a ordonné le confinement du personnel à titre préventif.

Concernant l’installation Centraco, située sur la commune de Codolet, à proximité de la centrale nucléaire de Marcoule (Gard), l’explosion a été suivie d’un incendie et a fait un mort et quatre blessés, dont un grièvement. Il s’agit d’un accident rarissime, industriel et non nucléaire – la nuance est d’importance – mais qui a très tôt suscité les plus vives inquiétudes des défenseurs de l’environnement et des autorités.

Arrivée sur place aux alentours de 17h15, la ministre de l’Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet a effectué le déplacement pour « avoir une évaluation précise des éventuels impacts radiologiques de cet accident », a rapporté l’Hôtel de Roquelaure dans un communiqué. « Aucun impact à l’extérieur n’a été détecté mais des inspections et des mesures sont en cours de réalisation à l’intérieur du bâtiment », a poursuivi le ministère en début d’après-midi. « Il n’y a pas de rejets à l’extérieur », a de son côté indiqué l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans un autre communiqué.

Des allégations qui, pas plus que le fait que les déchets traités ne contiennent pas d’iode radioactif, n’ont toutefois pas suffi à rassurer Eva Joly, laquelle a demandé au gouvernement de « faire toute la transparence en temps réel sur les conditions de cet accident et sur les risques encourus par les travailleurs du site et la population locale ». Et la dame aux lunettes rouges de reprendre son antienne sur l’énergie atomique : « cet accident remet sur le devant de la scène le risque inacceptable que constitue le nucléaire sur la vie humaine. Les alternatives énergétiques existent, l’heure est venue de sortir du nucléaire ».

Pas de contamination selon la CRIIRAD

Moins définitif, le porte-parole du MoDem Yann Wehrling a tout de même estimé que, « toute proportion gardée, (cet accident) ne peut nous empêcher de penser à celui de Fukushima 1 (Japon) ». « Il rappelle si besoin que le risque zéro en matière d’installation nucléaire, y compris dans les pays riches, est un mythe auquel il est prudent de ne plus croire », a-t-il ajouté, plaidant par ailleurs pour « un débat énergétique de moyen et de long terme, non dogmatique et objectif, dont notre pays a urgemment besoin ». Une manière d’égratigner le chef de l’État, qui y est catégoriquement opposé et n’a eu de cesse depuis la catastrophe japonaise de manifester son soutien au secteur nucléaire.

Le Réseau Sortir du nucléaire, lui, s’interroge : « L’explosion du four a-t-elle mise en cause l’intégrité du système de confinement du bâtiment et de filtration des éléments radioactifs ? Comment le ministre de l’Intérieur peut-il affirmer qu’il n’y a aucune fuite ? Des mesures ont-elles été effectuées sur le site ? » Placé en vigilance accrue, le laboratoire CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité), qui gère six balises dans la vallée du Rhône (toutes opérationnelles), n’a cependant décelé « aucune contamination » lors du dernier pointage, effectué à 16 heures. Aujourd’hui eurodéputée EELV, sa fondatrice Michèle Rivasi a enfin souligné que « l’ASN avait déjà épinglé en 2010 la mauvaise gestion du site, victime de lacunes dans la culture de sûreté ».

Des lacunes aujourd’hui payées cash…

Crédits photos : flickr – kmaschke
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • bachirboulou

    Même sans trace de radioactivité, EDF a une gestion des centrales nucléaire déplorable, il suffit juste de voir que l’ASN remet en question les conditions de sécurité de l’EPR alors que celui-ci n’est même pas encore construit. En revanche, GDF Suez ne connait pas ce genre de problèmes en Belgique. Il est donc aberrant de ne pas autoriser un tel professionnel du nucléaire à construire des centrales en France…