NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Eva Joly bouscule les socialistes à la veille de la finale des primaires

Eva Joly : « Moins cher de sortir du nucléaire que d'y rester »

Candidate d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) dans la course à l’Élysée, Eva Joly a déjà fait montre de son franc-parler et de son opposition aux desseins environnementaux de Nicolas Sarkozy. Elle s’est confiée à notre rédaction. Là encore sans langue de bois…

Eva JOLY, vous avez été désignée par environ 58 % des militants et sympathisants d’EELV pour représenter votre formation aux prochaines élections présidentielles. Durant ces primaires, vous vous êtes démarquée de Nicolas Hulot par un discours résolument marqué à gauche mais à quoi ressemblera votre campagne ?

Je porterai pendant cette campagne les valeurs des écologistes. J’y apporterai aussi, évidemment, mon histoire et mes spécificités. Notamment ma détermination pour promouvoir l’éthique, la transparence et pour mettre en place une république exemplaire.

Outre l’abandon du nucléaire et le renoncement au projet de nouvel aéroport à Nantes (Loire-Atlantique), fixez-vous d’autres conditions écologiques sine qua non pour un accord avec le Parti socialiste durant les élections présidentielles ?

Le moment est historique. La sortie du nucléaire doit en effet être actée par le prochain gouvernement et les grands travaux comme l’aéroport de Notre-Dame des Landes abandonnés.

À cela nous ajoutons trois mesures-clef pour rénover la démocratie : la limitation stricte du cumul des mandats, la généralisation du vote à la proportionnelle  et enfin, parce que la démocratie est l’affaire de tous ceux qui vivent en France, le droit de vote des étrangers. Il s’agit bien sûr là aussi de mesures importantes pour les écologistes !

nouveauté pour la sécurité nucléaire : un mini-robot d inspection

« Aucun candidat aux primaires socialistes n’a l’ambition que je souhaite sur le nucléaire »

Êtes-vous satisfaite des engagements pris par Martine Aubry et François Hollande dans le domaine du nucléaire ?

Aucun candidat aux primaires socialistes n’a l’ambition que je souhaite sur ce sujet. Certains sont plus avancés que d’autres mais tous ont encore du chemin à faire. Tous.

Étant donné la conjoncture économique très défavorable et l’importance des considérations sécuritaires en période électorale, pensez-vous que les thématiques environnementales pourront avoir le rayonnement qu’elles méritent au cours de la campagne ?

Le projet que nous portons est global. Cette campagne sera l’occasion de montrer que les écologistes ont des réponses crédibles aux problèmes que vivent les Français.

À qui vont-ils faire confiance pour répondre à la crise de la dette ? À une gauche qui croit encore relancer la croissance à coups de dépenses publiques ? À une droite qui croit le faire en baissant les impôts ? Tous creusent la dette avec leur fantasme de croissance.

Les écologistes ont compris que la croissance ne reviendra pas de sitôt, c’est pourquoi il faut lutter contre le gaspillage de nos ressources, en particulier énergétiques, qui sont de plus en plus précieuses. Il faut aussi lutter pour davantage d’équité et pour un renouvellement de la démocratie, afin que chacun que chacun puisse reprendre sa vie en main.


Vous avez été très critique à l’égard du Grenelle de l’environnement. Une fois élue, quel avenir escomptez-vous lui réserver ?

Le mouvement écologiste dans son ensemble est très critique à l’égard du Grenelle. Ce n’est pas qu’une affaire politicienne : demandez donc aux associations de protection de l’environnement comment elles se sentent aujourd’hui, comment elles vivent le fait d’avoir été manipulées pour des raisons électorales puis rejetées avec un bref “l’environnement ça commence à bien faire”… Pas étonnant que de nombreux acteurs associatifs aient rejoints EELV après le Grenelle ! Ils ont compris que la victoire politique était nécessaire et que pour battre les lobbies, il ne suffisait pas de convaincre les Français.

Du Grenelle, il faut garder le meilleur : un processus d’élaboration où tous les acteurs avaient la même voix.

« Transparence et responsabilité, mes maîtres-mots »

EELV prône une sortie du nucléaire « à l’allemande » mais ne s’agit-il pas d’un voeu pieux dans la mesure où la production nationale d’électricité est grosso modo issue à 80 % des centrales atomiques ?

Croyez-vous sérieusement que, quand j’ai appelé à une sortie progressive du nucléaire sur vingt ans, j’ai choisi ce chiffre par hasard ? Les écologistes ont travaillé avec des experts indépendants sur la mise en œuvre concrète de leur stratégie énergétique.

Même avec un nucléaire ultra-dominant dans notre production d’électricité, il est possible d’en sortir en deux décennies. Les centrales arrivent en fin de vie et il faudra investir pour les remplacer, les sécuriser.

Contrairement à certaines idées que les « nucléocrates » veulent faire circuler, cela coûte moins cher de sortir du nucléaire que d’y rester ! Investir dès maintenant dans les économies d’énergies et les énergies renouvelables, c’est un choix de société. Les Français sont désormais prêts.


La Cour d’appel de Paris a finalement rendu un non-lieu dans le procès de Pierre Pellerin, responsable du Service central de protection contre les rayons ionisants (SCPRI) au moment de l’accident de Tchernobyl (Ukraine). Une fois le verdict rendu, vous vous êtes prononcée pour « une nouvelle législation qui tienne compte des risques sanitaires induits par de telles catastrophes ». En quoi consisterait-elle ?

Transparence et responsabilité, voilà mes maîtres-mots quand on parle de risque industriel et encore plus de risque nucléaire.

Transparence sur les risques encourus et, en cas de catastrophe, sur les impacts. Cela passe notamment par une protection forte des lanceurs d’alerte et par une réelle indépendance de la justice dans ses investigations, en coupant le lien entre le procureur et l’exécutif.

Responsabilité des sociétés, qui ne doivent plus pouvoir se cacher derrière des filiales ou des sous-traitants pressurisés, et responsabilité des autorités au plus haut niveau aussi. Je veux notamment en finir avec la justice d’exception pour les ministres en supprimant la Cour de Justice de la République.

L’accident de Marcoule est-il selon vous révélateur de failles dans la gestion du nucléaire en France ? Que proposez-vous pour y remédier ?

Cet accident démontre également que le risque nucléaire n’est pas limité aux seules centrales et qu’il peut toucher n’importe quel maillon de la chaîne de production. Ce risque apparaît d’autant plus important que des manquements graves aux règles de sécurité sont systématiquement observés dans de nombreux sites nucléaires français, comme sur le chantier de l’EPR à Flamanville (Manche). C’était le cas aussi dans le centre de traitement de déchets de Marcoule…

Les accidents ne sont pas le fait du hasard : ils sont la résultante des conditions de travail et d’organisation – notamment de sous-traitance – de la filière nucléaire, qui se trouve soumise à toujours plus de contraintes de rentabilité, ce au mépris de la sécurité.

Ces préoccupations des écologistes ne concernent pas seulement les sites nucléaires : elles s’appliquent à tous les sites Seveso. Je veux encadrer strictement le recours à la sous-traitance sur les sites dangereux, parce que la dilution des responsabilités par l’utilisation excessive de sous-traitants et par la multiplication des filiales est insupportable. Les grands groupes doivent être tenus responsables. Quant au système des filiales et des sociétés écran, il doit être éradiqué et la responsabilité remonter jusqu’à la société mère.


« L’avenir de la France est 100 % renouvelable »

Quelles dispositions souhaitez-vous prendre pour faciliter l’implantation des énergies éolienne et solaire sur le territoire français ?

Ce dont la filière et surtout les industriels des énergies renouvelables ont besoin, c’est de stabilité et de visibilité. Je pense évidemment aux acteurs de l’éolien et du solaire, qui n’ont cessé de voir la réglementation changer ou se durcir ces dernières années, par amateurisme ou par volonté de nuire.

Je le dis clairement aux entreprises et surtout aux PME qui hésitent à investir et à créer de l’emploi dans les énergies vertes : avec les écologistes, l’avenir de la France est 100% renouvelable. Tarifs d’achat, appels d’offre : les mécanismes existent déjà mais devront être gérés de manière plus transparente et complétés par un soutien à l’investissement.

Je veux que les banques réinvestissent dans l’économie réelle. Il appartiendra alors à la filière des technologies renouvelables de se mobiliser, de continuer à faire baisser les coûts, d’investir localement et de créer de l’emploi.

Vu la contribution du nucléaire, celle encore timide des technologies renouvelables dans le bouquet énergétique français et les pressions des industriels, l’interdiction de l’exploration et a fortiori de l’exploitation des gaz de schiste en France vous semble-t-elle tenable ?

Oui, mais il nous faut nous attaquer au gaspillage énergétique ! A droite comme à gauche, on se plaint de la dette, on croise les doigts pour le pouvoir d’achat des Français mais on ne fait rien pour mettre un terme à cette gabegie.

Selon la Commission européenne, on pourrait pourtant réduire de mille euros par an la facture d’énergie des ménages d’ici 2020, en isolant nos logements ou en améliorant l’efficacité de nos appareils électriques.


« Passer de la lorgnette environnementale à celle des écologistes »

Quelles mesures préconisez-vous pour favoriser le déploiement de l’automobile propre et de l’éco-mobilité ?

Je veux relancer le débat sur les normes de consommation d’énergie à imposer aux nouvelles automobiles au niveau européen. Celles en vigueur ont été bradées par Nicolas Sarkozy pour faire plaisir à l’industrie automobile allemande, pourvoyeuse de modèle très puissants. Ces standards vont bientôt revenir sur la table européenne et grâce aux progrès réalisés par certains constructeurs, nous aurons les moyens d’imposer à tous des obligations beaucoup plus draconiennes pour ménager le portefeuille des citoyens européens.

Surtout, je veux développer les alternatives à la route en commençant par soutenir les transports de proximité, qui représentent l’écrasante majorité des déplacements du quotidien. Ma priorité, ce sont les bus urbains et les TER. Voilà ce dont les Français ont besoin, concrètement, pour mieux se déplacer et mieux vivre, et voilà comment on peut leur éviter de devoir acheter deux voitures par ménage. À l’opposé, j’abandonnerai les projets autoroutiers et aéroportuaires, dont bien sûr celui de Notre-Dame-des-Landes.

Que suggérez-vous pour accélérer le verdissement du parc immobilier français ?

Rénover nos logements pour arrêter de gaspiller notre énergie sera une priorité des écologistes. Les dispositifs actuels sont insuffisants : pas assez de logements rénovés mais aussi des rénovations a minima. Or rénover a minima est une grave erreur car si on fait intervenir des ouvriers sur un chantier pour mettre cinq centimètres d’isolant sur les murs, ce n’est pas pour y revenir dix ans après pour en rajouter cinq de plus.

Le « plan Marshall » de la rénovation énergétique que nous lancerons permettra à terme d’isoler un million de logements par an au niveau « Bâtiment basse consommation ».

Pour atteindre ces objectifs, nous prendrons un ensemble de mesures parmi lesquelles la réorientation de l’épargne vers ces investissements prioritaires, la création au niveau régional de « sociétés d’investissement tiers » pour accompagner et investir à la place des propriétaires, ou à plus long terme l’obligation de rénovation. Je vous encourage à consulter la proposition de budget 2012 que nous avons opposé à ce gouvernement il y a quelques jours.


D’une façon générale, avez-vous le sentiment d’une ébauche de prise de conscience nationale concernant la protection de l’environnement ? Comment faire de la France un pays véritablement éco-responsable ?

Nous avons dépassé le stade de la prise de conscience depuis de nombreuses années. L’engouement initial pour le Pacte écologique et le Grenelle de l’Environnement l’ont bien montré. Des solutions écologistes sont déjà mises en œuvre au niveau individuel voire local mais l’enjeu principal aujourd’hui est celui de la généralisation de ces solutions, et là il ne s’agit pas – ou pas seulement – de convaincre les citoyens : il s’agit de démonter les mécanismes politiques qui font que nos solutions ne sont pas généralisées, alors même qu’elles sont bonnes pour les citoyens, les salariés et les consommateurs.

Pour en revenir au sujet précédent, pourquoi croyez-vous que tout le monde parle de rénovation thermique des logements mais que les actions restent marginales ? Parce qu’économiser l’énergie, c’est réduire les profits d’EDF ou de GDF Suez ! C’est remettre en cause une culture qui mêle l’État, ses grands corps et nos pseudo-champions industriels.

Pour faire de la France un État véritablement « éco-responsable » comme vous dites, il faut passer de la lorgnette environnementale à celle des écologistes ! Il faut se battre pour un renouveau démocratique et pour un État transparent, représentatif, ouvert… C’est une condition de la révolution écologique mais c’est bien plus que cela : c’est une condition du vivre-ensemble.

Crédits photos : flickr - Marie-Lan Nguyen / Topato / Kamil Porembiski / Aeolus / David Megginson / MDEDD
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • visiteur

    Quelle excellente interview, avec des questions de fond auxquelles Eva Joly répond sans langue de bois.
    Cela étant, comme dans tout programme politique, il y a à boire et à manger, il y a du bon et du mauvais, du possible et de l’illusoire.
    Sortir du nucléaire, oui; en 20 ans et sans surcoût, je demande à voir…
    Faire des économies d’énergie, réduire la facture énergétique des ménages, stimuler l’éolien et le photovoltaïque, parfait, un nouveau Grenelle de l’environnement pourquoi pas.
    Le vote des étrangers en revanche, pas question : La citoyenneté n’est pas une affaire électorale, mais de comportement autant que de volonté de s’intégrer; et quand on veut s’intégrer on apprend la langue, on respecte les lois et les coutumes du pays d’accueil, sans chercher à se communautariser. Rien que pour ça, je ne voterai pas EELV, jamais.D’autant plus que servir de supplétif au PS, non merci…

  • daniel d

    Je préfère Corinne Lepage, pour qui l’écologie n’est ni de gauche ni de droite.
    Je connais des gens de droite qui trient leurs déchets et des gens de gauche qui laissent leurs lumières allumées.

  • http://www.scoop.it/t/france-2012/p/546254324/eva-joly-bouscule-les-socialistes-a-la-veille-de-la-finale-des-primaires-zegreenweb Eva Joly bouscule les socialistes à la veille de la finale des primaires | zegreenweb | France 2012 | Scoop.it

    [...] Eva Joly bouscule les socialistes à la veille de la finale des primaires | zegreenweb [...]

  • visiteur

    Corinne Lepage, ni de gauche, ni de droite vous voulez dire du centre alors… Partenaire de la droite…

  • http://www.scoop.it/t/actualites-ecologie/p/546535042/eva-joly-bouscule-les-socialistes-a-la-veille-de-la-finale-des-primaires-zegreenweb Eva Joly bouscule les socialistes à la veille de la finale des primaires | zegreenweb | Actualités écologie | Scoop.it

    [...] Eva Joly bouscule les socialistes à la veille de la finale des primaires | zegreenweb Candidate d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) dans la course à l'Élysée, Eva Joly a déjà fait montre de son franc-parler et de son opposition aux desseins… Source: http://www.zegreenweb.com [...]

  • daniel d

    @visiteur le 14 octobre 2011 à 18:20

    Je suppose que vous savez lire :-) ) J’ai écrit que “pour Corinne Lepage, l’ÉCOLOGIE n’est ni de droite ni de gauche”.
    Maintenant, à titre personnel, je préfère la droite à la gauche et si Corinne Lepage pouvait s’allier à la droite, ça m’irait parfaitement. Que voulez-vous, on ne se refait pas, et la gauche, comment dire ça gentiment, la gauche me répugne ou me révulse, ça dépend des jours.

  • visiteur

    L’écologie n’est pas compatible avec des valeurs de droite qui sont l’individualisme,le toujours plus, le profit… Si l’écologie partage des valeurs avec celle de la gauche, cela ne veut pas dire qu’elle peut être assimilé la gauche… nuance… il faut arrête de voir en 2D avec sur une ligne la droite la gauche et au milieu le centre, la vie est beaucoup plus compliqué !

  • daniel d

    @visiteur le 14 octobre 2011 à 23:10
    L’écologie n’est pas compatible avec les notions d’individualisme et le toujours plus de profit que vous imputez faussement à la droite ! Vous dites de ne pas voir le monde en 2D. En effet !
    ceux qui parlent de partage sont rarement assez intelligents pour comprendre qu’avant de partager, il faut avoir de quoi partager, et que par conséquent il faut savoir produire…Ceux qui parlent d’invidualisme de droite sont rarement assez cultivés pour se rappeler que par exemple la sécurité sociale a été mise en place par le général de Gaulle, que le SAMU social est né sous Chirac, que la retraite complémentaire obligatoire est une loi promulguée sous de Gaulle encore…
    Alors en effet, arrêtez de voir la politique de façon manichéenne, la méchante droite égoïste et pollueuse d’un côté et la gentille gauche généreuse et écologique de l’autre: Une telle vision ne résiste pas à une analyse des faits.

  • visiteur

    MDR, l’écologie et les valeurs de gauche !!! il suffit de voir l’action des verts dans le gvt Jospin de 1997-2002 :
    .Première autorisation d’importation du maïs transgénique (décret signé par D.Voynet)
    .Gestion catastrophique du désastre ERIKA

    A part ça, rien, les entreprises ont continué à produire, aucune mesure en faveur des économies d’énergies ou des énergies propres, rien que dalle nada !
    Alors lâchez-nous avec ces soi disant “valeurs de gauche” qui ferait de l’écologie une chasse gardée des gauchistes, vous devriez avoir honte de raconter ça !

  • visiteur

    Non seulement les éléments les plus sectaires de EELV nient que l’écologie soit apolitique mais de plus ils veulent faire croire qu’il n’y a de bons écolos que de gauche !

  • cartus

    A Daniel D :
    - De Gaulle en 1945 a entériné avec la sécurité sociale énormément de mesures qualifiables de gauche. Mais ce catalogue de mesures était issu du Conseil National de la Résistance. C’était d’ailleurs un “Grenelle” bien avant l’heure, d’où la qualité des propositions. Il faut saluer le courage de De Gaulle (ou son opportunisme) qui les a reprise. Etait-ce sous contrainte, car le CNR ou le Parti Communiste était fortement représenté, en forçant ainsi la gauche à le soutenir plutôt qu’à essayer de le remplacer ?
    La droite s’emploie depuis 20 ans, sous la pression des lobbies industriels, des ultra libéraux et des oligarques fortunés, à détricoter patiemment ces acquis.
    - Chirac par rapport à Sarkozy, c’est presque déjà la gauche :-) ! On pouvait le trouver dans une brasserie mangeant une tête de veau en buvant de la Kro. Le petit Nicolas ultralibéral ne connait que le Fouquet’s, ce n’est pas le même monde !

  • visiteur

    Merveilleuse Eva Joly. Cette femme nous propose une véritable révolution sociale, qui a la particularité de s’appuyer sur le modèle existant déjà, sans pour autant se contenter d’une attitude réactionnaire. C’est le seul type de révolution qui puisse amener un réel changement. L’état moral dans lequel la sarkozie laisse la France est désastreux. Les échelles de valeurs, qui peinaient dans leur lutte contre l’égoïsme naturel avant Sarko, ont été littéralement renversées sous sa direction. Aujourd’hui, l’égoïsme sans scrupule est la valeur de base. Les grévistes sont taxés de fainéants, les manifestations, “personne ne s’en aperçoit”, l’argent et l’apparat sont ouvertement adulés, les mensonges et les magouilles d’Etat sont banalisées au maximum. Dans une démocratie fonctionnant normalement, l’accumulation des affaires d’Etat de ces quatre dernières années auraient du déclencher un soulèvement spontané du peuple, mais la sarkozie a si bien su diviser les gens que la cohésion sociale est devenue bien trop faible. Le problème réside dans l’ancienneté du poison : le dangereux virage des échelles de valeur avait débuté déjà sous François Mittérand. Aujourd’hui, qui croire parmi tous ces beaux parleurs de la politique politicienne ? Il faut juger un arbre à ses fruits. Eva Joly est l’arbre que nous n’espérions presque plus. Dans le torrent d’ “informations” distribuées par nos grands médias, sa voix douce et intrépide détonne. Un pays peut être sauvé par une seule personne. Je souhaite aux français de ne pas rater leur chance et de voter pour Eva Joly en 2012.

  • visiteur

    Pour ceux qui veulent en savoir + sur le projet EELV, un résumé est dispo ici :

    http://evajoly.fr/wp-content/uploads/2011/10/newdealevajoly-budget-2012.pdf

    La 1ère grande différence est qu’il est basé sur une croissance de 0,8%/an alors que tous les autres grands partis misent sur + de 2% (ce qui est irréaliste vu ce qui nous attend dans les années à venir)

    Ci-dessous 3 des économistes/experts qui l’ont mis au point et budgété :

    - Pierre Larrouturou – ancien consultant en stratégie industrielle pour Accenture (11 ans) – spécialiste de la semaine de 4 jours (il est à l’origine de la loi Robien de 1996 – 1.6 millions d’emplois CDI min à la clé en 5 ans – études M. du Travail et Caisse des Dépôts) – un des rares en France à avoir “prévu” la crise, cf tous
    ses bouquins depuis 2002, dont le dernier est préfacé par Stéphane Hessel,
    l’ancien résistant.
    - Pascal Canfin – député européen – spécialiste de la conversion écologique de l’économie (600.000 emplois CDI en 10 ans – étude CNRS)
    - Alain Lipietz – idem

    N’en déplaise à certains, EELV a énormément évolué ces dernières années, et leur projet est désormais en béton !

  • daniel d

    @Cartus, comme beaucoup de gens de gauche, vous avez le manichéisme chevillé au corps et cela vous conduit à proférer sans sourciller des inepties ; ainsi selon vous, une décision « sociale » prise par la droite ne peut, par essence, que l’être sous la contrainte ou par erreur…Au meilleur des cas, le dirigeant de droite qui aura pris de bonnes décisions est un crypto-gauchiste 
    Bon, l’essentiel est d’y croire…

  • daniel d

    @visiteur le 17 octobre 2011 à 15:41-15:49 :
    Votre naîveté est très rafraîchissante et fait plaisir à voir, si, si !
    Le programme de Mitterrand en 1981 était également réputé “en béton”, il était également le fruit des cogitations de grands cadors-experts-spécialistes…On a vu malheureusement où son application nous a menés : l’Etat au bord de la faillite, déficit en hausse exponentielle, creusement de la dette, 2 dévaluations du franc en moins de 2 ans, 3 millions de chômeurs, perte de compétitivité des entreprises, hausse des impôts…
    Bon, tout n’était pas mauvais dans ce programme : La suspension du service militaire, par exemple, qui a été décidée par J.Chirac en 1995 et surtout la Fête de la Musique…
    Mais bon, il n’était peut-être pas nécessaire de tout chambouler pour si peu…

  • visiteur

    @Cartus et à ceux qui ont été intoxiqués par les mensonges des enseignants et des médias de gauche et qui parlent encore de l’influence des socialo-communistes dans les décisions sociales prises par de Gaulle à la fin de la guerre, je conseille la lecture de ce discours prononcé à la BBC le 23 octobre 1942, c’est-à-dire à un moment où un certain François Mitterrand servait encore le régime de Vichy, et où les communistes n’étaient entrés en résistance que depuis un an…

    « La sécurité nationale et la sécurité sociale sont, pour nous, des objectifs impératifs et conjugués. […] Nous voulons que dans un puissant renouveau des ressources de la nation […] l’idéal séculaire français de liberté, d’égalité, de fraternité soit désormais mis en pratique chez nous […] que chacun ait au départ de son activité sociale des chances égales à celles de tous les autres. »

    Source : Charles de Gaulle, Discours et messages, 1940-1946, Berger-Levrault, 1946.

    Alors vos racontars et votre récupération tardive…

  • http://gaming-journal.com games for android

    games for android…

    [...]Wonderful story, reckoned we could combine a handful of unrelated data, nevertheless definitely worth taking a search, whoa did 1 find out about Mid East has got extra problerms too [...]…

  • http://www.placesdatabases.com/stats/global/places/_/_/Global-places-Database.php place database

    place database…

    [...]Every after inside a even though we select blogs that we read. Listed beneath would be the most current websites that we select [...]…

  • http://rosemontresidences.com/blog/how-toronto-accommodates-tourists-and-travelers/ Extended Stay Toronto

    Extended Stay Toronto…

    [...]Every once in a though we opt for blogs that we read. Listed below would be the newest internet sites that we opt for [...]…

  • http://kasamterepyaarki.me/ Dil Bole Oberoi

    Dil Bole Oberoi…

    [...]although internet websites we backlink to beneath are considerably not associated to ours, we feel they may be essentially really worth a go as a result of, so have a look[...]…

  • https://recordtechnologies.com/collections/gauges/products/fuel-gauge-240-33-ohms-universal temperature gauge

    temperature gauge…

    [...]just beneath, are several absolutely not related web-sites to ours, having said that, they may be certainly worth going over[...]…