NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Éolien offshore, le jour J est arrivé

Éolien offshore, le jour J est arrivé
L'éolien offshore deviendra une réalité dans les eaux territoriales françaises d'ici 2020

Ils ont été nombreux à mordre à l’hameçon. Areva, GDF-Suez, Vinci, EDF Énergies Nouvelles, Alstom, les géants allemand, danois et espagnol E.ON, Dong Energy et Iberdrola : le premier appel d’offres gouvernemental sur l’éolien marin a indéniablement attiré de gros poissons de l’énergie *.

Également ouvert aux entreprises étrangères donc, il n’en est pas moins un défi majeur pour les fleurons nationaux, avec en toile de fond la construction dans nos frontières de sites de production des pales, des mâts et des embases des turbines et plus largement de nouvelles perspectives de développement économique et énergétique. Tous les participants avaient jusqu’à aujourd’hui pour soumettre leurs projets à la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

Des projets méthodiquement expliqués dans des dossiers de quatre mille pages et qui seront jugés par le gouvernement, lequel rendra son verdict en avril prochain, à l’aune de trois critères : « la qualité du projet industriel et social », comptant pour 40 % de la note finale, « le prix d’achat de l’électricité proposé » (40 %) et « le respect de la mer et de ses usages » (20 %). Les lauréats auront par ailleurs jusqu’à octobre 2013 pour confirmer leur faisabilité, sachant que les chantiers devraient débuter à l’horizon 2016 en vue d’une mise en service en 2020. Rappelons également que l’objectif étatique est de déployer de cinq cents à six cents éoliennes d’ici 2020 au large des communes de Courseulles-sur-Mer, Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Dieppe-Le Tréport et Fécamp (Seine-Maritime) moyennant une capacité de production totale de trois mille mégawatts (MW), soit exactement la moitié de ce que prévoit le Grenelle de l’environnement, l’équivalent de trois réacteurs nucléaires et 1,75 % de la consommation énergétique nationale.

« Développer une véritable filière industrielle »

Un deuxième appel d’offres doit en outre être lancé au cours du premier semestre, la finalité pour le ministère de l’Écologie étant de « développer une véritable filière industrielle » respectueuse de l’environnement et des usages existants dans le domaine maritime. Pas d’impacts négatifs sur les activités halieutiques donc, comme le craignent déjà certains élus et pêcheurs locaux.

Si la multiplication de recours judiciaires n’est bien entendu pas à exclure, Paris a cependant pu tirer des enseignements de l’échec de l’appel d’offres lancé en 2004 pour installer des turbines au large de la Côte d’Albâtre (Haute-Normandie), qui a été littéralement « torpillé » par les riverains. L’État a mis le maximum de chances de son côté pour éviter un bégaiement de l’histoire et par là-même combler une partie du retard accumulé sur l’Allemagne, le Danemark et la Grande-Bretagne, étant entendu que le potentiel des côtes françaises en matière d’éolien offshore est le deuxième plus important du Vieux Continent selon les experts.

La ministre de l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet a aussi évoqué hier matin au micro d’Europe 1 la création de dix mille emplois. Ce qui n’est pas non plus négligeable alors que, crise économique oblige, le chômage a augmenté ces derniers mois.

* Trois consortiums ont remis une offre. Le premier rassemble les groupes GDF-Suez, E.ON et Vinci et aura recours à des éoliennes estampillées Areva et Siemens. Le deuxième est constitué des entreprises EDF, Dong Energy et WPD Offshore et a misé sur des turbines Alstom. Souhaitant utiliser des éoliennes Areva, le troisième unit la société franco-britannique Eole-Res et Iberdrola.

Crédits photos : Wikimedia Commons – Kim Hansen / flickr – Andy S-D
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.scoop.it/t/y-en-a-un-peu-plus-je-vous-le-mets-quand-meme/p/968754589/eolien-offshore-le-jour-j-est-arrive-zegreenweb Éolien offshore, le jour J est arrivé | zegreenweb | au cul du c@mion | Scoop.it

    [...] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } http://www.zegreenweb.com – Today, 11:47 [...]

  • hypocrites

    L’éolien est une grosse idiotie, non viable, très fragile, il est surtout une autre facon que les grands groupes ont trouvé pour bénéficier de plus encore d’argent public.
    Une honte, quand on sait Tesla!!!Sans le Shah d’Iran et ses 60 milliards de francs de l’époque que nos entreprises ont été contentes de piller avec le soutient de nos gouvernements suite à la révolution, on aurait beaucoup avancé au niveau des énergies renouvelables, et on n’en serait pas à 90% d’énergie atomique, mais bien 90% d’énergies renouvelables.Hypocrites! 

  • LanQou

    Quand on voit la part des critères d’évaluation des porjets: 40% pour la qualité industrielle, 40% pour le prix et 20% pour le respect de l’environnement, on comprend tout de suite que ces parcs eoliens ont pour but de dédager de grandes sources de profit et non de préserver l’environnement.
    Après quelques balbutiements le greenwashing est rapidement devenu la nouvelle philosophie des grands groupes qui après avoir mis à sac la planète, ont bien l’intention de continuer.

  • C pliobo

    …une triste journée pour l’environnement ….!  écologiquement et économiquement trés pervers …une fausse bonne idée ..

  • lb

    Bref, pas d’atome, pas de charbon, pas de pétrole…et maintenant pas d’éolien…demain pas de biomasse ni de solaire ???