NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Un drone pour le recyclage des déchets nucléaires

Le site de Sellafield (Grande-Bretagne) contient des silos remplis de déchets nucléaires datant des années 1950.
La Grande-Bretagne investit argent et matière grise pour le recyclage des déchets nucléaires.

Ce nouvel appareil sans pilote cartographiera les silos en vue d’un futur démantèlement.

Actuellement en cours de construction, il sera utilisé pour cartographier les plus anciens silos de stockage de déchets radioactifs du pays. Indispensable au démantèlement, au recyclage et au nettoyage des silos, cette étape sera franchie via un profilage laser à l’intérieur des chambres, de sorte à rendre le travail des experts plus sûr et plus facile.

Les responsables du site de Sellafield, plaque tournante du nucléaire britannique qui comprend plus de 1 000 installations réparties sur 6 kilomètres carrés, ont demandé à l’Université de Warwick de développer ce drone pour cette tâche en finançant le programme. Evalué à plusieurs milliards de livres, celui-ci concernera essentiellement les entrepôts et les anciens bassins de stockage existant depuis les années 1950.

Une pollution nucléaire qui inquiète de plus en plus

L’ « hexacopter » aura en outre un rôle primordial pour la suite des événements puisque les contenus de certains silos demeurent inconnus des scientifiques. Équipé de 6 moteurs distincts et rotatifs ainsi que d’un « Lidar » (NDLR : Light detection and ranging, une technologie de télédétection ou de mesure optique basée sur l’analyse des propriétés d’une lumière laser renvoyée vers son émetteur) qui créera des images en trois dimensions pouvant être vues depuis n’importe quel angle, il devra également cartographier et repérer de potentielles fuites.

Londres a alloué la bagatelle de 73 milliards de livres (92 milliards d’euros) pour nettoyer les sites nucléaires d’outre-Manche et notamment celui de Sellafield, anciennement utilisé à des fins de production de plutonium pour des armes atomiques. L’utilisation des drones, elle, apparaît désormais comme une nécessité pour les pays désireux de « nettoyer » les anciennes installations de production ou de stockage d’éléments radioactif. On reste très loin de l’énergie durable ou des meilleures pratiques en développement durable mais ce serait indéniablement un progrès.

Crédits photos: Wikimedia Commons / Simon Ledingham – Chris Eaton
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !