NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Nucléaire : Nicolas Sarkozy se veut rassurant

Nucléaire : Nicolas Sarkozy se veut rassurant
Les centrales nucléaires françaises qui ne satisferont pas aux stress tests de l'Union Européenne (UE) seront fermées, a assuré Nicolas Sarkozy

La confiance que l’Élysée maintient au savoir-faire français sur le plan du nucléaire n’est pas du goût de tous, en particulier des cadres d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), tous favorables à un référendum sur la politique énergétique hexagonale dont Paris ne veut pas entendre parler. La catastrophe de Fukushima 1 (Japon), la plus grave qu’ait connu la filière nucléaire depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986, a toutefois une résonance certaine dans une opinion publique globalement attachée au principe de précaution, d’où la nécessité pour ainsi dire morale de procéder à des examens approfondis des dix-neuf centrales atomiques françaises.

On l’a évoqué la semaine dernière, ceux-ci seront réalisés par l’Agence de sûreté nucléaire (ASN), avec le soutien technique de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), et leurs conclusions seront vraisemblablement rendues publiques d’ici la fin de l’année. De l’étude des risques liés aux séismes, aux inondations, à une perte d’alimentation électrique et à une défaillance des systèmes de refroidissement au décorticage de la gestion opérationnelle des situations accidentelles, l’ASN l’assure : rien ne sera laissé au hasard.

M. Sarkozy non plus ne semble pas disposé à badiner avec le principe de précaution, ainsi qu’en témoignent ses déclarations de vendredi dernier lors d’un sommet continental à Bruxelles (Belgique). S’exprimant au sujet des stress tests imposés par l’Union Européenne (UE), dont les modalités restent à définir mais qui seront réalisés en adéquation avec les travaux de l’ASN, le chef de l’État a promis que « si les tests n’étaient pas concluants, (la France) en tirerait les conséquences ». En d’autres termes ce sera la poursuite des activités ou leur arrêt définitif sinon rien, sachant qu’une fermeture pourrait bouleverser l’approvisionnement énergétique de toute une région.

Une fermeté de circonstance étant donné l’émotion mondiale suscitée par la tragédie japonaise et la confirmation hier par l’IRSN de la présence du panache radioactif dans le ciel français à la suite de l’analyse de relevés effectués par les stations de l’Institut à Cherbourg-Octeville (Manche) et Orsay (Essonne) les 24, 25 et 26 mars derniers. Même si leurs niveaux ne représentent « aucun danger environnemental ou sanitaire », dixit l’IRSN, des traces d’iode 131 ont été détectées.

Le césium 137 et les autres radio-nucléides présents dans les rejets de la centrale de Fukushima 1, eux, restent fort heureusement aux abonnés absents. Pourvu que ça dure.

Crédit photo : Wikimedia Commons – Rémi Jouan
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • jf

    On voit bien que 2012 n’est pas loin !