NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Le Sahara, un oasis énergétique ?

Le Sahara, un oasis énergétique ?
Le Sahara massivement investi par des panneaux solaires ? Possible aux dires des pères du projet « Sahara Solar Breeder », pour qui le sable du désert africain est la solution à la crise énergétique à venir

S’il est des zones propices à la construction massive de panneaux photovoltaïques, ce sont apparemment les déserts. En attendant la concrétisation du projet Desertec, si gargantuesque et nécessitant tant d’investissements qu’on en arrive à s’interroger sur sa viabilité – d’autant que certains l’accusent de ne servir que les intérêts du Vieux Continent – , des ingénieurs japonais se sont mis en tête d’exploiter à des fins énergétiques le sable de l’un des plus importants d’entre eux.

Le Sahara peut être le salut énergétique de la moitié de la population de la planète. C’est en tout cas l’intime conviction de ces scientifiques, instigateurs d’un projet baptisé « Sahara Solar Breeder » qui vise à terme la conception d’installations solaires moyennant une capacité totale d’au moins cent gigawatts (GW).

Un objectif pour le moins ambitieux mais qui serait rendu réalisable grâce à l’importante quantité de silice – matière première pour fabriquer le silicium et donc les panneaux solaires – que renferment les grains de sable.

Forts de cet atout les experts nippons suggèrent la construction en grand nombre d’usines de silicium et de panneaux solaires dans le nord de l’Afrique pour libérer davantage d’énergie et, par extension, produire plus de silicium et de centrales électriques solaires. Lesdites centrales pourraient selon leurs dires fournir de l’énergie à l’échelle mondiale via des lignes d’alimentation électrique utilisant des supraconducteurs à haute température.

Pareil système serait-il transposable à tous les grands déserts du monde ? Cette question n’est sans doute pas prête d’être tranchée et une généralisation de la solution-miracle impliquerait en tout cas des investissements élevés auxquels les autorités ne seraient pas forcément enclines dans l’immédiat. Il faudrait aussi tenir compte de la proportion de silice du sable des autres régions arides et des possibilités géographiques, et pour d’évidentes raisons pratiques très probablement opter pour des panneaux autonettoyants.

« Ce pourrait être la clef pour résoudre le problème de l’énergie »

Reste que les chercheurs en sont persuadés, et bien malin celui qui arrivera à leur donner tort, « (s’ils parviennent) à utiliser le sable du désert pour élaborer une substance qui fournit de l’énergie, ce sera la clef pour résoudre le problème de l’énergie ». Et de judicieusement rappeler que « l’énergie que nous recevons continuellement du soleil est dix mille fois celle actuellement consommée par l’humanité, donc si nous pouvons utiliser 0,01 % de celle-ci nous n’aurons pas de pénurie d’énergie mais un excédent ».

Le remède à l’impasse énergétique qui menace désormais trouvé, il leur reste à démontrer la faisabilité de leur dessein, sachant que le budget de recherche jusqu’en 2015 s’élève à cent millions de yens annuels (environ neuf cent vingt-mille euros). Un montant « insuffisant pour finaliser le projet » mais qui devrait leur suffire pour « mettre en place une technologie de base qui fournira une solution définitive au problème de l’énergie ».

« Pour le moment l’objectif de cette recherche sera d’obtenir des données pour des questions telles que la profondeur à laquelle le câble supraconducteur devra être enterré afin de minimiser les fluctuations de la température », ont expliqué les scientifiques, qui n’ignorent pas qu’ils vont aussi devoir faire face à des contraintes naturelles inévitables comme les tempêtes de sable et qu’il faudra nécessairement refroidir les câbles d’alimentation à l’azote liquide. Une véritable gageure dans des contrées tropicales.

« Nous obtiendrons alors d’autres données qui nous aideront à résoudre ces problèmes », soutiennent-ils. En d’autres termes chaque chose en son temps.

Il ne fait guère de doute que les initiateurs de ce projet auront fort à faire pour surmonter tous les obstacles techniques et ensuite convaincre les décideurs de la justesse de leur vision. Un probable chemin de croix néanmoins sans commune mesure avec celui que la planète endurera si elle s’entête à ne pas donner à l’énergie solaire la chance qu’elle mérite.

Crédits photos : Wikimedia Commons – USAF / flickr – Alex Lang
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=674524188 Guess Rado

    ET pour ceux qui vivent autour du sahara …. on les laisser crever …