NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Fukushima : le gouvernement japonais tente de rassurer la population

Fukushima : le gouvernement japonais tente de rassurer la population
La municipalité de Tokyo a lancé à son tour, une campagne de mesure du taux de radioactivité

Alors que TEPCO (Tokyo Electric Power COmpany), l’opérateur de la centrale de Fukushima 1 (Japon), éprouve toujours les pires difficultés à assurer le refroidissement des réacteurs nucléaires, que de nouvelles secousses de magnitude comprises entre 4,9 et 5,8 sur l’échelle de Richter ont été enregistrées mardi et que deux milles mètres cube de boues contaminées risquent de s’accumuler d’ici la fin de l’année, les Japonais ont besoin d’être rassurés. Le gouvernement nippon a donc décidé de procéder à des mesures de la radioactivité.

Mardi, la municipalité de Fukushima a équipé 34 000 enfants d’un dosimètre qu’ils garderont pendant trois mois. Hier, c’est la ville de Tokyo qui a cherché à rassurer les familles inquiètes des niveaux de radioactivité dans la capitale nippone. Des fonctionnaires se sont rendus dans les parcs et les écoles pour effectuer des relevés. Ceux-ci ont été rassurants avec 0,06 microsieverts par heure à un mètre du sol et 0,07 à cinq centimètres. Des chiffres qui se situent dans les normes. La menace d’une contamination dans la mégapole japonaise semble donc écartée, tout du moins pour le moment, d’autant que ses habitants ont de nouveau été autorisés à donner l’eau du robinet à leurs nourrissons.

Par ailleurs, l’Agence japonaise de sûreté nucléaire a commencé à inspecter les centrales du pays. Une mesure prise afin d’éviter d’autres catastrophes et qui fait suite à la fermeture à titre préventif de la centrale nucléaire d’Hamaoka. Les centrales exploitées par les compagnies KEPCO (Kansai Electric Power COmpany) et CEPCO (Chubu Electric Power COmpany) seront toutes passées au peigne fin. Le sarcophage imaginé par TEPCO pour recouvrir le réacteur 1 endommagé en mars dernier, lui, est en cours de préparation. L’entreprise a en effet annoncé avoir déjà entrepris les premiers travaux préparatifs visant à recouvrir le bâtiment.

L’Etat tente donc de rassurer au mieux la population et reconstruit petit à petit un pays dévasté par la catastrophe, tant sur le plan humain qu’économique. La reconstruction des zones détruites par le tremblement de terre et le tsunami suppose toutefois des investissements colossaux. Selon nos confrères du Mainichi, le Parti démocrate japonais envisage de mettre en place un impôt spécial. L’idée serait d’augmenter de 10% la taxation des résultats des entreprises et des revenus des particuliers. De 12 à 24 milliards de dollars (entre 8,5 et 17 milliards d’euros) par an seraient ainsi débloqués et permettraient de rembourser les obligations que l’Etat japonais va devoir émettre pour payer la reconstruction. Un peu plus de trois mois après l’accident de Fukushima, aucune piste de financement ne semble écartée.

Crédits photos : flickr- MJ/TR / Zariniandreas
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • vtourisme

    Les japonnais vont vraiment avoir du mal à sortir de ce goupier

  • http://www.tree2share.org/article-1321-l-environnement-un-theme-qui-preoccupe-plus-les-francais-que-l-economie-. L’environnement, un thème qui préoccupe plus les Français que l’économie… – tree2share

    [...] comme celle de la centrale nucléaire de Fukushima 1, en perdition depuis le tremblement de terre et le tsunami qui ont frappé les côtes japonaises le 11 mars dernier, et par la [...]