NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Energie solaire : quand la France rayonnera

Longtemps parmi les mauvais élèves dans cette matière au coefficient grandissant, la France commence à prendre le pli de l’énergie solaire. Les mentalités évoluent à mesure que les enjeux vont crescendo.

Des parkings de supermarché aux maisons de particuliers, ils se généralisent, préservent l’environnement et – appréciable tour de force – ne dénaturent pas le paysage. C’est que l’enjeu est de taille : il s’agit de préserver une couche d’ozone que la présence au demeurant de moins en moins monopolistique du nucléaire menace.

Jusqu’à l’été 2006, l’énergie générée par les panneaux solaires n’atteignait pas un pour cent de l’électricité produite dans l’Hexagone. Les garants de la cause écologique se faisaient des cheveux blancs mais peuvent désormais regarder l’avenir avec davantage de sérénité : largement subventionnée depuis et objet de mesures incitatives, l’énergie astrale commence à se faire sa place… au soleil. Via des initiatives judicieuses et que la survie de la planète rend chaque jour plus nécessaire, l’Etat a emmené une proportion intéressante de concitoyens dans son sillage.

Ainsi le coût d’une installation photovoltaïque – de 20 à 25 000 euros en moyenne pour une installation de 30m2 – est-il en partie compensé par des crédits d’impôt, et parfois par des subventions de région. Il y a trois ans, l’Etat a en outre imposé un « deal » entre EDF et les particuliers souscripteurs, lesquels sont liés contractuellement à l’entreprise publique pendant vingt ans.

Sur la base tarifaire de 11,06 centimes d’euro/kilowattheure, ils lui achètent l’électricité destinée à leur consommation personnelle puis lui revendent, parfois jusqu’à cinq fois plus cher, la totalité de l’électricité solaire produite. Beaucoup plus facile, dans de telles conditions, d’y trouver son compte, car en sept ou huit ans, le contribuable peut prétendre à récupérer sa mise de départ et, plus tard, tabler sur une rente comprise entre 1 500 et 2 000 euros annuels.

Ce qu’il reste à faire

Assez peu connu, cet arrangement, et par extension l’ensemble des avantages financiers et environnementaux que confère l’énergie solaire, gagneraient à faire l’objet d’une campagne de communication plus poussée, condition sine qua none pour qu’elle s’inscrive définitivement dans les moeurs. Dans cette même optique incitative, l’Etat s’est par ailleurs engagé à simplifier les démarches administratives, jusqu’ici plutôt fastidieuses.

L’énergie solaire sera-t-elle le nouveau standard de demain ? Si l’hégémonie du nucléaire ne semble pas prête d’être remise en cause, et que l’avant-gardiste Allemagne, incontestable leader mondial en la matière, ne sera sans doute pas rattrapée de sitôt, une répartition plus équitable est en tout cas envisageable.

Cette source d’énergie trop longtemps oubliée a un potentiel inégalable : d’après la NASA, le soleil fournit ainsi une quantité d’énergie six mille fois supérieure à la consommation électrique planétaire, et la technologie actuelle est suffisamment au point pour assouvir plusieurs dizaines de fois nos besoins en électricité. Reste le problème de la cherté des infrastructures, qui finira peut-être par ne plus en être un si chacun passe le message à ses voisins.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !