NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Emballages alimentaires : toxiques pour l’Homme et pour l’environnement

Emballages alimentaires : toxiques pour l’Homme et pour l’environnement
Les phtalates contenus dans les emballages alimentaires peuvent provoquer la stérilité chez l’homme

Le reportage « L’Emballage qui tue » diffusé mardi soir sur Arte montre que les conditionnements alimentaires contiendraient d’importantes quantités de substances nocives pour l’environnement et pour la santé des consommateurs.

Les emballages alimentaires contenant des phtalates et du bisphénol les verraient se propager dans les produits qu’ils préservent du pourrissement. D’après le Dr Konrad Grob, chimiste de l’alimentation, « plus de 100 000 substances utilisées pour ces conditionnement migrent dans notre nourriture, en quantité peut-être suffisante pour être toxique ». « A l’issue d’une enquête menée auprès de 2 000 enfants, l’office fédéral allemand de l’Environnement a découvert que les phtalates se retrouvent dans l’organisme de tous ces enfants », révèlent également les reporters d’Arte.

Les analyses ont montré que les emballages contenant des phtalates contaminent pléthore d’aliments comme les bonbons, les sauces-tomates… et certains produits bios. Des traces, certes infimes, ont en effet été découvertes dans du lait éco-labélisé. L’office fédéral met cependant d’abord les consommateurs en garde contre la pâte à tartiner Nutella, depuis peu dans le viseur du Parlement européen et qui contiendrait du DEHP, l’un des phtalates les plus dangereux. Utilisé entre autres dans la conception de la vaisselle jetable et des boîtes de conserve, le bisphénol A contaminerait lui aussi des denrées comme le maïs et certains plats préparés.

Les fœtus en grand danger

Les ravages que ces deux substances peuvent causer ont de quoi inquiéter, en particulier les femmes enceintes et les enfants, qui sont les plus vulnérables à leurs effets. Les phtalates et notamment le DEHP pourraient en outre provoquer la stérilité chez les hommes. « Ils agissent comme un leurre : ils miment l’effet des hormones femelles et modifie ainsi l’équilibre hormonal masculin », décryptent des chercheurs de la clinique universitaire de Copenhague. « Certains d’entre eux sont ingérés par les femmes enceintes. Une fois dans l’organisme, ils atteignent le fœtus et entravent le développement des testicules, d’où certaines atrophies testiculaires », précise le Dr Niels Jergensen. Ainsi le bisphénol A et les phtalates s’attaqueraient-ils à la vie avant même que l’enfant soit mis au monde.

A travers toute une série d’analyses, le pôle de toxicologie alimentaire de l’INRA (Institut national de recherche agronomique) de Toulouse a en outre découvert que le « BPA », déjà accusé de nombreux maux, entrave la croissance des cellules de défense, mettant ainsi à mal le système immunitaire. « Les souris qui avaient consommé des aliments contenant du bisphénol A n’avaient plus les capacités de se défendre contre différents germes pathologiques », précisent nos confrères, et cette fois encore la principale victime est le foetus.

Phtalates, le retour

Contrairement aux idées reçus, le bisphénol A et les phtalates ne disparaîtraient donc pas avec leur emballage et les conditionnements recyclés contiendraient encore des taux élevés de substances toxiques, le procédé de recyclage généralement utilisé échouant à les détruire.

Face au danger que peuvent représenter les phtalates ou le bisphénol A, les autorités commencent à prendre les mesures adéquates et à en interdire l’utilisation. Depuis mai dernier en France, les biberons ne doivent ainsi plus contenir de bisphénol A. Les phtalates seront quant à eux totalement interdits en Europe à compter d’octobre 2012. Les études récentes justifient amplement cette proscription.

Crédit photo : Flickr - soundfromwayout
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • alain b

    Reportage il est vrai pour le moins effrayant. Il y a urgence à interdire le bisphénol A et les phtalates, on en parle depuis des années…