NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

EELV : Nicolas Hulot devrait prendre le large

EELV : Nicolas Hulot devrait prendre le large
Selon Jean-Paul Besset, qui fut son directeur de campagne lors des élections primaires, Nicolas Hulot pourrait quitter EELV d'ici la fin du mois

Proche de l’ancien présentateur d’Ushuaïa – il a d’ailleurs été son directeur de campagne – , Jean-Paul Besset a laissé entendre à nos confrères de La Montagne que l’adversaire malheureux d’Eva Joly lors de la primaire d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) pourrait quitter le parti d’ici la fin du mois.

Nettement devancé par la dame aux lunettes rouges, dont le discours très marqué à gauche pendant la campagne a tranché avec ses appels au centre, Nicolas Hulot se sentirait « rejeté par la famille (écologiste) » et en tirerait les conséquences. Officialisera-t-il son départ lors des journées d’été d’EELV, du 18 au 20 août prochains ? On devrait quoi qu’il en soit en savoir plus sur son état d’esprit au cours de ce rassemblement, à condition bien sûr qu’il soit disposé à y participer, ce dont on peut douter au regard des propos qu’il a tenus lors d’une interview accordée le 10 juillet au magazine Bretons. Vert… de colère, « Sain Nicolas » avait alors évoqué « un immense gâchis » et était allé jusqu’à se demander « quel diplôme de psychologie il faut avoir pour comprendre (le fonctionnement des écologistes »). De quoi susciter bien des sifflets…

Il n’est pas du tout certain, eu égard aux propos de M. Besset, qu’il ait depuis digéré son échec, au demeurant net et sans bavure, et qu’il soit enclin à travailler avec son ancienne rivale, laquelle lui tend la main depuis l’entre-deux-tours et a fini par faire sienne sa stratégie de « lobbying » auprès du centre.

eelv : Nicolas Hulot pourrait quitter le navire

Un tandem Hulot-Borloo ?

La perspective d’un départ relance de facto celles d’un cavalier seul et d’un rapprochement avec l’ex-ministre de l’Écologie Jean-Louis Borloo, très probable candidat à l’élection présidentielle de 2012 et avec qui M. Hulot s’était déjà entretenu pendant la campagne des primaires, ce que nombre de militants et sympathisants du parti écologiste n’ont pas digéré étant donné la participation active de « JLB » au quinquennat sarkozyste. Ce dernier, qui rêvait de Matignon, a dans le sillage de la reconduction de François Fillon quitté le gouvernement et rendu sa carte UMP. Désormais libre, le prédécesseur de Nathalie Kosciusko-Morizet à l’Hôtel de Roquelaure a tout intérêt à ratisser au-delà des frontières du centre droit. Reste à savoir si, de son côté, le père du Pacte écologique est enclin à faire équipe avec lui, étant entendu qu’il a pris soin lors des primaires – histoire sans doute de ne pas dangereusement éroder son capital sympathie auprès de militants chauffés à blanc contre tout ce qui vient de la droite – d’attribuer la paternité des discussions à M. Borloo.

Un tandem Hulot-Borloo susciterait en tout cas, à n’en pas douter, bien des grincements de dents. Sauf que l’écoeurement de l’ancien animateur semble tel qu’en l’état actuel des choses il n’est pas possible d’écarter formellement cette hypothèse, d’autant que M. Hulot a toujours paru détaché des considérations idéologiques. Sur le papier moins dévastatrice sur le plan de l’image, celle d’une candidature libre est également à prendre en considération, même si, dans ce cas aussi, Yves Cochet et José Bové, ses deux plus importants soutiens au sein d’EELV, ne le suivraient pas. Or il est clair que, pour que l’écologie fasse définitivement partie intégrante du débat public – c’est ce qui lui importe le plus – et qu’il obtienne le meilleur score possible, « Sain Nicolas » aura besoin d’alliés de poids si d’aventure il devait effectivement claquer la porte de la formation vert-orange. Et à condition bien sûr de ne pas avoir renoncé à ses ambitions présidentielles.

Hulot devrait quitter EELV

« Il y avait de l’amertume »

Du côté d’EELV, certains doutent qu’il veuille quitter le navire. Ainsi Jean-Vincent Placé, conseiller spécial de la Secrétaire nationale Cécile Duflot, selon lequel « il avait de l’amertume » et « savait qu’il avait perdu ». Et de souligner que les déclarations rapportées par Bretons sont intervenues dans la foulée de son déplacement à Nantes (Loire-Atlantique), au cours duquel il avait reçu un seau d’épluchures sur la tête.

« C’est la réaction émotionnelle d’un homme profondément blessé », a pour sa part analysé M. Besset. Daniel Cohn-Bendit, lui, considère que M. Hulot a tout simplement raté le coche : « Nicolas avait une carte à jouer en 2007, ou pour les européennes (NDLR : en 2009). S’il nous avait rejoints à ce moment là, il se serait imposé en 2012 ». Au micro de France Info vendredi, l’intéressé s’est gardé de se faire plus précis quant à ses intentions, déclarant tout juste, ce qui ne suffira assurément pas à rassurer ses partisans au sein du parti écologiste, que « l’amertume et la rancoeur ne font pas partie de (ses) sentiments ».

Député EELV de Loire-Atlantique, François de Rugy n’a quant à lui pas digéré la virulente diatribe du finaliste des primaires à l’égard des militants. « Les médias sont conditionnés par la façon traditionnelle de faire de la politique. Les électeurs aussi. Et plus que les électeurs, les militants. Ils aiment les formules, ils aiment les ennemis désignés. Prononcez cinq fois le mot Sarkozy dans un discours : vous provoquez des orgasmes », a-t-il asséné le 10 juillet dernier. « Quand il parle des militants ainsi, c’est hallucinant de mépris », a commenté M. de Rugy.

« D’une certaine manière, cela valide plutôt l’idée qu’il n’avait pas les nerfs pour subir une campagne », a enfin estimé Dominique Voynet, candidate des Verts aux élections présidentielles de 2007.

Déjà très loin de faire l’unanimité avant les primaires, M. Hulot paraît désormais effectivement rejeté par certains responsables EELV. « L’équipe d’Eva Joly a clairement gagné et ils n’ont pas besoin de moi », a déclaré l’ancien animateur d’Ushuaïa vendredi. On aurait dit un adieu.

Crédits photos : Wikimedia Commons – Eva Joly 2012 / flickr – Patrick Janicek / Wikimedia Commons – Eva Joly 201
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • visiteur

    Ce qu’il a de mieux à faire, c’est de quitter EELV et de jouer sa carte personnelle. On verra bien alors qui les électeurs et pas seulement les activistes du parti préfèrent…
    Un seau d’épluchures sur la tête, voilà bien la marque de fabrique de certains khmers verts-de-gris. Ecoeurantes méthodes, pathétiques militants…

  • http://www.scoop.it/t/politique-par-la-cftc-hus/p/335423040/eelv-nicolas-hulot-devrait-prendre-le-large EELV : Nicolas Hulot devrait prendre le large | Politique par la CFTC HUS | Scoop.it

    [...] EELV : Nicolas Hulot devrait prendre le large Selon Jean-Paul Besset, qui fut son directeur de campagne lors des élections primaires, Nicolas Hulot pourrait quitter EELV d'ici la fin du mois…Proche de l’ancien présentateur d’Ushuaïa – il a d’ailleurs été son directeur de campagne – , Jean-Paul Besset a laissé entendre à nos confrères de La Montagne que l’adversaire malheureux d’Eva Joly lors de la primaire d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) pourrait quitter le parti d’ici la fin du mois.Nettement devancé par la dame aux lunettes rouges, dont le discours très marqué à gauche pendant la campagne a tranché avec ses appels au centre, Nicolas Hulot se sentirait « rejeté par la famille (écologiste) » et en tirerait les conséquences. Officialisera-t-il son départ lors des journées d’été d’EELV, du 18 au 20 août prochains ?… Source: http://www.zegreenweb.com [...]

  • vertdo

    en réponse à “visiteur” ci dessus . quel mépris de ces milliers d’électeurs qui ont fait démocratiquement un choix .vous parlez de “khmers vert de gris ” , mais vous , vous insultez des électeurs comme moi (qui a choisi Joly). les 25 000 électeurs qui ont voté ne sont pas des ” activistes du parti” ces primaires ont été acceptées par Hulot , même J C Besset son ami dit que Hulot exagère quand il met en cause l’organisation de la primaire !

    quant à “l’écoeurante ” méthode,c’est vous qui la faites par cet amalgame

  • visiteur

    41%, ce n’est pas rien, un candidat qui débarque, qui tente une OPA sur le parti fait 41% et on trouve qu’il est rejeté. Moi je trouve ça plutôt honorable, qu’il fasse ces armes pendant la campagne et il pourra être accepté plus largement.
    Certes il y a urgence mais il fallait partir plus tôt.

  • http://www.scoop.it/t/chronique-des-droits-de-l-homme/p/338157691/eelv-nicolas-hulot-devrait-prendre-le-large-zegreenweb EELV : Nicolas Hulot devrait prendre le large | zegreenweb | Chronique des Droits de l’Homme | Scoop.it

    [...] EELV : Nicolas Hulot devrait prendre le large | zegreenweb Selon Jean-Paul Besset, qui fut son directeur de campagne lors des élections primaires, Nicolas Hulot pourrait quitter EELV d'ici la fin du mois… Source: http://www.zegreenweb.com [...]

  • visiteur

    “Je ne sais rien mais je dirai tout”, tel pourrait être le titre de cet article, écrit alors même que Jean-Paul Besset avait démenti avoir tenu les propos rapportés sur le site de La Montagne, et que les “hypothèses” Hulot-Borloo sont que des élucubrations de journalistes en mal de clic qui ne reposent sur AUCUNE réalité.

    Quand aux réactions du roquet de Rugy et de la cheftaine Voynet, elle me fait penser à celle de ces enfants qui asticotent leur entourage et viennent ensuite pleurer une fois qu’ils se sont pris la claque qu’ils ont tant cherché. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre chez ces apparatchiks.