NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

EDF convertit la Réunion aux énergies renouvelables

EDF convertit la Réunion aux énergies renouvelables
Alors même que la quatrième turbine n’a pas encore été installée, la centrale de la Rivière de l’Est génère déjà à elle seule les deux-tiers de la production hydroélectrique de la Réunion

La multinationale française a inauguré la semaine dernière de nouvelles installations hydroélectriques sur l’Île intense.

Elle a installé une quatrième turbine et un quatrième réservoir pour compléter sa centrale hydroélectrique de la Rivière de l’Est, à Sainte-Rose, laquelle verra ainsi sa capacité de production énergétique passer de 66 à 80 mégawatts (MW). « Contribuant au développement des énergies renouvelables », ces nouveaux équipements dont le coût a été évalué à 21 millions d’euros optimiseront « le système énergétique réunionnais », tout en permettant à EDF de « faire face aux fluctuations de la demande », a précisé le groupe dans son communiqué de presse.

Il a dans le même temps présenté au grand public un nouveau site de stockage électrique aménagé près de Saint-André, au nord-est de l’île. Il s’agit d’« une technologie de stockage d’énergie de haute capacité que nous expérimentons et souhaitons étendre aux autres systèmes insulaires », a indiqué l’entreprise. Si les tests sont concluants cette installation permettra de stocker l’électricité et de restituer une puissance d’un MW pendant près de sept heures, d’où une réduction du « recours aux moyens thermiques de pointe » et par ricochet une diminution des émissions de CO2.

Les smart grids bientôt à l’essai

Le groupe souhaite par ailleurs mettre à l’essai d’ici à la fin de l’année un démonstrateur de smart grids (NDLR : réseaux intelligents) à la Réunion mais aussi en Guadeloupe. Destiné à répondre à l’appel de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), son programme prévoit d’équiper des logements d’un medley énergétique associant capteurs solaires, batteries et gestionnaires d’énergies pendant que d’autres foyers se transformeront en centre de tests pour l’Energy Box qui permet de suivre en temps réel la consommation d’électricité afin de l’optimiser au maximum. Il tord le cou à une idée reçue tenace selon laquelle les DOM-TOM ne seraient pas concernés par les technologies « vertes ». C’est un fait : objets d’un volet spécifique dans la première loi du Grenelle, les contrées ultra-marines prennent elles aussi le pli environnemental.

Crédit photo : Flickr – Ontario Power Generation
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !