NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Economiser de l’essence grâce à l’eau, c’est possible

Economiser de l’essence grâce à l’eau, c’est possible
L’invention de l’Australien Glenn Old pourrait permettre à ce gros Hummer, symbole par excellence du gaspillage de carburant, de devenir un mastodonte plus écologique. Sa trouvaille : utiliser l’hydrogène de l’eau liquide pour augmenter la vitesse de propulsion des moteurs, ce qui permet d’économiser des quantités substantielles d’essence ou de diesel et de réduire les émissions de gaz à effet de serre(GES)

Les voitures qui roulent à l’eau de pluie ne seront bientôt plus une fiction. Avec le « HHO Generator », l’Australien Glenn Old, associé à un groupe d’ingénieurs américains, déclare avoir trouvé le moyen de transformer l’eau en économiseur d’essence – ou diesel selon les véhicules. Les pétroliers ne seront pas ravis, au contraire des constructeurs automobiles et des consommateurs.

Alors que le pétrole est devenu cher, de plus en plus rare ou encore déversé en masse sur les mangroves de Louisiane, toute initiative pour en limiter la consommation est bonne à prendre. C’est aussi ce que pense Glenn Old, qui a mis au point une pile à combustible d’un genre nouveau ; le « HHO Generator ». Ce système produit un gaz, le HHO, à partir d’eau (H2O).

« Nous avons obtenu les droits de vente pour notre produit en Australie. Notre but est de réduire la dépendance nationale au pétrole étranger et nous croyons dans une large mesure qu’avec notre engin, nous serons capables d’enlever le smog de nos capitales d’ici cinq ans », estime cet inventeur originaire du Queensland qui avec ses partenaires américains nourrit des ambitions élevées. Le « HHO Generator » vise en effet une économie de 60% de la consommation d’essence et une réduction de 30% des émissions des gaz à effet de serre (GES).

Du H2O au HHO

Pour ce faire, l’eau liquide est transformée en un gaz nommé « HHO » constitué de deux-tiers d’hydrogène et d’un tiers d’oxygène. « Le gaz se mélange ensuite avec l’essence déjà présente dans le réservoir, augmente la vitesse de propulsion et réduit donc les émissions de GES », décrypte M. Old, dont la trouvaille a semble-t-il franchi avec succès l’étape cruciale de la pratique. Lors d’un test effectué à Vancouver avec l’accord du gouvernement canadien, « une réduction de 51.5% des émissions a en effet été constatée sur un moteur diesel Cummins 5,9 litres » (NDLR : Cummins est un fabricant de batteries et de moteurs dédié aux marchés américain et canadien), témoigne l’inventeur.

Le « HHO Generator » est maintenant commercialisé au prix de 780 dollars australiens (542.79 euros). Il est assorti d’une garantie de cinq ans ou cent cinquante mille kilomètres, suivant le même système que les voitures. Le générateur peut en outre être facilement transféré d’un véhicule à un autre et ne produit pas plus d’hydrogène que nécessaire : « Le gaz est produit à la demande, donc il n’y a pas besoin de stocker l’hydrogène. Vous démarrez votre véhicule, il produit le gaz ; vous éteignez la voiture, la production cesse », résume M.Old, qui croit dur comme fer à son invention et promet aux acheteurs que « s’ils n’économisent pas d’essence, ils seront remboursés ». Si ce générateur d’hydrogène poursuit sur la lancée de ses premiers bons résultats, il y a fort à parier que les consommateurs, devant l’habituelle alternative « satisfait ou remboursé », pencheront du premier côté.

Crédit photo : IFCAR
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !