NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Eco-emballages et les collectivités locales en désaccord sur le traitement des déchets

Eco-emballages et les collectivités locales en désaccord sur le traitement des déchets
Les collectivités locales souhaiteraient une hausse du soutien budgéraire au recyclage des emballages sensiblement plus élevée que celle proposée par Eco-emballages. Le ministère de l'Écologie a proposé une augmentation « de compromis », laquelle n'a cependant pas encore été validée...

Les objectifs fixés dans le cadre du Grenelle de l’environnement sont une chose, les possibilités réelles d’atteindre quelques-uns des buts gouvernementaux en sont une autre. L’écart est notamment assez important en ce qui concerne le recyclage des emballages, pratique certes de plus en plus répandue mais qui, en plus de requérir un changement de mentalité auxquels ne sont pas encore – ou toujours pas – enclins certains élus locaux, nécessite des investissements colossaux.

Il y a donc d’une part des irréductibles et d’autre part des responsables a priori motivés mais qui sont en désaccord ouvert avec Eco-emballages, l’entreprise privée agréée par les pouvoirs publics pour la collecte et le traitement des emballages.

Les deux partis peinent à surmonter un différend qui vu le cap déterminé par le gouvernement tend à devenir de plus en plus problématique. Il est en tout cas assez préoccupant pour que le ministère de l’Écologie ait souhaité organiser une réunion de conciliation. Celle-ci s’est tenue hier et a rassemblé des représentants des collectivités locales et de l’organisme (NDLR : ainsi que d’Adelphe, sa filiale dédiée aux vins et spiritueux). Elle visait principalement à trouver un terrain d’entente sur la manière dont les dépenses des collectivités précitées sont répercutées auprès des éco-organismes.

Car si chacun s’accorde sur la nécessité de gonfler substantiellement l’enveloppe financière nécessaire à la satisfaction des desseins étatiques, il y a toutefois plusieurs dizaines de millions d’euros de différence. Eco-Emballages estime en effet qu’une hausse de cent quarante millions d’euros peut suffire. Les collectivités, elles, plaident pour la porter de quatre cents à sept cent cinquante voire à neuf cent inquante millions d’euros – soit une augmentation a minima deux fois supérieure à celle envisagée par l’organisme.

Arbitre d’un conflit qu’un premier groupe de travail avait échoué à résoudre au début de l’été, le ministère a proposé six cent trente millions d’euros, un montant « intermédiaire » qui devait encore être débattu ces prochaines semaines. Accorder ces violons est quoiqu’il en soit un préalable indispensable pour que le taux de recyclage de 75 % des emballages ménagers escompté par les décideurs soit atteint en 2012.

Crédit photo : Wikimedia Commons – GST HBK
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !