NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Échos climat

Le sommet de Copenhague s’est ouvert le 7 décembre et fera la une de l’actualité pendant encore dix jours (au moins). Pour l’heure, c’est toujours le temps des « si », et chacun y va de sa petite extrapolation. Les médias décortiquent, décryptent, analysent. Copenhague ce ne peut être que du très sérieux politico-écologique, à moins que… Best-of de l’actu choc de ZE conférence de ce début de millénaire.

GREENPEACE, LE POIDS DES MAUX, LE CHOC DES PHOTOS

C’est sa marque de fabrique : l’association Greenpeace se refuse à recourir à la violence pour faire triompher ses idées, d’aucuns diraient ses idéaux. Elle préfère perpétrer des actions qui, si elles sont pacifiques et pacifistes, n’en demeurent pas moins spectaculaires. Début novembre, certains de ses militants ont ainsi escaladé la Sagrada Familia à Barcelone. L’objectif en l’occurrence était de déployer des banderoles appelant les dirigeants de la planète à prendre le problème du réchauffement climatique à bras-le-corps.

Gageons que la dernière campagne d’affiches de l’ONG, elle, glace le sang de quelques-uns de ceux qui nous gouvernent. Rompue à l’exercice d’interpellation des masses par l’image, Greenpeace a en effet fait très fort en vue de l’ouverture de la Conférence, avec une campagne d’affiches particulièrement explicite.

Barack Obama et Nicolas Sarkozy le cheveu gris, Angela Merkel ridée, forcément ça parle. Des décideurs prématurément vieillis, c’est aux yeux de l’association ce qui se produira en 2020 si les tractations achoppent à Copenhague, s’ils n’agissent pas maintenant pour éviter ce futur-là (« Act now – Change the future »).

« I’m sorry, we could have stopped catastrophic climate change… We didn’t » (« Je suis désolé, nous aurions dû stopper les effets catastrophiques du changement climatique. Nous ne l’avons pas fait »), s’excusent-ils de concert.

Si avec ces portraits effrayants, l’accumulation des pétitions sur la Toile et accessoirement l’urgence planétaire nos amis négociateurs n’arrivent pas à s’entendre…

LES AMIS DE LA TERRE DÉCOIFFENT AUSSI

Greenpeace n’est pas la seule association à avoir voulu frapper les esprits. Les Amis de la Terre aussi ont tenu à mettre le paquet, via une idée originale et décoiffante dans tous les sens du terme.

L’ONG a en effet mis une vidéo en ligne sur Youtube. Elle fait la promotion d’une compagnie aérienne fictive au nom évocateur, Tornado Airlines. Son fondateur, un homme d’affaires au sourire trop carnassier pour être honnête et qui n’est pas sans rappeler Steven Bauer dans Scarface, la cravate en plus, n’est pas peu fier de dire que ses avions avalent la distance entre Paris et Copenhague en… quinze minutes.

Le voile est levé lorsque l’internaute s’aperçoit qu’ils sont en réalité poussés par des tornades, lesquelles sont désormais monnaie courante sur le Vieux Continent. Une manière décalée et gentiment catastrophiste d’inviter les autorités à se réveiller au plus vite pour ne pas en arriver là.

ÇA LA FOUT MAL

C’est en substance le message du journaliste du Telegraph Andrew Gilligan. Oui, ça la fout mal qu’à l’heure où le monde entier les regarde tenter de parvenir à un accord à Copenhague les dirigeants, délégués et autres people conviés dans la capitale danoise ne fassent pas eux-mêmes les efforts qu’ils escomptent demander aux autres.

Il y a quelques semaines, une micro-polémique a éclaté au sujet des trajets Paris-Bruxelles que Jean-Louis Borloo préfère faire en avion plutôt qu’en Thalys. C’est aux dires de la cellule communication du Ministère de l’Environnement « une question de standing ». Le fait que l’ancien maire de Valenciennes ait parcouru la planète et passé le plus clair de ses dernières nuits à rédiger son plan « justice-climat » l’excuse.

Mais que faut-il bien penser quand on sait que, sur les mille deux cents limousines réquisitionnées pour le sommet, seulement cinq sont électriques ou à moteur hybride ? La demande a été telle que certaines ont même dû être « importées » d’Allemagne ou de Suède.

Par ailleurs, cent quarante jets privés décolleront bientôt de l’aéroport de Kastrup, avec à leur bord exclusivement des personnalités qui on the record combattent le réchauffement climatique. Procrastination quand tu nous tiens ?

Quoi qu’il en soit, les objectifs chiffrés qu’ont proposés certaines puissances – jusqu’à 80 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2020 – paraissent du coup un peu plus difficiles à atteindre. Pour qu’ils aient l’air un peu moins fantaisistes, il serait de bon ton de changer au plus vite ces luxueuses habitudes polluantes.

LE SEXE À LA CARTE… ET À L’OEIL

C’est bien connu, une manifestation internationale hypermédiatisée donne souvent lieu à des… « nettoyages » de personnes. C’est que, quand on les caméras du monde entier braquées sur soi et qu’on connaît la puissance du quatrième pouvoir, il vaut mieux être sur son trente et un.

En 2008, Pékin a ainsi été vidée de ses dissidents le temps des Jeux Olympiques, histoire de faire croire au monde entier que tout n’est qu’ordre et beauté dans la capitale chinoise. À Copenhague les droits de l’homme sont respectés, et ceux de la femme aussi d’ailleurs. De toutes les femmes même, dans la mesure où au Danemark la prostitution n’est pas une activité illégale.

Comme il est malvenu de réclamer le changement d’une loi pour quelques jours sous les feux des projecteurs, aussi importants sont-ils, la municipalité a dû se contenter d’une (micro) opération anti-prostitution afin de dissuader les délégations de trouver ce genre de réconfort-là après de longues heures de palabres.

L’action a de quoi faire sourire : elle a consisté en la distribution dans certains hôtels de la capitale danoise de cartes postales portant la mention « Soyez responsables, n’achetez pas de sexe ». Sans vouloir préjuger des intentions de qui que ce soit, l’effet dissuasif de cette recommandation n’est pas du tout évident. Reste qu’elle ne pouvait que ne pas être du goût des filles de joie du coin, qui l’ont perçue comme une discrimination. Une association de prostituées a donc riposté en indiquant que les fameuses cartes postales pouvaient faire office de… moyen de paiement « après dépôt d’une demande sur son site Internet ».

Ce forfait gratuit est valable pour toute la durée du sommet. De mémoire d’homme, client ou non, puissant ou pas, c’est du jamais vu.

ET POUR CEUX QUI VOUDRAIENT SIGNER UNE PÉTITION CONTRE LA RATIFICATION D’UN TRAITÉ À COPENHAGUE, ÇA SE PASSE ICI :

http://www.sourcews.fr/climat-pas-traite-copenhague-non/sendtoafriend.html

Vous avez en outre la possibilité de faire signer un membre de votre entourage sans qu’il soit au courant… Etonnant.

UNE LETTRE OUVERTE À BARACK OBAMA

Après plusieurs semaines d’hésitations, Barack Obama s’est finalement décidé à effectuer le déplacement à Copenhague, qu’il rejoindra dans quelques jours.

Quarante-huit heures après l’ouverture des négociations, le locataire de la Maison Blanche a discrètement rallié Oslo pour recevoir son prix Nobel de la Paix.

Une récompense qui a fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines, compte-tenu de l’absence d’avancées diplomatiques majeures, de l’annonce du renforcement des troupes américaines en Afghanistan et de la politique environnementale de l’Oncle Sam. Elle a surpris jusqu’à l’intéressé himself. C’est sans doute la principale raison pour laquelle il n’y a eu ni cérémonie ni même conférence de presse, d’autant que tout le monde juge que l’important est ailleurs, dans un autre pays scandinave.

Dans une lettre ouverte, l’Alliance panafricaine pour la justice climatique (NDLR : qui regroupe des ONG issues de quarante-trois pays africains) a demandé au premier président noir de l’histoire des Etats-Unis d’être à la hauteur de cette récompense en matière de lutte contre le réchauffement climatique : « Vous devez écouter les voix des autres pays, en particulier celles de l’Afrique », a enjoint l’alliance. Et d’établir un jugement sans équivoque de sa position actuelle : « Votre politique menace non seulement nos familles mais également les vôtres ».

Les pressions s’accumulent de toutes parts sur les épaules de l’homme le plus puissant de la planète. Pas sûr toutefois qu’après avoir sans doute réussi à perturber son sommeil, elles finissent par lui faire perdre son sourire.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !