NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Deuxième coup de filet pour Interpol

Le braconnage est grandement responsable de la chute de la population des tigres.
Interpol met les bouchées doubles contre le braconnage avec l'opération « Prey ».

L’organisation internationale de la police criminelle persévère dans la protection de l’environnement avec une nouvelle opération réussie en l’espace de quelques jours.

Baptisée « Prey », elle a été menée à la fois au Bhoutan, en Chine, en Inde et au Népal. C’est à l’occasion de la Journée internationale du tigre qu’Interpol a révélé les résultats de ce coup de filet anti-contrebande et braconnage de tigres. Au total, pas moins de 40 personnes ont été interpellées en possession de peaux et d’autres « pièces » issues de grands félins.

« La gamme de produits récupérés lors d’une opération visant principalement la protection du tigre montre que les criminels ciblent n’importe quel animal ou plante pour faire du profit au détriment de notre environnement », a précisé l’organisation dans un communiqué relayé par nos confrères de 20 Minutes. Quelques jours à peine après l’opération « Cage », conduite dans 32 pays différents et qui a permis de libérer plus de 8 700 individus en tous genres, il semblerait qu’Interpol soit devenue une spécialiste de la sauvegarde du monde animal…

La police au secours des espèces menacées

Espérons que ces deux opérations ébranlent une partie du marché noir, de plus en plus prospère à l’échelle internationale et qui, selon la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacée d’extinction), génèrerait des sommes allant de 285 à 420 millions d’euros par an.

La biodiversité en général et le tigre en particulier pourraient ainsi trouver un peu de répit. Sachant qu’entre le braconnage, les fermes à tigres récemment pointées du doigt par l’Inde et la Grande-Bretagne et la déforestation, qui détruit son habitat et bouleverse son écosystème, il ne reste plus aujourd’hui que 3 200 spécimens à l’état sauvage. Un chiffre qui rend l’action d’Interpol d’autant plus appréciable.

Crédits photos: Wikimedia Comons / Jean-Luc Lavanchy – Massimiliano Mariani
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/biodiversite/id3039398 Biodiversité | Pearltrees

    [...] Le piège se referme sur le braconnage Interpol parvient à libérer 8 700 animaux <b>L’organisation policière internationale a réalisé </b><b> un joli coup de filet en libérant plus de 8 700 animaux. Renards, putois et fouines sont protégés depuis le 1er juillet <b>Depuis le décret du 23 mars 2012, le classement des espèces nuisibles pour chaque département dépend d’un arrêté ministériel. Cependant, ce texte est toujours attendu pour les renards, les corbeaux, les fouines et autres étourneaux qui ne peuvent plus, depuis le 1er juillet dernier, être piégés en France. </b> La culture illégale de marijuana pèse sur la biodiversité <b>Selon des chercheurs de </b><b>l’Université de Californie, la mort aux rats utilisée par les cultivateurs clandestins de marijuana est en train de décimer le pékan (également appelé <b>martre pêcheuse </b> ou <b>martre de Pennant) </b>. Les chercheurs ont trouvé ce poison dans les carcasses de pékans découvertes à travers l’état, y compris dans et à proximité des parcs nationaux. Gnathia marleyi, un nouveau crustacé aux couleurs du reggae Un crustacé parasite amateur de sang de poisson vivant dans les Caraïbes a été baptisé le “Gnathia marleyi”, en référence à la légende du reggae Bob Marley . L’hommage émane de Paul Sikkel, un biologiste marin de l’Université de l’Arkansas (Etats-Unis) , fan du chanteur. Décédé en 1981, Bob Marley n’aura finalement pas échappé aux baptêmes d’espèces vivantes en référence à des stars. Mare nostrum est régulièrement le théâtre de dégazages. Des touristes indélicats ont eux aussi la fâcheuse tendance à la prendre pour une poubelle. [...]