NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Deux réacteurs nucléaires stoppés en Corée du Sud

Le gouvernement sud-coréen vise un mix énergétique largement dominé par le nucléaire.
La fermeture temporaire de deux réacteurs atteste que les autorités sud-coréennes ne veulent plus prendre la sécurité nucléaire à la légère.

Une décision inattendue qui fait suite à la découverte de « pièces non conformes ».

Instituée il y a quelques mois, l’Autorité japonaise de régulation nucléaire vient de révéler que quatre membres de l’équipe gouvernementale chargés d’établir des normes de sécurité atomique ont vu leur travaux en partie financés par des entreprises du secteur. De quoi douter de l’authenticité de ces travaux et soupçonner quelques légèretés sur le plan de la sûreté. De là à affirmer que le « système » nippon est sclérosé, il y a un grand pas que les associations de protection de l’environnement pourraient néanmoins franchir.

Elles ont également matière à pester contre son homologue sud-coréen, déjà pointé du doigt dans ces colonnes en septembre dernier après que vingt-deux personnes aient été arrêtées à la suite de l’éclatement d’un scandale de contrefaçon de pièces détachées fabriquées par le groupe français Areva, leader mondial de l’atome civil. Celui-ci fait d’autant plus désordre que Séoul projette de porter la production d’électricité d’origine nucléaire de 32,18 % en 2010 à 59 % à l’horizon 2030, ce qui implique la construction de dix-huit nouvelles turbines.

De graves pénuries d’électricité en vue cet hiver

En attendant, les autorités ont décidé de fermer deux réacteurs de la centrale de Yeonggwang, dans le sud-ouest du pays (qui en compte actuellement vingt-trois), en raison de « pièces non conformes », « au risque de provoquer de graves pénuries d’électricité cet hiver », détaillent nos confrères du site Internet Enerzine.com. L’unité pourrait devoir cesser ses activités jusqu’au début de l’année 2013, a indiqué le ministre de l’Économie Hong Suk-Woo, selon lequel « des contrôles de sécurité exhaustifs sont nécessaires sur les deux réacteurs où les composants non certifiés étaient abondants ».

La décision du gouvernement a-t-elle été dictée par le scandale précité ? Motivée par le principe de précaution et sans doute par l’accident de Fukushima (Japon), elle est en tout cas la bonne.

Crédits photos : flickr / Rowan Peter – Paul J Everett
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.5vn6ey9c63v4bwct5vwc4.com/ 5vn6ey9c63v4bwct5vwc4

    Title…

    [...]Sites of interest we have a link to[...]…