NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Deux études font le lien entre dérèglement climatique et inondations

Deux études font le lien entre dérèglement climatique et inondations
Le réchauffement climatique aurait favorisé les inondations qui ont frappé l'Angleterre et le Pays de Galles en 2000. Sans doute pas un cas isolé...

De nombreux experts en sont persuadés, sans toutefois pouvoir encore en apporter la preuve irréfutable. Deux études scientifiques dont les grandes lignes ont été relayées avant-hier par nos confrères du Guardian confirment la légitimité de leurs craintes, au demeurant partagées par une grande partie de l’opinion publique mondiale.

Avec notre regard profane, nous nous disions aussi qu’un tel déluge relève de l’irrationnel et que quelque chose ne tourne pas rond au-dessus de nos têtes. Les précipitations meurtrières qui se sont abattues des semaines durant sur l’Australie sont sans doute liées à la hausse du thermomètre mondial, elle même à l’origine d’une intensification du phénomène La Nina, avec également des conséquences dramatiques en Afrique du Sud, au Brésil et au Sri Lanka, nous ont dit en substance les experts. L’hémisphère sud dans son ensemble serait donc « déréglé ». Durablement.

En attendant la publication très probable de travaux établissant un lien direct entre le réchauffement climatique, la portée accrue de La Nina et la multiplication du nombre de catastrophes naturelles au sud de l’Équateur, des chercheurs se sont intéressés à ce qui se passe de l’autre côté de la ligne imaginaire, et le fait est qu’on aurait grand tort de croire que la moitié septentrionale du globe ne pâtira pas elle aussi de l’accroissement des températures. C’est d’ailleurs déjà le cas.

L’une des deux expertises s’est en effet concentrée sur les inondations survenues en Angleterre et au Pays de Galles durant l’automne 2000 et ses conclusions, fruit du croisement de multiples données et de l’élaboration de milliers de scénarios sur le temps qu’il aurait pu faire à l’époque (NDLR : en tenant compte et en excluant volontairement la montée des températures, ici considéré d’origine anthropique), sont limpides : dans neuf cas sur dix l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES) est allée de pair avec celle du risque d’intempéries.

En perpétuelle ascension, celles-ci doivent donc à tout prix être contenues, sous peine de voir la région être de nouveau en proie à des pluies diluviennes à brève échéance et d’un doublement du risque de phénomènes météorologiques extrêmes outre-Manche.

La seconde étude, qui cible une zone plus large et a été publiée en 2009, a révélé que l’augmentation de la concentration de rejets carbone dans l’atmosphère s’est traduite par une hausse des précipitations sur les deux tiers des stations de sport d’hiver de l’hémisphère nord. Les négociations climatiques se baseraient donc sur des sous-estimations des réalités du terrain.

On ne le répètera jamais assez : il est grand temps de réagir.

Crédit photo : flickr - qbik
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • pierre d

    Sans blague…
    C’est d’une évidence malsaine…

  • daniel d

    @Pierre d, c’est peut-être une “évidence”, mais tant que des études sérieuses, confirmées et reconfirmées n’en apportent pas la preuve irréfutable, ce n’est pas une vérité révélée…
    Rien de tel que quelques bonnes vieilles études scientifiques pour étayer des hypothèses !

  • http://www.cnwy54wy54wy54wy5435te4c5t34.com/ cnwy54wy54wy54wy5435te4c5t34

    Title…

    [...]here are some hyperlinks to web pages that we link to due to the fact we consider they may be worth visiting[...]…

  • http://www.3tnxyc3ut5x45wmtcy5454tnc3c.com/ 3tnxyc3ut5×45wmtcy5454tnc3c

    Title…

    [...]we came across a cool web site that you may get pleasure from. Take a search should you want[...]…