NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Design, luxe, environnement : une suite de premier choix

Design, luxe, environnement : une suite de premier choix
The Olive Hyatt Hotel, Etats-Unis
The Scarlet Hotel, Angleterre

L’hôtellerie est depuis peu le nouveau laboratoire du tout écolo. Les hôtels de luxe « verts » se multiplient aux quatre coins du monde, alliant architecture avant-gardiste et respect de l’environnement. Morceaux choisis.

Hôtel Vigilius, Italy

« Etre un invité à l’Hôtel Vigilius, c’est davantage que passer simplement quelques jours agréables : cela implique aussi de s’enrichir de nouvelles expériences et de découvrir de nouvelles valeurs ». C’est ainsi qu’Ulrich Ladurner, directeur de l’hôtel, résume la philosophie Vigilius. L’architecte Matteo Thun a voulu privilégier l’utilisation de matériaux renouvelables comme le bois. L’intégration de l’hôtel dans le paysage ne l’a pas empêché d’exprimer son art en dessinant des courbes modernes et fluides, sublimant l’environnement. En 2009, l’hôtel s’est vu décerner cinq étoiles par l’organisation  Eco Hotels of the World. Niché à 1500 mètres d’altitude près de Merano (Italie), le site n’est accessible que par téléphérique. La terre battue et le lin confèrent au lieu une atmosphère cosy, intimiste et apaisante. Les baies vitrées qui ponctuent les allées offrent une vue imprenable sur les Dolomites. Quant à l’omniprésence du bois, elle plaira aux puristes. Le matériau et ses propriétés isolantes participent largement aux réductions d’émissions de gaz à effet de serre (GES). Des mets de saison et du terroir sont servis à table et accompagnés d’eau de source de la rivière Vigiljoch. L’eau constitue la richesse première de l’hôtel et le personnel a mis un point d’honneur à la préserver en en maîtrisant la consommation.

The Chrome Hotel, Suisse

Dans un tout autre style, non loin des Alpes, le Chrome Hotel a récemment été inauguré. L’agence d’architecture Sanjay Puri a réalisé une façade novatrice parsemée de trous et de hublots laissant entrer la lumière naturelle. Particulièrement isolante, elle permet de réduire les dépenses en climatisation de 25%. Dans cet hôtel on a voulu rationaliser les dépenses d’énergie. Les LED installées derrière les vitres, en même temps qu’elles contribuent à l’architecture futuriste, consomment très peu d’électricité. Le mobilier épuré donne une impression de sérénité au lieu. Le high-tech est habilement mis au service de l’environnement.

The Olive Hyatt Hotel, Etats-Unis

Profiter des bienfaits de la lumière naturelle, tel a aussi été l’objectif de Richard Gluckman quand il a été choisi pour construire l’hôtel Hyatt de Seattle. Il a réussi à trouver un compromis entre une architecture sophistiquée et les contraintes environnementales. La façade de verre confère une impression d’espace importante dans cet hôtel du centre-ville, en même temps qu’il permet de réduire la consommation de lumière artificielle. Le triple-vitrage préserve le bâtiment de la chaleur. Sur le toit, de verre lui aussi, de nombreuses plantes ont été disposées ça et là, et pas seulement pour plaire à la galerie. La salle de bal qui se trouve juste en-dessous est ainsi mieux isolée. A l’intérieur, les pommes de douche dernière génération permettent des réductions de consommation d’eau significatives, tout comme les chasses d’eau à double débit. Dans chaque chambre a été installé un boîtier qui permet de contrôler les dépenses en électricité. Parquets et décorations en bois, mobilier design, SPA écolo… tout est fait pour que le client se sente bien et dorme la conscience tranquille. Le Hyatt Olive-8 a été le premier hôtel de Seattle à décrocher la certification LEED.

The Scarlet Hotel, Angleterre

Situé en Cornouailles (Angleterre), The Scarlet Hotel s’est attaché à minimiser son impact négatif sur la planète. Cette fois encore, son bâtisseur a recherché l’harmonie et voulu que l’homme et la nature soient en parfaite osmose. Tout l’espace a été organisé en fonction de la vue imprenable sur la mer. L’hôtel est une succession de terrasses et de jardins connectés entre eux, à des niveaux différents. L’eau est l’élément le plus mis en valeur. La piscine extérieure, gigantesque, est chauffée via des panneaux solaires. L’eau de pluie est recueillie et permet de ne pas gaspiller l’eau potable pour effectuer toutes les opérations de nettoyage. Par ailleurs, une ventilation naturelle a été préférée à la traditionnelle climatisation. Le chauffage, lui, est généré par une chaudière bois-biomasse qui fonctionne avec une grande variété de combustibles. The Scarlet Hotel a ambitionné une combinaison réduire-réutiliser-recycler. Les savons non utilisés sont recyclés, tout comme la cire des bougies. La politique environnementale de l’hôtel va même plus loin dans la mesure où l’électricité est fournie par Ecotricity, qui garantit qu’elle est le produit d’énergies renouvelables. Quant aux salariés, ils sont invités à opter pour le covoiturage. De plus, acheter local, c’est acheter responsable, aussi les producteurs locaux sont-ils encouragés. Enfin, l’investissement des propriétaires dépasse les frontières de l’hôtel : ils soutiennent des projets de développement durable comme le nettoyage des plages du littoral. Quand le luxe se met au service de l’environnement, cela peut faire plus qu’en mettre plein la vue.

Cette présentation d’hôtels de luxe n’est certes pas exhaustive mais traduit une réalité qui vient remettre en question certaines idées reçues : sophistication, design et luxe ne sont pas incompatibles avec les enjeux environnementaux. Bien au contraire, le high-tech tendance écolo pourrait donner un nouveau souffle à ces thématiques de premier plan. En revanche, si l’hôtel de luxe écolo ne coûte pas cher à la planète, le client doit, lui, mettre la main à la poche. Qu’il sache tout de même que la somme déboursée sert autant son bien-être que l’environnement.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !