NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Des attrape-brouillards pour approvisionner Lima en eau

Des attrape-brouillards pour approvisionner Lima en eau
L'épais nuage de brume qui entoure Lima pendant au moins six mois sur douze contient une quantité importante d'eau qui peut être recueillie grâce à des attrape-brouillards

Difficile de résoudre le problème que pose l’approvisionnement en eau des neuf millions d’habitants qui peuplent Lima, cinquième plus grosse ville d’Amérique latine. Une des solutions résiderait dans l’installation d’attrape-brouillards sur les collines qui entourent la capitale péruvienne, à l’image de ce qui a déjà été entrepris au Chili et en Afrique.

Le climat subtropical de la métropole fait que le taux d’humidité s’élève à… 100% entre juin et décembre. On doit les températures relativement faibles qui y règnent au courant de Humboldt qui longe la côte du pays et refroidit l’air chaud tropical, en plus d’engendrer la formation d’épais nuages. Le Mouvement des Péruviens sans eau, une association écologiste, a donc eu l’idée de recueillir l’eau que lesdits nuages contiennent  pour satisfaire les besoins en eau de la population, qui augmente en moyenne de quelque 200 000 habitants chaque année.

Seul un cinquième des Liméniens ont pour l’instant accès à l’eau potable, le plus souvent distribuée par des camions-citernes. En effet, les glaciers andins fondent et ne suffisent pas à alimenter les quelques cours d’eau qui traversent la capitale. Ceux-ci sont en outre devenus de véritables décharges publiques. Malgré le manque d’eau, les habitants ne semblent pas avoir pris conscience du caractère inestimable de « l’or bleu » qui leur fait pourtant cruellement défaut, ainsi qu’en témoigne le manque d’entretien des pièges à brume installés il y a quatre ans par une ONG allemande autour de Lima.

Le président du Mouvement des Péruviens sans eau Abel Cruz a cependant décidé de relancer le projet. En employant une autre méthode, puisqu’il tente pour l’instant de convaincre les autorités d’accorder des exonérations d’impôts et de lui permettre de récolter des dons. Le jeu en vaut la chandelle : les installations sont peu coûteuses – 178 dollars (environ 135 euros), purificateur d’eau compris –, simples à mettre en place et produisent de l’eau potable aussitôt que le vent a poussé le nuage dans les filets en polyéthylène qui retiennent l’eau. Dix attrape-brouillards d’1m2 chacun suffiraient à produire entre 50 et 150 litres d’eau par jour et ils pourraient bientôt approvisionner près de 5000 familles. Si parallèlement une campagne de sensibilisation à la raréfaction de l’eau devait être mise en place, les habitants de Lima pourraient envisager leur avenir sous de meilleurs auspices. Enfin.

Crédit photo : flickr - Miguel Vera
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !