NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Des alarmes de bateau pour sauver les lamantins

Des alarmes de bateau pour sauver les lamantins
Victimes du dérèglement climatique et plus encore des hélices des bateaux, les lamantins de Floride ne seraient plus aujourd’hui que 1200

Assimilé à celui des sirènes, le chant des lamantins pourrait bientôt disparaître des côtes notamment de celles de Floride, désormais touchées par la marée noire et aux abords desquelles les hélices des bateaux lacèrent le dos des « vaches des mers ». Pour endiguer cette hécatombe, plusieurs mesures ont déjà été mises en place, hélas sans succès. La dernière trouvaille de la Florida Atlantic University (FAU) qui consiste à installer des alarmes à haute fréquence sur les bateaux pourrait cependant obtenir des résultats.

La population mondiale de lamantins a déclinée de 96% depuis le milieu des années 1950, date des premières observations sous-marines de cet imposant mammifère herbivore,  et ne serait plus aujourd’hui que de 3500 têtes. Il existe 3 espèces distinctes selon leur lieu d’implantation. Les plus petits, qui pèsent tout de même 250 kilos, vivent dans les rivières du bassin amazonien et de l’Afrique de l’ouest, où ils sont considérés comme de prestigieux trophées de chasse. Une autre espèce vit dans la mer des Caraïbes. La pollution des eaux et la réduction de son habitat imputable au bétonnage des côtes ont eu raison des lamantins établis à proximité de la Martinique et de la Guadeloupe. Une autre espèce vit enfin près des côtes de Floride et s’aventure jusqu’au désormais très pollué Golfe du Mexique.

Les bateaux tueurs

L’État de Floride a interdit la chasse de ces animaux marins inoffensifs dès 1904 et cette pratique est aujourd’hui prohibée dans le monde entier, quoiqu’elle se poursuit illégalement en Afrique.

La principale cause de mortalité des lamantins de Floride vient en fait des hélices des bateaux (NDLR : on compte plus de 700 000 licences de bateaux à moteur en Floride et 1/5 des lamantins ont des entailles) et des chocs avec les jet-ski, véliplanchistes et autres touristes, qui sont de plus en plus nombreux. L’année dernière 73 lamantins ont trouvé la mort et il ne resterait plus que 1200 spécimens dans les eaux territoriales américaines.

Diverses solutions ont été envisagées au cours des dernières décennies, ainsi la création de zones à vitesse réduite près des champs d’herbes sous-marines. Les experts pensaient en effet que le lamantin était trop lent pour éviter les engins naviguant à vive allure. D’autres scientifiques ont aussi émis l’hypothèse qu’ils n’étaient pas suffisamment intelligents pour apprendre de leurs erreurs et éviter les bateaux  après s’y être heurtés une première fois.

Les lamantins ne pouvant vivre dans des eaux à moins de 18°C, les responsables de centrales se sont par ailleurs engagés à déverser en continu des eaux artificiellement chauffées lors des hivers rigoureux dans l’optique de créer des refuges thermiques et d’éviter les migrations trop lointaines.

Ni lents, ni stupides mais à moitié sourds

Le directeur du centre de recherche sur les mammifères marins à l’Atlantic Florida University Edmund Gerstein étudie les lamantins depuis 1991 et il a découvert qu’ils étaient en réalité aussi intelligents que les dauphins et les baleines. « Surpris ou effrayé, le lamantin peut atteindre en un instant une vitesse de nage qui peut aller jusqu’à 6,4 mètres par seconde », précise-t-il.

Les travaux du Docteur Gerstein ont également révélé que les lamantins n’entendent pas les basses fréquences émises par les bateaux à basse vitesse et n’utilisent pas de sonar, par conséquent la stratégie consistant à installer des zones de ralentissement aurait contribuée à l’augmentation de leur mortalité dans les zones d’eaux troubles. Elle serait cependant efficace lorsque la visibilité est suffisante.

La Florida Atlantic University a donc mis au point une alarme à haute fréquence qui ne perturberait pas le reste de l’écosystème. « L’alarme émet un signal à haute fréquence qui n’est pas fort, ne fait pas peur aux lamantins et ne perturbe pas l’environnement marin», a précisé le Docteur Gerstein. Elle coûterait 125 dollars (environ 100 euros) à l’installation et pourrait être la solution miracle. Lors des tests, on a en effet constaté que 100% des lamantins déviaient de la trajectoire du bateau équipé d’une alarme contre à peine 3% sans ce dispositif.

Déjà victimes d’un hiver particulièrement froid et meurtrier (plus de cinq cents lamantins auraient trouvé la mort), les lamantins de Floride risquent maintenant de payer un lourd tribut à la marée noire, laquelle a par ailleurs contaminé les herbes dont ils se nourrissent.  Raisons de plus pour espérer que le système développé par la FAU leur apporte au moins un sursis.

Crédit photo : Flickr - ken2754@Yokohama
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !