NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

CSC, ça gaze ou ça jase ?

CSC, ça gaze ou ça jase ?
Une usine dont il serait bien utile de capter le CO2 à la source

Réduire les émissions de gaz à effet de serre à la source, cela reste la meilleure solution pour limiter le réchauffement climatique. Capter le CO2 directement dans les installations des industries les plus polluantes puis le stocker, c’est théoriquement possible. Mais dans la pratique, d’un point de vue autant écologique que financier, est-ce rentable?

Capter et stocker les émissions de CO2 est la nouvelle alternative qui séduit, à juste titre. Cela pourrait permettre une réduction des dégagements de CO2 de 20 à 30% d’ici 2050. Or la France s’est engagée à diviser par quatre – on appelle cela le « facteur quatre » – ses émissions de CO2 d’ici cette date. Il semble évident qu’une réduction des émissions de CO2 à la source constitue un préalable incontournable pour parvenir à ces résultats. Pas étonnant que le CSC soit sur le devant de la scène énergétique.

L’idéal, c’est de réussir à capter le CO2 émis par les industries très polluantes. La production d’électricité, d’acier ou de ciment, sont des exemples de ces mauvais élèves de l’industrie qui mériteraient d’intégrer un dispositif de captation carbone. Par des procédés complexes, souvent chimiques, l’entreprise va capter le CO2, le séparer des autres constituants des fumées de combustion comme la vapeur d’eau ou l’azote. Une phase coûteuse pour l’entreprise – elle représente 70% du coût total –,  réalisée à l’aide de produits chimiques très polluants… Le CO2 recueilli sera ensuite transporté sous forme liquide et injecté dans des sites de stockage disponibles : gisements de pétrole en cours de production ou épuisés, veines de charbon inexploitables ou nappes d’eau souterraine profondes. Ces dernières présentent un potentiel de stockage de 10 000 milliards de tonnes de CO2.

Stocker : un terme qui fait peur puisqu’il rappelle la polémique liée au stockage des déchets radioactifs. Stocker ce n’est pas supprimer, d’où la réticence de la population à cette option qui la voit comme un moyen de se débarrasser d’un problème en allant polluer un peu plus loin. Cependant, les acteurs de la filière de CSC et l’IFP* promettent une surveillance accrue des sites de stockage pour éviter toute propagation du gaz et donc toute pollution des sols.

Un projet expérimental européen baptisé Castor a vu le jour. Trente partenaires universitaires et industriels se sont vus confiés la mission de rendre viable la solution du CSC. Ce n’est pas gagné. Paul Broutin, coordonnateur du projet européen Castor sur le captage et stockage de CO2 et chef de projet à l’IFP le reconnaît lui-même, « équiper une centrale thermique d’une unité de captage de CO2 fait passer son rendement de 45 % environ à 35 % ». Pour l’instant, il faut donc consommer plus pour parvenir à réduire ses émissions de GES. L’efficacité énergétique des installations existantes est mise à rude épreuve. Le coût financier et énergétique que le CSC représente rend frileux ses potentiels utilisateurs.

Pourtant, les soutiens apportés au projet ne sont pas des moindres. L’Ademe a investi 100 millions d’euros en faveur du CSC dans le cadre de son fonds démonstrateur Recherche. L’IFP et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) multiplient les études scientifiques destinées à rassurer la population sur les enjeux liés à la sécurité et à la rentabilité des installations.

Total, Veolia et Alstom sont en première ligne pour bénéficier des retombées économiques liées au projet. En 2020 les premières installations devraient avoir vu le jour, sauf si les défenseurs du stockage naturel du carbone arrivent à se faire entendre. Il semblerait cependant qu’il y ait trop d’argent en jeu pour que les ”hérétiques” aient leur mot à dire.

*Organisme public de recherche et de formation dont la mission est de développer les technologies et matériaux du futur dans les domaines de l’énergie, du transport et de l’environnement

Flickr - Taras Kalapun
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !