NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Copenhague : ces chanteurs et ces peoples qui s’engagent pour la planète

Copenhague : ces chanteurs et ces peoples qui s’engagent pour la planète
Moby fait partie de ses artistes engagés pour la protection de la planète

L’Union européenne et la chaîne musicale MTV le savent : les jeunes générations subiront davantage les effets du réchauffement climatique. Aussi se sont-elles associées le 15 juillet 2009 pour mettre en œuvre la campagne « Play to stop – Europe for climate », avec en ligne de mire la conférence de Copenhague. Il s’agissait d’une série de concerts donnés pour sensibiliser le public aux enjeux du sommet international.

Dans les années quatre-vingt, les chanteurs, musiciens et comédiens du monde entier s’étaient mobilisés pour la première fois afin de défendre une grande cause mondiale. L’initiative la plus marquante demeure We are the world, la chanson caritative écrite par Michael Jackson et Lionel Richie en 1985 qu’a chantée le groupe de musiciens « USA for Africa ». Son but était de venir en aide aux victimes de la famine en Ethiopie mais pour une des premières fois dans l’histoire, nous assistions à un instant d’émotion mondialisée rythmée par les voies de Bob Dylan, Ray Charles, Cyndi Lauper, Mickael Jackson et Diana Ross. En France, les artistes avaient également donné des concerts à des fins humanitaires pour l’Ethiopie, ainsi celui du 16 octobre 1985 où Jean-Jacques Goldman et Daniel Balavoine ont chanté en duo le titre « Je marche seul ». D’autres initiatives nationales comme les Restos du cœur ou le Téléthon ont lieu chaque année. Elles montrent aux téléspectateurs de la France entière des personnalités donner un concert dont les fonds sont ensuite reversés aux associations pour venir en aide aux plus nécessiteux.

Mais ces diverses vagues d’engouement suscitent souvent la polémique à un moment donné. Charity business ? Moyen détourné de se faire de la publicité gratuitement ? Trop-plein de bons sentiments déversés ? Autant d’interrogations qui nous viennent à l’esprit lorsque nous voyons tel ou tel artiste venir défendre une juste cause. Alors, ce qu’il ne faut jamais oublier, ce sont ces vingt millions d’exemplaires vendus de « We are the world » qui ont rapporté pas moins de cinquante millions de dollars. La mobilisation massive des citoyens du monde entier est quelque chose d’utile.

Depuis quelques années, en plus de la guerre et des famines qui déciment encore certaines régions du globe, la protection de l’environnement devient une cause que soutiennent de plus en plus de chanteurs. Des manifestations voient le jour pour sensibiliser la population à l’importance du défi à venir. En prévision du sommet de Copenhague des concerts géants ont également été organisés. La fameuse campagne « Play to stop » en était le plus célèbre exemple.

Objectif de « Play to stop » : sensibiliser les jeunes générations

Le cliché est bien connu : les jeunes sont les adultes de demain. Mais c’est en prenant conscience dès maintenant des dangers que risque la planète que les décideurs du futur pourront correctement appréhender le phénomène du réchauffement climatique. Une récente étude a d’ailleurs montré que les 15-24 ans situent les changements climatiques comme « principal fléau » derrière la pauvreté, mais cinquante et un pour cent des sondés ont également déclaré qu’ils n’ont jamais pris de mesures écocitoyennes pour lutter contre la hausse des températures. Pour plaire à cette génération, il convient de rendre le discours plus digeste, ne pas être didactique, ne pas brandir des chiffres alarmistes en permanence. Et surtout enrober le message d’une bonne dose de spectacle et de divertissement.

Forte de ce constat, l’Union européenne avait décidé d’organiser une campagne, « Play to stop – Europe for climate » dont le but était d’informer les jeunes sur ce qui pouvait advenir faute d’accord à l’issue du sommet de Copenhague. Cette opération, qui concernait onze états membres de l’UE (Bulgarie, République tchèque, Danemark, France, Allemagne, Hongrie, Italie, Pologne, Roumanie, Suède et Royaume-Uni), aura été un formidable vecteur de débats pour les jeunes pousses issues de toute l’Europe. La plate-forme mise en place sur le site de MTV et son forum accueillait toutes les bonnes initiatives. Des spots télévisés, des jeux et des actions menées par plusieurs célébrités ont contribué à la prise de conscience mondiale des enjeux de ce sommet des Nations Unies que certains n’hésitaient pas à comparer au sommet de Yalta.
Plus spectaculaire aura été la série de concerts organisés et retransmis en simultané sur MTV. Ils ont eu lieu en même temps qu’un évènement majeur comme la semaine mondiale de l’eau à Stockholm, la semaine de la mobilité à Budapest et bien entendu la conférence sur les changements climatiques à Copenhague.

Moby, autant pour ses rythmes entraînants que pour son look reconnaissable entre tous, a essuyé les plâtres de ce premier « show climatique » organisé par la Commission européenne à Stockholm le 20 août dernier. Dans ses interviews, le célèbre DJ new-yorkais aux binocles farfelues n’a eu de cesse de rappeler qu’il était un fervent défenseur de l’environnement et était engagé dans la protection des animaux et de la biodiversité. « Le changement climatique est un énorme problème et si on ne fait rien je pense que nous allons bientôt atteindre un point de non-retour ! », avait-il martelé à l’issue du concert. Son combat est simple : montrer que chaque geste du quotidien  peut avoir un impact sur la préservation de l’environnement. Le 19 septembre, The Editors enflammèrent Budapest pour ce deuxième concert militant. Mais l’évènement, c’était bien sûr la représentation donnée par les Backstreet Boys à Copenhague, le jour de l’ouverture de la si décisive conférence. Les mauvaises langues espéraient déjà que les chansons du boys-band ne fassent pas tomber la pluie, mais la majorité s’en est satisfaite car leur présence a permis un coup de projecteur encore plus grand sur le sommet organisé dans la cité danoise.

L’engagement de ces artistes afin de promouvoir la préservation de l’environnement ne peut qu’être une bonne nouvelle. Les jeunes générations, toujours plus enclines à adopter les principes de leurs idoles, seront sensibilisées aux discussions qui ont été menées à Copenhague.

Réactions des principaux instigateurs

Un membre de la Commission chargée de l’environnement, Stavros Dimas, a déclaré à propos du sommet sur le climat : « Les jeunes gens d’aujourd’hui seront les premiers concernés par les effets du changement climatique », avant de rajouter : « Ce sont eux qui souffriront le plus du changement climatique – leur avis est donc primordial». Margot Wallström, la vice-présidente de la Commission européenne, ne pense pas autrement : « J’espère que les dirigeants mondiaux parviendront à un accord mondial équitable et ambitieux qui nous engagera résolument sur la voie du développement durable. Nous le devons à nos enfants et aux générations futures ».

Comme le disait Saint-Exupéry, cette Terre, nous ne faisons que l’emprunter à nos enfants. Alors la préoccupation essentielle en vue de ce sommet était bien de réfléchir aux moyens d’offrir un monde plus écologique aux nouvelles générations.
S’associer avec MTV coulait donc de source pour toucher les 10-30 ans. Antoni Campo D’all’Orto s’est dit « fier de soutenir le travail considérable que l’UE accomplit dans le domaine de l’environnement à travers cette campagne Play to stop – Europe for Climate ». Et le vice-président exécutif de MTV Networks International de rajouter : « Il est fondamental pour MTV de mettre l’accent sur l’urgence du problème et de combattre les comportements qui aggravent le changement climatique ».

Avec pas moins de trois concerts organisés à des dates fatidiques et retransmis sur leur chaîne, les dirigeants de MTV peuvent en effet s’enorgueillir de cette belle initiative citoyenne auprès des jeunes générations qui prendront de plein fouet les effets néfastes du réchauffement climatique si rien ne bouge.

En France aussi, l’écologie est une bête de scène

Malheureusement, les concerts organisés par MTV et l’Union européenne ne sont pas passés par la France. Dommage. Le sort de la planète aurait sûrement mérité une gigantesque fête populaire sur la place du Trocadéro. La France a tout de même son ambassadeur de la campagne « Play to stop ». Il s’agit de l’ancien Inconnu, Pascal Légitimus. Le comédien prend cette nouvelle mission très à cœur, comme en témoigne cette déclaration : « Il faut que l’on modifie nos modes de vie, afin de favoriser un changement pérenne des comportements. Nous pouvons tous nous déplacer différemment dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre dues entre autres aux voitures. En essayant d’utiliser les transports en commun, le scooter, le vélo, ou encore les véhicules électriques, nous faisons un geste pour la planète mais également pour notre santé. Cette campagne nous incite à faire un geste pour l’environnement. Alors faites comme moi, bougez autrement » !

De surcroît, même s’ils ne sont pas des ambassadeurs de cette campagne en particulier, beaucoup de chanteurs comme Yannick Noah ou Christophe Maé contribuent à travers leurs chansons à sensibiliser le public à la préservation de l’environnement. En octobre, c’est Pascal Obispo qui a surpris tout son monde avec un nouvel album. Cet opéra rock raconte ainsi le périple d’un certain « Captain Samourai Flower » qui recherche les sites les plus pollués à travers le monde. Il résume ainsi cette volonté : « L’objectif, c’est de parler d’une manière poétique et en musique d’écologie ». Obispo est également un soutien historique de la fondation de Nicolas Hulot.

Enfin, le 22 novembre s’est tenu le concert « Ultimatum Climatique » au Zénith de Paris. Le groupe Tryo, Greenpeace et quelques organisations non-gouvernementales en sont les initiateurs. Ce rassemblement citoyen a été organisé après l’appel lancé par une dizaine d’ONG (dont Greenpeace, WWF, Action contre la faim, Médecins du Monde et les Amis de la Terre) qui souhaitaient recueillir un million de signatures pour faire pression en vue du sommet de Copenhague.

Le concert a rassemblé, outre Tryo, Zazie Yannick Noah, Bernard Lavilliers (autant dire que les personnes raillant le politiquement correct des chanteurs engagés avaient du grain à moudre) et a été l’occasion de mobiliser le plus de monde possible et de diffuser un message fort. Karine Gavand, chargée de campagne Climat pour Greenpeace, a résumé ainsi le but de ce rassemblement : « A trois semaines du sommet qui va décider de notre avenir à tous, ce grand rassemblement festif, « Ultimatum Climatique», vise à faire monter un peu plus la pression sur nos dirigeants et d’afficher la mobilisation du public face à la crise climatique. Ce concert sera une occasion supplémentaire de prouver que le Sommet de Copenhague concerne vraiment tout le monde, que les changements climatiques ne sont pas qu’une affaire d’écologistes et que les citoyens veulent faire entendre leur voix. La société civile dans son ensemble, les artistes les plus connus et toutes les ONG françaises rassemblées autour de l’Ultimatum Climatique vont pouvoir en musique demander un vrai accord à même de sauver le climat ! ».

Sensibiliser les jeunes citoyens avec un message écologique qui dépasse les frontières : tel semble être l’objectif que se fixent ces différents projets artistiques. Des ONG aux médias, en passant par les pouvoirs internationaux, tous les moyens ont été mis en œuvre pour sensibiliser le grand public avant le sommet de Copenhague, que l’on espérait aussi réussi qu’un concert enflammé…

Crédit photo : Michiel Van Balen
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !