NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Comment réduire nos émissions de CO2 en gérant mieux notre utilisation d’Internet ?

Comment réduire nos émissions de CO2 en gérant mieux notre utilisation d'Internet ?
Internet pourrait être à l'origine de près de 5% des émissions globales de CO2 en 2020 si les comportements ne changeaient pas.

Internet, cette avancée technologique remarquable dont on ne pourrait plus se passer… Nous sommes aujourd’hui 1,5 milliard de personnes dans le monde à nous en servir  régulièrement voire quotidiennement, que ce soit sur le plan professionnel ou personnel. Il n’est donc pas surprenant que son utilisation massive contribue activement aux émissions de dioxyde de carbone (CO2) mondiales, à hauteur de 2% en 2005 selon une étude de BIOS (Bio Intelligence Service) pour la Commission Européenne parue en 2008. Ce pourcentage pourrait doubler d’ici 2020 si le comportement des utilisateurs ne changeait pas.

Un rapport publié hier par l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) propose toutefois des solutions relativement simples pour endiguer la progression. L’Agence s’est en effet penchée sur trois formes d’utilisations quotidiennes particulièrement énergivores : les courriers électroniques, la recherche sur Internet et les supports de transmission de documents tels que les clés USB. Pour calculer leurs équivalents carbone, elle s’est basée sur une analyse de cycle de vie (ACV) qui prend en compte divers impacts environnementaux, des composants électroniques des ordinateurs à la consommation énergétique des datacenters.

Selon l’ADEME, les salariés d’une entreprise française de 100 personnes reçoivent chaque jour en moyenne 58 emails et en envoient 33 chacun. Transposés à l’échelle annuelle, ces chiffres représentent environ 13,6 tonnes de CO2. Pour réduire cette quantité, une première solution est de limiter le nombre de destinataires par envoi. Une personne en moins peut ainsi permettre une économie de six grammes de CO2 par courriel, soit 44 kilogrammes par salarié et par an. Par ailleurs, plus le contenu des mails est important, plus les réductions carbones peuvent l’être. En d’autres termes, plutôt que d’envoyer plusieurs emails d’un mégaoctet (Mo), mieux vaut en envoyer un seul de 10 Mo. Autre conseil : supprimer le plus possible les courriers électroniques après lecture, car leur stockage a également un impact néfaste sur l’environnement. Il va sans dire que ne pas imprimer ces emails contribue aussi à alléger la consommation carbone.

Qui dit Internet dit souvent moteur de recherche. D’après l’ADEME, les requêtes via un moteur de recherche équivalent à 9,9 kilogrammes de CO2 par internaute chaque année. Pour réduire ce chiffre, il suffit de mieux gérer nos recherches, par exemple entrer l’adresse URL directement si on la connaît ou limiter les tentatives en entrant des mots aussi précis que possible.

Pour ce qui est de l’usage de la clé USB, qui dans sa confection même a déjà un impact important sur l’environnement, l’Agence a calculé que la transmission d’un document de 10 Mo à une personne représente 11 grammes d’émissions de CO2 et que plus le temps de lecture d’un document sur ordinateur est long, plus les équivalents CO2 augmentent. Si le document est important en nombre de pages, l’Agence préconise donc de l’imprimer plutôt que de passer trop de temps à le lire sur l’ordinateur. A condition toutefois que l’impression soit en noir et blanc, recto/verso et tant qu’à faire sur du papier recyclé…

Des petits gestes simples en somme, auxquels on n’aurait certes pas forcément pensé mais qui pourraient participer à réduire efficacement notre empreinte carbone.

Crédits photos : flickr - Danard Vincente / The Planet
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • melissa

    Article très intéressant. Je prend note de tous ses conseils !

  • acruz

    J’avouerai que je n’y avais jamais pensé…

  • visiteur

    Allant dans le sens de cette étude, je vous invite à découvrir une idée réaliste et d’actualité, lancée par les membres du réseau social ENVIMOTION il y a quelques semaines : http://www.envimotion.com/index.php?option=com_kunena&func=view&catid=27&id=49&limit=10&limitstart=10&Itemid=22&lang=fr

  • http://www.pearltrees.com/t/empreinte-ecologique/id3010590 Empreinte écologique – Pearltrees

    [...] Comment réduire nos émissions de CO2 en gérant mieux notre utilisation d’Internet ? | zegreenwe… Des petits gestes simples en somme, auxquels on n’aurait certes pas forcément pensé mais qui pourraient participer à réduire efficacement notre empreinte carbone. Crédits photos : flickr – Danard Vincente / The Planet Pour ce qui est de l’usage de la clé USB, qui dans sa confection même a déjà un impact important sur l’environnement, l’Agence a calculé que la transmission d’un document de 10 Mo à une personne représente 11 grammes d’émissions de CO 2 et que plus le temps de lecture d’un document sur ordinateur est long, plus les équivalents CO 2 augmentent. Si le document est important en nombre de pages, l’Agence préconise donc de l’imprimer plutôt que de passer trop de temps à le lire sur l’ordinateur. [...]

  • http://www.pearltrees.com/zegreenweb/high-tech/id3341548 High Tech by zegreenweb – Pearltrees

    [...] Pour ce qui est de l’usage de la clé USB, qui dans sa confection même a déjà un impact important sur l’environnement, l’Agence a calculé que la transmission d’un document de 10 Mo à une personne représente 11 grammes d’émissions de CO 2 et que plus le temps de lecture d’un document sur ordinateur est long, plus les équivalents CO 2 augmentent. Si le document est important en nombre de pages, l’Agence préconise donc de l’imprimer plutôt que de passer trop de temps à le lire sur l’ordinateur. A condition toutefois que l’impression soit en noir et blanc, recto/verso et tant qu’à faire sur du papier recyclé… Des petits gestes simples en somme, auxquels on n’aurait certes pas forcément pensé mais qui pourraient participer à réduire efficacement notre empreinte carbone. Q ui dit Internet dit souvent moteur de recherche. D’après l’ADEME, les requêtes via un moteur de recherche équivalent à 9,9 kilogrammes de CO 2 par internaute chaque année. Comment réduire nos émissions de CO2 en gérant mieux notre utilisation d’Internet ? | zegreenwe… [...]