NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Chevrolet Volt / Opel Ampera : la sécurité des voitures électriques est-elle exemplaire ?

Chevrolet Volt / Opel Ampera : la sécurité des voitures électriques est-elle exemplaire ?
La question de la sécurité des batteries lithium-ion, qui équipent la grande majorité des voitures électriques, sera déterminante pour leur avenir

Le dispositif Autolib’ sera inauguré dans quelques jours mais, outre le fait qu’il ne fasse pas l’unanimité au sein de la classe politique parisienne et que le président de l’Union des Loueurs Professionnels (ULPRO) Christophe Plovenez ait déposé une plainte au tribunal administratif de Paris pour concurrence déloyale, suscite bien des interrogations. Une étude publiée en milieu d’année par l’INERIS (Institut National de l’Environnement Industriel et des RISques) a en effet jeté le trouble sur la sécurité des batteries au lithium, mettant au jour un risque d’incendie. En cas de choc, de surchauffe ou de surcharge, ces dernières pourraient se déformer et même exploser, dégageant alors un nuage de substances toxiques nécessitant une évacuation des riverains et difficile à combattre pour les pompiers.

De là à « diaboliser » les voitures électriques, il y a un grand pas qu’il serait indécent de franchir. Les déboires récents de la Chevrolet Volt, dont l’étanchéité est avérée mais dont les batteries ont récemment donné des signes de faiblesse, pourraient néanmoins déclencher une vague de défiance par extension préjudiciable à tout le secteur. En association avec les ministères de la Défense et de l’Énergie et en étroite coordination avec des experts de General Motors (GM), l’Administration National Highway Traffic Safety a procédé à de nouvelles investigations pour en savoir davantage sur le potentiel d’incendie des voitures électriques impliquées dans un accident. Les batteries lithium-ion ont pour ce faire subi des expertises poussées, trois essais ayant été effectués la semaine dernière sur des équipements intentionnellement endommagés via une collision latérale avec un objet étroit (arbre, poteau) suivie d’un capotage. Le test du 16 novembre n’a pas abouti à un incendie mais une augmentation temporaire de la température a été enregistrée le lendemain.

Réalisé à partir de protocoles identiques, l’essai du 18 novembre a quant à lui consisté en des rotations de la batterie. À cent-quatre-vingt degrés, celle-ci a émis des étincelles  et a commencé à fumer, ce qui démontre a priori que, à tout le moins dans le cas de la Volt, la batterie lithium-ion n’est en réalité pas complètement au point. Dès lors qu’une grande quantité d’énergie est stockée, les risques d’incendie et d’explosion sont cependant inévitables et il en est de facto de même avec les opus essence et diesel, certes beaucoup plus familiers des automobilistes et donc considérés comme plus sûrs.

Elle aussi suspectée lors de la décennie écoulée, la technologie hybride n’a de son côté plus rien d’« exotique » aujourd’hui. Elle est depuis entrée dans les moeurs, ainsi qu’en témoigne l’augmentation des ventes et la cote dont jouit la nouvelle Toyota Prius, pour ne citer que le plus emblématique des modèles alternatifs. Les lobbies conservateurs pourraient toutefois se servir des dernières mésaventures de la Volt pour discréditer les voitures décarbonées dans leur ensemble. Aux constructeurs qui leur ont fait confiance de les contrecarrer par les actes.

Crédits photos : flickr – Rachel So / Medill DC
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !