NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Ce que nous pouvons espérer pour 2012

Ce que nous pouvons espérer pour 2012
Le gouvernement devrait prochainement lancer un deuxième appel d'offres sur l'éolien offshore

Selon le calendrier maya, la fin du monde aura lieu le 21 décembre prochain. La prophétie vaut ce qu’elle vaut, et d’ici là beaucoup d’événements a priori plus crédibles – et plus réjouissants – peuvent se produire.

On l’a vu, l’année écoulée a été marquée par de nombreuses tragédies, de l’accident de Fukushima 1  (Japon), conséquence directe d’une colère effrayante de Dame Nature, à la terrible (et terriblement sous-médiatisée) vague de sécheresse dans la corne de l’Afrique en passant par les inondations en Australie, en Thaïlande et aux Philippines. Elle a aussi été marquée par des avancées encourageantes sur le plan environnemental, l’interdiction de la fracturation hydraulique en vue d’exploiter les gaz de schiste dans nos frontières et la concrétisation plus rapide qu’annoncé au départ du projet Desertec notamment.

Desertec, un dessein énergétique hors norme qui doit assurer 15 % des besoins énergétiques du Vieux Continent à l’horizon 2050 exclusivement à partir de sources renouvelables mais aussi, ses promoteurs l’assurent, servir les intérêts des populations locales. Le Maroc et l’Algérie ont récemment officialisé leur participation. D’autres pays pourraient suivre cette année. On pense à la Libye, à l’Égypte, où il faut souhaiter qu’au printemps ne succèdera pas un « hiver arabe » qui achèverait de broyer les illusions des insurgés, à la Turquie et à l’Arabie Saoudite. Dans tous les cas, l’évolution de la situation politique sera capitale pour l’avenir de cette entreprise dont le coût total a été estimé à quelque quatre cents milliards d’euros. Les pouvoirs publics semblent néanmoins de plus en plus réceptifs, conscients qu’ils sont des bénéfices énergétiques et économiques considérables qu’elle présage.

Encore groggy, le Japon  peut quant à lui croire en une stabilisation de la situation à Fukushima, même si la centrale ne pourra être totalement démantelée avant trois voire quatre décennies, TEPCO étant parvenu à placer les réacteurs de la centrale accidentée en « arrêt à froid ». Reste maintenant, entre autres, à décontaminer une vaste zone dont les habitants ont été évacués et attendent toujours d’être relogés. Il va sans dire que les autorités nippones ont encore beaucoup de pain sur la planche.

Sur le plan automobile, 2012 sera une année cruciale pour la voiture électrique, avec la sortie de nombreux modèles. Certains grands noms y croient plus que d’autres, ainsi Renault, qui a fait le pari osé de laisser de côté la technologie hybride, et dont la citadine Zoé fera son apparition sur le marché dans quelques semaines. Inauguré le mois dernier, le dispositif Autolib’, lui, a connu des débuts difficiles. Le concernant aussi, l’année qui débute sera déterminante. Il faut souhaiter que les Franciliens l’adoptent dans la mesure où son succès pourrait consacrer la mobilité durable dans de nombreuses villes. Celui du Vélib’ a inspiré pléthore de municipalités, ce partout dans le monde. Partant de là, on ne voit pas pourquoi une « autolib’mania » ne mettrait pas la puce à l’oreille des édiles déjà sensibilisés aux thématiques écologiques.

En jetant l’anathème législatif sur la fracturation hydraulique, et même si les défenseurs de l’environnement préconisaient une interdiction pure et simple de l’exploration et donc de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère sur le territoire national, laquelle eut certes été plus difficile à soutenir, la France a-t-elle montré la voie ? S’il n’est pour l’heure pas question d’une telle mesure aux Etats-Unis, où cette méthode d’extraction fait pourtant bien des ravages, et que l’Algérie et la Pologne semblent de leur côté bien déterminées à autoriser l’exploitation de leur potentiel schisteux, il n’est pas exclu qu’elle fasse réfléchir les autorités britanniques. Aspirant ouvertement à être le plus « vert » de l’histoire du pays, le gouvernement de David Cameron aura il est vrai bien du mal à ne pas bouger alors qu’un regain de l’activité tellurique a récemment été observé dans la région de Blackpool, à proximité d’un gisement en cours d’exploration, et que le lien de cause à effet a été établi par les spécialistes.

Toujours sur le plan énergétique, le gouvernement français devrait lancer prochainement un deuxième appel d’offres sur l’éolien offshore, sachant que l’objectif fixé dans le cadre du Grenelle de l’environnement est d’obtenir une capacité de production de six mille mégawatts (MW) à partir de turbines en mer à l’horizon 2020. À la traîne sur ce dossier, l’Hexagone paraît désormais déterminé à rattraper son retard. Reste à savoir ce qu’en pensent les élus et populations concernés, qui pour certains redoutent un impact négatif sur le tourisme et les activités marines…

Tout aussi plausible est l’interdiction du shark finning dans les eaux territoriales européennes. Bruxelles plaide pour un renforcement de la réglementation adoptée par l’Union Européenne (UE) en 2003, jugée « insuffisante pour prévenir de manière certaine la poursuite de (cette pratique) sans que celle-ci ne soit détectée ni punie » par la coalition Shark Alliance. La position de la Commission européenne doit maintenant être « validée » par le Conseil des ministres européens de la Pêche et le Parlement, qui fin 2010 a adopté une résolution invitant précisément Bruxelles à remettre une proposition d’interdiction de l’enlèvement des nageoires de requins à bord des navires. Vu l’importance des squales dans les écosystèmes océaniques et le traitement qui leur est infligé – ils sont plusieurs dizaines de millions à trépasser chaque année dans des conditions abominables -, ce serait un immense soulagement. Et une vraie bouffée d’oxygène pour nombre d’espèces marines.

Crédits photos : flickr – Silke Ebel / Groume / Walmart Stores
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://www.scoop.it/t/l-environnement-au-maroc/p/953945997/ce-que-nous-pouvons-esperer-pour-2012-zegreenweb Ce que nous pouvons espérer pour 2012 – zegreenweb | L’Environnement Au Maroc | Scoop.it

    [...] jQuery("#errors*").hide(); window.location= data.themeInternalUrl; } }); } http://www.zegreenweb.com – Today, 2:10 [...]