NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Brest choisit le téléphérique pour relier l’éco-quartier des Capucins au centre-ville

Brest choisit le téléphérique pour relier l'éco-quartier des Capucins au centre-ville
Dans trois ans, un téléphérique reliera l'éco-quartier du plateau des Capucins au quartier de Siam, situé dans le centre-ville de Brest (Finistère)

Pour raccorder l’éco-quartier des Capucins au quartier de Siam, Brest Métropole océane a opté pour le téléphérique.

A partir de 2015, le plateau des Capucins sera accessible via un téléphérique. Ce lieu historique de Brest (Finistère), qui a tour à tour accueilli le couvent des capucins, construit à la fin du XVIIe siècle, l’arsenal de la ville puis une zone industrielle, hébergera bientôt un éco-quartier d’habitat, économique et culturel. Pour un coût s’élevant à 62 millions d’euros, celui-ci s’étalera sur treize hectares, dont 43 000 mètres carrés d’activité, et comptera 560 logements, dont 25 % de logements sociaux. L’Ecole supérieure d’Arts devrait entre autres s’y implanter ainsi qu’une bibliothèque, qui devrait être accessible d’ici 2014.

Brest Métropole océane (BMO), la communauté urbaine brestoise qui a racheté en 2009 le plateau des Capucins à la Marine nationale, a décidé de faire de cet éco-quartier un « laboratoire » de la ville de demain. « C’est un quartier qui reflétera une certaine philosophie de vie, un quartier du XXIe siècle », résumait en septembre 2010 Alain Masson, vice-président de BMO. Les futurs habitants devront en conséquence respecter une condition : ne posséder qu’une voiture par foyer. Pour les déplacements quotidiens la communauté urbaine a tout prévu dans la mesure où un parking sera implanté à proximité du tramway et relié à l’éco-quartier des Capucins par un téléphérique.

A la volonté de renforcer l’offre de transports en commun brestoise s’ajoute l’objectif de renforcer l’attractivité du site. Séparé du reste de la ville par le Penfeld, la rivière locale, l’éco-quartier devrait devenir plus facile d’accès. Pour le relier au parking, l’idée de navettes électriques avait d’abord été avancée. Ecartant d’emblée la possibilité d’une passerelle qui enjamberait le Penfeld – une telle installation aurait en effet gêné les bâtiments de la Marine -, la BMO a ensuite suggéré l’érection d’un pont à transbordeur exclusivement réservé aux piétons, aux cyclistes et aux rollers. A la fin du mois dernier, le conseil municipal a finalement choisi le téléphérique, cette option présentant des avantages écologiques et financiers non négligeables. D’ici trois ans, sur les 410 mètres de trajet que parcourra le téléphérique, deux trains de trois cabines devraient transporter quelque 675 000 passagers par an. Originale, l’idée devrait renforcer l’attrait touristique de Brest et développer l’attractivité du futur éco-quartier. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Crédits photos : Brest Métropole océane / flickr – adeupa de Brest
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !